Événement / Soirée Walter Benjamin

Remise du prix européen Walter Benjamin et du prix spécial 2020

Jeudi 21 janvier à 18h30 – en direct

Pour rejoindre la soirée https://fb.me/e/jcH116N98

18h30
Rencontre entre Denis Peschanski, historien et Bruno Tackels, philosophe autour de l’héritage de Walter Benjamin, et, en particulier, de la singulière pensée de l’histoire qui se dessine dans ses célèbres, mais énigmatiques, thèses Sur le concept d’histoire,
Animée par Nathalie Raoux, historienne, spécialiste de Walter Benjamin.

19h30
Remise du prix européen et du prix spécial Walter Benjamin, sous l’égide de Mona et Kim Benjamin, petites-filles du philosophe.

Michael Löwy, grand défricheur de l’œuvre de Walter Benjamin, dialoguera avec Marc Berdet, lauréat 2019 du prix Walter Benjamin.

Les éditeurs Maurice Olender et Edwy Plenel, en compagnie de Eva Weissweiler, biographe allemande de Lisa Fittko, évoqueront le parcours politique de cette militante exceptionnelle.

La soirée sera ponctuée de courtes lectures par Anne Alvaro, Dominique Delpirou et Roger Coste – en partenariat avec la librairie Torcatis-.

Pour en savoir plus https://www.aspmail.info/contenu.php?crypt=DKHB2FUF28BOP51ELH44LP

Entretien avec Michael Löwy, lauréat du Prix Européen Walter Benjamin 2020

Michael Löwy en 2019. Fonds privé de Michael Löwy

Le sociologue et philosophe franco-brésilien Michael Löwy a reçu le Prix Européen Walter Benjamin 2020. L’occasion en a été donnée par la publication de son ouvrage La révolution est le frein d’urgence, aux éditions de l’Eclat, dans la belle collection « Philosophie imaginaire ». Mais c’est aussi et surtout un parcours que les membres du jury, à l’unanimité, ont tenu à saluer – parcours qui semble se trouver résumé dans la table des matières elle-même de l’ouvrage. Réalisé par Marc Berdet, lauréat du Prix 2019 (avant sa refonte), pour l’association PEWB, l’entretien qui tente d’en suivre l’itinéraire, du XXe siècle au XXIe siècle, d’un continent à l’autre et d’un « bagalan » à d’autres…

Image extraite de Ivana Jinkings et João Alexandre Peschanski (dir.), As utopias de Michael Löwy, São Paulo, Boitempo, 2007.
60 ans avant… Photographie de Michael Löwy, Roberto Schwarz, Gabriel Bolaffi et Maria Rita Eliezer sur la Praça da República, dans le centre-ville de São Paulo, en 1959. La place était à deux pas de la fameuse rua Maria Antônia, où les étudiants suivaient les cours des prestigieux professeurs de l’Université de São Paulo (USP). Image extraite de Ivana Jinkings et João Alexandre Peschanski (dir.), As utopias de Michael Löwy, São Paulo, Boitempo, 2007.

MB. Jaimerais commencer en commentant avec toi une photo de 1959. On ty voit aux côtés de trois autres grands intellectuels brésiliens, Roberto Schwarz, Gabriel Bolaffi et Maria Rita Eliezer (qui vous fait la leçon !). C’était en sortant de lUniversité de São Paulo, où vous étiez étudiants en sciences sociales. L’époque semblait alors pleine despérance, après la fin de la Seconde Guerre Mondiale et la chute de la dictature de Vargas. Le Brésil vivait une parenthèse relativement démocratique sous la présidence de Juscelino Kubitschek. La révolution cubaine venait davoir lieu. Elle pouvait donner un sens concret aux utopies socialistes dalors. A rebours du stalinisme dominant, elle semblait renouer aussi avec le socialisme « tropical » des années 1930, celui des soulèvements au Salvador et des théories du péruvien José Carlos Mariátegui. Cette photo trahit-elle une atmosphère ludique d’étudiants pleins despoirs dans les forces démocratiques, avant le coup dEtat militaire de 1964 ? Les « trois mousquetaires » (comme on vous appelait alors) avaient-ils trouvé leur cause ?

ML. Je trouve amusant que tu t’intéresses tellement à cette photo… C’était en effet ludique :  Maria Rita jouait l’institutrice et nous les élèves indisciplinés. Au moment de la photo, seul Maria Rita et Roberto jouent le jeu – lui en faisant l’enfant mal élevé. Gabi et moi, par contre, regardons fixement le photographe (dont j’ai oublié le nom)… Roberto est resté mon meilleur ami jusqu’à aujourd’hui. Quant à Gabi, hélas déjà décédé, je lui dois beaucoup…

Continuer la lecture de « Entretien avec Michael Löwy, lauréat du Prix Européen Walter Benjamin 2020 »

La révolution est le frein d’urgence, essais sur Walter Benjamin, prix Européen Walter Benjamin 2020

Par Michael Löwy, sociologue et philosophe, directeur de recherche émérite au CNRS et ancien enseignant à l’Ecole des Hautes études en Sciences Sociales

Hélène Peytavi, photographie, 2020

Préface du livre de Michael Löwy «La révolution est le frein d’urgence. Essais sur Walter Benjamin», Paris, Editions de l’éclat, 2018.

