Remise des prix Walter Benjamin 2021à Céret et avec la Maison des mémoires de Carcassonne, les 11, 12 et 13 novembre 2021

 

Cérémonie de remise des prix Walter Benjamin 2021 Céret, le  12 novembre 2021

Avec Christine Breton et Sylvain Maestraggi, co auteurs, et Martine Derain, éditrice de Mais de quoi ont-ils eu si peur ? Walter Benjamin, Ernst Bloch et Siegfried Kracauer à Marseille le 8 septembre 1926, éditions Commune et Georges Didi–Huberman, lauréat du prix spécial 2021 pour l’ensemble de son œuvre. 

Kim et Mona Benjamin, petites-filles de Walter Benjamin, marraines du Prix Walter Benjamin et Ruby, son arrière petite-fille félicitent les lauréats 2021, Sylvain Maestraggi, Christine Breton et Martine Derain ainsi que Georges Didi-Huberman, prix spécial 2021.  

Il y a près de 90 ans – c’était en 1932 très exactement – Walter Benjamin, réfléchissant à sa pratique radiophonique, coucha sur le papier une série de réflexions intitulées « Deux formes de vulgarisation ». La plus grande réussite de cette vulgarisation nouvelle, ou mieux de cette « popularisation » intelligente qu’il appelait de ses voeux, serait, à l’en croire, « de passionner le spécialiste autant que le profane, même si leurs motivations ne sont pas les mêmes. » C’est cette noble tâche que s’est assignée l’Association pour le Prix Walter Benjamin et qui, depuis 2020, dicte ses travaux et ses choix. « Mobiliser le savoir en direction du public et le public en direction du savoir », sélectionner dans le maquis, inégal, de productions auxquelles sa vie et son oeuvre donnent naissance des travaux à la fois exigeants et accessibles et contribuer ainsi à le faire connaitre, au-delà du seul « fétichisme du nom du maitre » et des récupérations parfois intempestives dont il fait l’objet, c’est là l’ambition de notre prix et des manifestations que nous organisons autour de lui.

12 novembre Céret Salle de l’Union

10h – 12h30  Itinéraires d’exil  Lignes de fuite Walter Benjamin en exil, 1933-1940,par Nathalie Raoux, historienne, chercheuse au Centre Georg Simmel (EHESS/CNRS), présidente du jury.

Dessin de Christine Carboneill

LIGNES DE FUITE,  NATHALIE RAOUX

« Lorsque Dora aura enfin sa pension ! » Dora et Walter Benjamin à San Remo (1934-1939). Un chapitre méconnu de la biographie de Benjamin, par Eva Weissweiller, écrivaine et biographe, en visio.

14h30 – 15h55   Organiser le pessimisme, Walter Benjamin. Lectures croisées d’extraits de textes de Walter Benjamin, Carl Einstein, Theodor Adorno, Guy Debord, Georges Didi-Huberman, Giorgio Agamben, Michael Löwy, à propos des avant-gardes artistiques et du rôle des artistes et intellectuels face à l’action politique. Une proposition des Cahiers VUPP en collaboration avec les associations cérétanes Pas de porte et Les Amis du Musée de Céret.

 

 L’institut de formation artistique, performance de Kevin Huber sur la relation maître-élève.

 

16h – 17h30  Pérégrinations de Walter Benjamin dans l’actualité. L’actualité de Walter Benjamin. Instrumentalisations de la pensée du philosophe. Atelier public avec les lauréats, le jury, animé par Bruno Tackels, philosophe et président de l’association Prix Walter Benjamin. Restitution par Joël Mettay, éditeur, président des Amis du Musée de Céret et membre de l’APWB.

17h30 – 17h50 Hommage à Dani Karavan  par Richard Meier, éditeur, VOIX éditions, présentation de son livre : Dani Karavan, construire un passage, tombeau pour Dani Karavan et Walter Benjamin, Portbou.

RICHARD MEIER, VOIX EDITIONS, ELNE

Le Cheval dans l’arbre a présenté une sélection d’ouvrages des lauréats, de Walter Benjamin et en lien avec le Prix.

