À propos

Une mission : populariser les idées et l’oeuvre de Walter Benjamin sans transiger sur la rigueur scientifique et éthique des ouvrages primés.

Plus de 80 ans après sa mort, Walter Benjamin, philosophe issu d’une famille de la bourgeoisie juive allemande, est désormais reconnu comme une figure majeure de la pensée européenne; traducteur, essayiste et critique littéraire, auteur de pièces radiophoniques, il n’est guère de domaines dans lesquels il ne s’essaya tandis que le judaïsme et le marxisme irrigueront sa pensée et ses travaux sa vie durant. Avec un leitmotiv « la guerre à venir » et à laquelle il faut parer.

Donner un large écho aux travaux d’un penseur libre et universel dont l’œuvre couvre toutes les formes d’expression, la philosophie, l’art, mais aussi la science, la religion, et la politique. Telle est la mission que s’est assignée l’Association du Prix Walter Benjamin (APWB), qui déploie son activité depuis ces terres catalanes où l’intellectuel allemand décida de mettre fin à ses jours en septembre 1940, pour échapper au nazisme et à ses complices français. Dans ce cadre, elle remet chaque année un prix qui récompense les travaux récents d’un auteur (philosophiques, littéraires, artistiques ou traduction marquante) qui contribuent à faire connaître l’œuvre, la pensée et la vie de Walter Benjamin. Un prix spécial peut aussi être décerné à l’auteur d’une œuvre littéraire ou artistique, d’une traduction, ou encore à un projet éditorial d’envergure, qui constituent un apport essentiel à la pensée ou à la mémoire de Walter Benjamin.

Pour Nathalie Raoux,  présidente du Jury, ces prix ont vocation à « populariser », Walter Benjamin, au travers de travaux à la fois abordables et exigeants qui ne sacrifient rien à la rigueur scientifique, tout en restant accessibles à un large public.  Il s’agit, comme l’écrivait Benjamin, de « mobiliser le savoir en direction du public et le public en direction du savoir ».

En 2020, tous les membres du jury ont présenté leur démission collective de l’Association Walter Benjamin Sans frontières (AWBSF) pour protester contre l’ambigüité des prises de position de son président à l’égard du candidat du Rassemblement National à la mairie de Perpignan.

Ils ont créé une nouvelle structure, l’Association Prix Walter Benjamin (APWB), pour « sauver des tentatives de récupération le prix Walter Benjamin et mettre en sûreté la mémoire du philosophe allemand, victime des politiques d’extrême-droite des différents pays européens dans les années 30 et pendant la seconde guerre mondiale. » L’APWB confirme ainsi sa détermination à « refonder les prix sur des bases scientifiques et politiques solides et limpides » comme le précise son président Bruno Tackels, philosophe.  Il ajoute : « C’est l’un de nos objectifs que de réveiller les forces vives du passé, raconter la complexité historique et rester vigilants face à toutes les formes d’oppression. Le progrès de nos sociétés est bien illusoire, comme le disait Benjamin. »

Ce carnet est le portail du « Prix Walter Benjamin », porté par l’association du même nom, née d’une initiative d’enseignants du secondaire et de l’université, émérites et en activité, de chercheurs indépendants ou liés à l’université, et de traducteurs, essayistes et artistes. Le but de l’association est de décerner, une fois par an, un prix à un.e auteur.e qui contribue, par ses travaux, à faire connaître la vie, l’œuvre et la pensée de Walter Benjamin. Un prix spécial pourra aussi être attribué à l’auteur.e d’une œuvre philosophique, littéraire ou artistique, à un projet éditorial d’envergure ou à une traduction marquante qui constituent un apport essentiel à la pensée ou à la mémoire de Walter Benjamin.

L’association organise des rencontres, des ateliers, des expositions et toutes autres activités assurant la connaissance de la vie et de l’œuvre de Walter Benjamin, la diffusion du prix et la promotion des lauréats. Elle assure en outre une veille sur les usages et les mésusages de Walter Benjamin dans l’espace public qui pourraient aller à l’encontre de ce pour quoi il luttait tant dans sa vie que dans sa pensée.