Continuer la lecture de « La révolution est le frein d’urgence, essais sur Walter Benjamin, prix Européen Walter Benjamin 2020 »

Solidarité antifasciste : Lisa Fittko avec Walter Benjamin

Par Michael Löwy, sociologue et philosophe, directeur de recherche émérite au CNRS et ancien enseignant à l’Ecole des Hautes études en Sciences Sociales

Quand Michaël Löwy, lauréat du Prix Européen Walter Benjamin 2020, lit Lisa Fittko, elle aussi récipiendaire du Prix Spécial Walter Benjamin 2020 dans la réédition du Seuil de ses souvenirs dans la belle collection de Maurice Olender, « La librairie du XXIème Siècle », c’est pour montrer combien le destin du philosophe et celui de la résistante furent indéfectiblement liés quand, à « minuit dans le siècle », il était plus qu’urgent de tisser des réseaux de solidarité. Une leçon plus que jamais d’actualité dans les temps sombres que nous vivons à nouveau aujourd’hui.

Landscape, Hélène Peytavi, 2020
Continuer la lecture de « Solidarité antifasciste : Lisa Fittko avec Walter Benjamin »

Sur le chemin Walter Benjamin avec Lisa Fittko

Par Edwy Plenel

Lisa Fittko vers 1928

Voici un livre qui convoque un passé plein d’à présent. Ce sont les souvenirs de la résistante allemande antinazie Lisa Fittko qui, avec son mari Hans, organisa une filière d’échappée en 1940-1941 de France en Espagne que Walter Benjamin fut le premier à emprunter. Nous rappelant que les frontières sont faites pour être traversées, sa réédition, dont j’ai été l’artisan grâce à Maurice Olender, est un acte d’engagement.

Continuer la lecture de « Sur le chemin Walter Benjamin avec Lisa Fittko »

La mort de Walter Benjamin

Par Jean Lacoste

Le 25 septembre 1940, au matin, à Port-Vendres, dans les Pyrénées-Orientales, Walter Benjamin (« le vieux Benjamin », comme disaient les émigrés allemands) se présente de façon cérémonieuse, à son habitude, mais à l’improviste dans la petite chambre de Lisa Fittko : il souhaite qu’on l’aide à franchir la frontière espagnole alors que les troupes allemandes s’emparent de la France. Ce n’est encore qu’une rumeur, mais il croit savoir que la militante allemande organise de tels passages par des sentiers dans la montagne. Lisa Fittko est morte en 2005. Son récit des événements entourant la mort de Walter Benjamin, publié en allemand en 1985 et en français deux ans plus tard, reparaît aujourd’hui.

Monument à Walter Benjamin à Portbou © CC/elojeador
Continuer la lecture de « La mort de Walter Benjamin »

Proclamation du Prix Européen Walter Benjamin 2020

Le jury du prix européen Walter Benjamin est heureux de vous annoncer qu’il a choisi de décerner, en cette année 2020 qui marque le 80e anniversaire de sa mort :

À Michael Löwy, le Prix Européen Walter Benjamin 2020 pour son ouvrage, La Révolution est le frein d’urgence. Essais sur Walter Benjamin, paru aux Éditions de l’éclat, dans la collection « Philosophie imaginaire » en 2019. Il s’agit pour nous de saluer, non seulement ce livre, mais également l’ensemble de l’oeuvre de M. Löwy, son parcours de chercheur, d’essayiste et traducteur, ayant, des décennies durant, su faire résonner la pensée, les pensées de Walter Benjamin, dans notre époque, et pour celles à venir.

À Lisa Fittko, le Prix Spécial Walter Benjamin 2020 à l’occasion de la réédition de ses mémoires, Le Chemin Walter Benjamin, aux Editions du Seuil dans la collection de Maurice Olender, « La Librairie du XXIème siècle”, précédé de « Le présent du passé » d’Edwy Plenel. À travers ce prix, qui a pour vocation, notamment, de reconnaître l’importance d’un projet éditorial lié à la pensée ou à la mémoire de Walter Benjamin, nous tenons à saluer le travail des Éditions du Seuil qui mettent ainsi à disposition des jeunes générations un livre depuis longtemps épuisé. Il s’agit aussi de rendre hommage à une femme, une exilée, une résistante – une « antifasciste », comme elle aimait à se présenter – qui a contribué à extraire de la nasse vichyste, outre Walter Benjamin lui-même, près de 300 personnes entre octobre 1940 et mai 1941, et dont l’engagement jamais ne se démentit.

Continuer la lecture de « Proclamation du Prix Européen Walter Benjamin 2020 »