13 novembre Carcassonne – Centre international Lamourelle avec le soutien de la Maison des mémoires, maison Joë Bousquet

11h-12h30 Regards croisés : Itinérances entre philosophie et histoire. L’actualité de Walter Benjamin dans le regard d’une historienne par Michèle Riot-Sarcey, historienne, membre de l’APWB. Regards croisés entre histoire et philosophie avec Bruno Tackels, philosophe, président de  l’association Prix Walter Benjamin.

14h00-14h45 Entretien avec les lauréats par Michael Löwy, lauréat du prix Walter Benjamin 2020, membre du jury.

14h45-16h Conférence débat : La tragédie de la culture, ou le prix du fétichisme par Georges Didi-Huberman, lauréat du prix spécial Walter Benjamin 2021 

16h15-17h15 Le passant. Walter Benjamin et Marseille 

Anne Roche, professeure émérite de l’Université Aix-Marseille, membre du jury du Prix Walter Benjamin, dialogue avec Christine BretonSylvain Maestraggi lauréats du prix Walter Benjamin 2021, Martine Derain, éditrice.

17h30-18h30. Lettres allemandes. Lecture des lettres allemandes réunies par Walter Benjamin pour sauver ce qui reste de la culture allemande au temps du nazisme, par Dominique Delpirou, membre du jury et Gilberte de Poncheville, comédienne.

 

 

Programme Itinérances, 2021

Biographies

Les lauréats 2021

Christine Breton est conservateur honoraire du patrimoine et docteur en histoire. Elle cherche, depuis les Récits d’hospitalité, histoire renversée des Quartiers nord de Marseille, une écriture de l’histoire capable de restituer collectivement et économiquement les savoirs des vaincus ou les traditions orales toujours vivantes.

Sylvain Maestraggi est philosophe et photographe. Ses recherches portent sur l’histoire urbaine et l’expérience du paysage. Il a publié deux livres de photographies : Marseille, fragments d’une ville (2013) et Waldersbach (2014)aux éditions L’Astrée rugueuse, et a réalisé le film Histoires nées de la solitude (2009).

Martine Derain est artiste et éditrice. Les livres qu’elle publie au sein des éditions commune, qu’elle a fondées en 2010, comme les films dont elle est aujourd’hui la «conteuse», sont des fables documentées dont les lignes narratives et les matières entremêlent art et politique, urbanisme et poésie.

Georges Didi-Huberman est philosophe et historien de l’art. Il enseigne à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) depuis 1990. Auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire et la théorie des images, ses recherches portent sur les rapports entre histoire, mémoire, récit et images, dans un large champ d’étude qui va de la Renaissance jusqu’à l’art contemporain. Ouvrages les plus récents : Aperçues, Minuit, 2018 ; Désirer désobéir. Ce qui nous soulève, volume 1, Minuit, 2019 ; Pour commencer encore, dialogue avec Philippe Roux, Argol, « Les Singuliers », 2019 ; Éparses. Voyage dans les papiers du Ghetto de Varsovie, Minuit, 2020 ; Imaginer recommencer. Ce qui nous soulève, 2, Minuit, 2021.

Les intervenants

Nathalie Raoux est historienne et chercheuse au Centre Georg Simmel. Spécialiste de Walter Benjamin et de l’histoire des réfugiés allemands en France dans l’entre-deux-guerres, elle est l’autrice avec Arno Gisinger, de Konstellation. Walter Benjamin en exil, 1933-1940, Vienne & Paris, Bucher Verlag & transphotographic press, 2009, [édition bilingue français-allemand, postface de Georges Didi-Huberman]. Elle a publié de nombreux articles sur le philosophe allemand dans des revues et des ouvrages collectifs, organisé des colloques, et coordonné des projets internationaux, dont « Actualité(s) de Paris, capitale du XIXe siècle. Walter Benjamin, histoire & politique », projet mené en collaboration avec Maurizio Gribaudi (EHESS) et Michèle Riot-Sarcey (Université Paris VIII). Elle est présidente du Jury de l’association Prix Walter Benjamin.

