Entretien avec Michael Löwy, lauréat du Prix Walter Benjamin 2020

Michael Löwy en 2019. Fonds privé de Michael Löwy

Le sociologue et philosophe franco-brésilien Michael Löwy a reçu le Prix Européen Walter Benjamin 2020. L’occasion en a été donnée par la publication de son ouvrage La révolution est le frein d’urgence, aux éditions de l’Eclat, dans la belle collection « Philosophie imaginaire ». Mais c’est aussi et surtout un parcours que les membres du jury, à l’unanimité, ont tenu à saluer – parcours qui semble se trouver résumé dans la table des matières elle-même de l’ouvrage. Réalisé par Marc Berdet, lauréat du Prix 2019 (avant sa refonte), pour l’association PEWB, l’entretien qui tente d’en suivre l’itinéraire, du XXe siècle au XXIe siècle, d’un continent à l’autre et d’un « bagalan » à d’autres…

60 ans avant… Photographie de Michael Löwy, Roberto Schwarz, Gabriel Bolaffi et Maria Rita Eliezer sur la Praça da República, dans le centre-ville de São Paulo, en 1959. La place était à deux pas de la fameuse rua Maria Antônia, où les étudiants suivaient les cours des prestigieux professeurs de l’Université de São Paulo (USP). Image extraite de Ivana Jinkings et João Alexandre Peschanski (dir.), As utopias de Michael Löwy, São Paulo, Boitempo, 2007.

MB. Jaimerais commencer en commentant avec toi une photo de 1959. On ty voit aux côtés de trois autres grands intellectuels brésiliens, Roberto Schwarz, Gabriel Bolaffi et Maria Rita Eliezer (qui vous fait la leçon !). C’était en sortant de lUniversité de São Paulo, où vous étiez étudiants en sciences sociales. L’époque semblait alors pleine despérance, après la fin de la Seconde Guerre Mondiale et la chute de la dictature de Vargas. Le Brésil vivait une parenthèse relativement démocratique sous la présidence de Juscelino Kubitschek. La révolution cubaine venait davoir lieu. Elle pouvait donner un sens concret aux utopies socialistes dalors. A rebours du stalinisme dominant, elle semblait renouer aussi avec le socialisme « tropical » des années 1930, celui des soulèvements au Salvador et des théories du péruvien José Carlos Mariátegui. Cette photo trahit-elle une atmosphère ludique d’étudiants pleins despoirs dans les forces démocratiques, avant le coup dEtat militaire de 1964 ? Les « trois mousquetaires » (comme on vous appelait alors) avaient-ils trouvé leur cause ?

ML. Je trouve amusant que tu t’intéresses tellement à cette photo… C’était en effet ludique :  Maria Rita jouait l’institutrice et nous les élèves indisciplinés. Au moment de la photo, seul Maria Rita et Roberto jouent le jeu – lui en faisant l’enfant mal élevé. Gabi et moi, par contre, regardons fixement le photographe (dont j’ai oublié le nom)… Roberto est resté mon meilleur ami jusqu’à aujourd’hui. Quant à Gabi, hélas déjà décédé, je lui dois beaucoup…

Continuer la lecture de « Entretien avec Michael Löwy, lauréat du Prix Walter Benjamin 2020 »

Entretien avec Bruno Tackels sur le Prix Walter Benjamin 2020

C.L. Pourquoi avoir accepté la présidence de cette nouvelle association ?

B.T. Lorsque les membres du jury du prix de l’association Walter Benjamin Sans Frontières ont compris qu’il n’était pas possible de raisonner Jean-Pierre Bonnel, président de l’association, et de trouver une issue digne et satisfaisante, nous nous sommes organisés collectivement. L’idée d’une association loi 1901 a alors surgi naturellement. L’objectif était de sauver le prix Walter Benjamin et de mettre en sûreté la mémoire du philosophe allemand, victime des politiques d’extrême-droite des différents pays européens en 1940. Mon nom a été suggéré par plusieurs membres du jury, et j’ai accepté cette proposition avec plaisir, en posant d’emblée le principe d’un travail en collectif – ce que nous avons fait, je dois le dire, avec beaucoup de bonheur, grâce à l’engagement généreux de chacun des membres. 

Le président de l’association Prix Européen Walter Benjamin en vigie dans sa maison en Colombie. Crédits : Trixi Alina, Bogotá, mars 2020.
Continuer la lecture de « Entretien avec Bruno Tackels sur le Prix Walter Benjamin 2020 »

Entretien avec Nathalie Raoux sur le Prix Walter Benjamin 2020

Nathalie Raoux, redoutable sur tweeter

C.L. Quel type d’ouvrage célèbre le Prix Européen Walter Benjamin ?

N.R. Ce prix, dans mon esprit, a vocation à « populariser » (concept qui lui était cher !) Walter Benjamin au travers de travaux à la fois abordables et exigeants, qui ne sacrifient rien à la rigueur scientifique tout en restant accessibles à un large public. Non pas des sous-produits faciles pour un lecteur dont on estimerait qu’il ne mérite pas mieux mais, à la manière de Benjamin, des œuvres réfléchies qui mobilisent le savoir en direction du public et le public en direction du savoir. Son œuvre est immense, sa biographie de « témoin » du siècle, précieuse : cela nous offre un large champ. En cette année qui marque le 80e anniversaire de sa mort, nous avons souhaité couvrir le spectre le plus large possible (de l’œuvre à l’actualité en passant par la mémoire et l’histoire) en distinguant, d’une part, un ouvrage basé sur sa pensée et son actualité – le recueil de textes de Michaël Löwy, qui est l’un des meilleurs spécialistes français de Walter Benjamin – et, d’autre part, les souvenirs de Lisa Fittko, pièce maîtresse de la légende Benjamin, et surtout témoignage d’une vie riche, engagée et que l’on ne saurait réduire au seul passage de Benjamin.

La présidente du jury du Prix Européen Walter Benjamin, redoutable sur Twitter
Continuer la lecture de « Entretien avec Nathalie Raoux sur le Prix Walter Benjamin 2020 »