Bruno Tackels est essayiste et dramaturge. Agrégé et docteur en philosophie, il a enseigné l’esthétique et l’histoire du théâtre contemporain à l’université Rennes 2, à l’École régionale d’acteurs de Cannes, ainsi qu’à l’École des arts décoratifs de Strasbourg. Il a publié de nombreux ouvrages sur le philosophe Walter Benjamin, à L’Harmattan, Petite introduction à Walter Benjamin (2001), L’Œuvre d’art à l’époque de Walter Benjamin (2000) et en 2009, une biographie sur Walter Benjamin, Une vie dans les textes, chez Actes Sud, pour laquelle il a reçu en 2010, le prix de l’essai philosophique « Roland de Jouvenel » de l’Académie française, et en 2016, le Prix Walter Benjamin. Par ailleurs, il a été producteur d’émissions et chroniqueur à France Culture et a été nommé, en 2013, responsable de la mission consacrée à la recherche en arts, à la direction de la création artistique du ministère de la Culture. Bruno Tackels préside l’association Prix Walter Benjamin.

Joël Mettay. Après une carrière de journaliste au quotidien L’Indépendant de Perpignan, Joël Mettay a décidé de devenir éditeur. Établi à Céret, qui fut, selon l’expression consacrée, la « Mecque du cubisme », tant les plus grands peintres de la première moitié du XX° siècle y ont trouvé l’inspiration, il a tout naturellement publié, entre autres, plusieurs ouvrages liés à l’histoire artistique de cette petite ville. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont L’archipel du mépris : histoire du camp de Rivesaltes de 1939 à nos joursOtto Freundlich et la France. Un amour trahi.

Jean Calens. Pratiques diverses: peinture, photo, écriture, relation image-texte (travaux in revues 4 Taxis, Eczema, Faix…). Fonde l’association Symptômes dans les années 80 qui se consacre en Roussillon aux échanges artistiques et littéraires transfrontaliers entre Barcelone, Perpignan et Montpellier. L’enseignement comme pratique collaborative à l’école des Beaux-Arts de Bordeaux: acteur de l’atelier Pensée nomade, chose imprimée; création des ateliers ManifesteTectonique des nuages et des Cahiers Vupp (voir un peu plus à travers les fissures des murailles) devenue une association en 2018, cahiersvupp.org. R. Bolano nous dit à propos de l’art: ne faut-il pas garder le nom et changer la chose?

Kévin Huber, artiste peintre, est également performeur, vidéaste, peintre et dessinateur. Son travail s’articule essentiellement autour de la performance, basée sur des fictions. Ses performances questionnent des faits de société comme l’école, l’éducation, la famille, les relations amicales et l’actualité politique. il vit et travaille à Bordeaux où il est résident de la Fabrique Pola. En 2016, Kevin Huber a été sélectionné pour La Grande Évasion, dispositif Post-Master porté conjointement avec La Fabrique Pola et Zébra3 à Bordeaux.

Richard Meier, artiste éditeur, responsable des Éditions Voix depuis 40 ans. Parmi les très nombreux livres et livres d’artiste publiés, ceux consacrés à Henri Chopin, Pierre Molinier, Pierre Bourgeade, Serge Pey, Michel Butor, Gao Xingjian, David Tremlett, Pierre Tilman, Jeanne Gatard, Bernard Heidseick, Isidore Isou, Jean-Louis Vila, Jean Vodaine, Claude Viallat, John Cage, Julien Blaine, Luis Da Rocha, Germain Roezs, Gilbert Lascault, Claude Simon récemment… constituent un ensemble impressionnant. Richard Meier n’a jamais pu se détacher d’une érudition qui allie littérature, arts plastiques, poésie, musique et monde; juste devenir du livre qui en chacun de ses ouvrages redevient objet de désir, là est le programme de ses carnets. S’attacher au Monde.

Michèle Riot-Sarcey est professeure émérite d’histoire contemporaine et d’histoire du genre à l’université Paris-VIII-Saint-Denis, et historienne du politique et du féminisme, est notamment l’auteure de La Démocratie à l’épreuve des femmes. Trois figures critiques du pouvoir, 1830-1848 (Désirée Véret, Jeanne Deroin, Eugénie Niboyet) (Albin Michel, 1994), Le Réel de l’utopie (Albin Michel, 1998), Histoire du féminisme (La Découverte, 2002, 2015), 1848, la révolution oubliée (avec Maurizio Gribaudi, La Découverte, 2008, 2009).

Anne Roche est professeure émérite à l’université de Provence (littérature française contemporaine, analyse filmique, scénario). On lui doit, comme essayiste, une dizaine d’ouvrages dont Histoire/Littérature. Histoire et interprétation du fait littéraire (avec Gérard Delfau, Éditions du Seuil, 1977, 1988 — l’un des tout premiers livres à réserver en France une part importante à L’École de Francfort et à l’œuvre de Benjamin. Anne Roche est également l’auteur d’œuvres de fiction (roman, récit, théâtre). Elle a reçu en 2018 le prix Walter Benjamin pour son livre Exercices sur le tracé des ombres. Walter Benjamin.

Michael Löwy est directeur de recherche émérite au CNRS et enseignant à l’École des hautes études en sciences sociales. Il est membre des comités de rédaction des revues Actuel Marx, ContreTemps et Écologie & Politique. Il est notamment l’auteur d’Avertissement d’incendie. Walter Benjamin (PUF, 2001) ; Franz Kafka, rêveur insoumis (Stock, 2004) ; Écologie et socialisme (Syllepse 2005). Membre du Groupe surréaliste de Paris, il a aussi publié L’Étoile du matin. Surréalisme et marxisme (Syllepse, 2000). En 2020, il a reçu le prix Walter Benjamin, pour son livre La Révolution est le frein d’urgence (Éditions de l’éclat, 2019).

Gilberte de Poncheville a été libraire à Paris. Au théâtre, sa seconde passion, elle a joué dans Tchekhov, Duras, Thomas Bernhard, Pirandello, Beckett, sous la direction de Claudine Gabay. Elle a été l’une des cinq comédiennes d’Une Mouette, dans une adaptation de Tchekhov portée à la scène par Isabelle Lafon.

Dominique Delpirou a été directeur artistique de la compagnie Choliambe. Il a mis en scène, notamment, Le Voyage en Arménie d’Ossip Mandelstam, La Prose du Transsibérien de Blaise CendrarsPoète à New York de Garcia LorcaLa Maladie du sens de Bernard Noël, Médée de Mathieu Bénézet. Il fait entendre régulièrement Mallarmé, à propos duquel il a publié un livre La mort de Mallarmé, aux Presses universitaires de la Sorbonne.

La librairie  le Cheval dans l’arbre , située à Céret dans les Pyrénées-Orientales, est la dernière librairie indépendante existant entre la frontière espagnole et Perpignan. Elle a ouvert ses portes il y a 35 ans et aujourd’hui un collectif de lecteurs, de professionnels de la chaîne du livre et de militants associatifs a su générer une dynamique aboutissant à la création d’une Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) pour que Le Cheval dans l’Arbre poursuive sa mission.

Compagnie pas de porte, association, théâtre, lectures, poésie. Céret.
Présidente Marguerite Bresson. Représentée pour la lecture d’ “Organiser le pessimisme” par Robert Majenti, peintre.

Exilio

Alex Brendemühl, est comédien et réalisateur. Il s’intéresse plus particulièrement au genre du film d’auteur et fait ses armes de scénariste, en 2007, avec le film social Yo, dans lequel il tient également le rôle principal. En 2009, il écrit et réalise son premier court-métrage, Rumbo a peor qui lui vaut une nomination remarquée au 62e Festival de Cannes. Katari, de Sebastian Mantilla, Wann endlich küsst Du mich? de Julia Ziesche et Mal de pierres, de Nicole Garcia comptent parmi ses films les plus récents.

Nora Buschmann, née à Berlin, a commencé sa formation artistique avec Monika et Jürgen Rost à l’école de musique Franz Liszt de Weimar. Plus tard, elle a poursuivi ses études à l’Université de musique de Cologne. Elle a remporté plusieurs concours nationaux et internationaux.
En tant qu’interprète, elle a été invitée à des festivals prestigieux en Europe, en Turquie et en Amérique du Sud, où elle a donné des master classes et a fait partie de jurys. Son répertoire comprend des compositeurs classiques et contemporains ; combinant des musiques de différentes traditions et régions, elle est une ambassadrice de la culture musicale. Elle a vécu en Grèce et en Argentine où elle s’est consacrée à l’enseignement et à la connaissance de la musique traditionnelle de ces pays. Elle est enseignante à l’université de musique Carl Maria von Weber de Dresde et a été nommée professeure honoraire à l’université de Rostock. Elle a sorti plusieurs albums qui ont reçu d’excellentes critiques.

Lalo Garcia dirige et réalise des créations audiovisuelles pour le cinéma, la télévision, des expositions et des réseaux, dans les domaines de la fiction, du documentaire, de la danse, de la publicité. Il a aussi réalisé les longs métrages suivants : Siete pasos y medio, qui a remporté deux Biznagas au Festival du film de Malaga. Enfin, il conçoit et dirige des installations audiovisuelles de différents formats pour des expositions universelles et d’autres expositions internationales et nationales comme, par exemple, La Casa dels Mosaics del Museu d’Empúries, Catalunya terra d’acollida, Barcelona Ciutat de Ciutats, le Pavillon espagnol à l’Expo de Aichi, etc

Avec le soutien de la Région Occitanie, du Conseil général des Pyrénées Orientales, du Mémorial du camp de Rivesaltes, de la mairie de Céret, des Amis du musée d’art moderne de Céret, du Centre Joël Bousquet et son temps de Carcassonne, du Collège international de philosophie et avec la collaboration des Cahiers Vupp et de la librairie le Cheval dans l’arbre.

Entretien avec Bruno Tackels sur le Prix Walter Benjamin 2020

C.L. Pourquoi avoir accepté la présidence de cette nouvelle association ?

B.T. Lorsque les membres du jury du prix de l’association Walter Benjamin Sans Frontières ont compris qu’il n’était pas possible de raisonner Jean-Pierre Bonnel, président de l’association, et de trouver une issue digne et satisfaisante, nous nous sommes organisés collectivement. L’idée d’une association loi 1901 a alors surgi naturellement. L’objectif était de sauver le prix Walter Benjamin et de mettre en sûreté la mémoire du philosophe allemand, victime des politiques d’extrême-droite des différents pays européens en 1940. Mon nom a été suggéré par plusieurs membres du jury, et j’ai accepté cette proposition avec plaisir, en posant d’emblée le principe d’un travail en collectif – ce que nous avons fait, je dois le dire, avec beaucoup de bonheur, grâce à l’engagement généreux de chacun des membres. 

Le président de l’association Prix Européen Walter Benjamin en vigie dans sa maison en Colombie. Crédits : Trixi Alina, Bogotá, mars 2020.
Continuer la lecture de « Entretien avec Bruno Tackels sur le Prix Walter Benjamin 2020 »

Entretien avec Nathalie Raoux sur le Prix Walter Benjamin 2020

Nathalie Raoux, redoutable sur tweeter

C.L. Quel type d’ouvrage célèbre le Prix Européen Walter Benjamin ?

N.R. Ce prix, dans mon esprit, a vocation à « populariser » (concept qui lui était cher !) Walter Benjamin au travers de travaux à la fois abordables et exigeants, qui ne sacrifient rien à la rigueur scientifique tout en restant accessibles à un large public. Non pas des sous-produits faciles pour un lecteur dont on estimerait qu’il ne mérite pas mieux mais, à la manière de Benjamin, des œuvres réfléchies qui mobilisent le savoir en direction du public et le public en direction du savoir. Son œuvre est immense, sa biographie de « témoin » du siècle, précieuse : cela nous offre un large champ. En cette année qui marque le 80e anniversaire de sa mort, nous avons souhaité couvrir le spectre le plus large possible (de l’œuvre à l’actualité en passant par la mémoire et l’histoire) en distinguant, d’une part, un ouvrage basé sur sa pensée et son actualité – le recueil de textes de Michaël Löwy, qui est l’un des meilleurs spécialistes français de Walter Benjamin – et, d’autre part, les souvenirs de Lisa Fittko, pièce maîtresse de la légende Benjamin, et surtout témoignage d’une vie riche, engagée et que l’on ne saurait réduire au seul passage de Benjamin.

La présidente du jury du Prix Européen Walter Benjamin, redoutable sur Twitter
Continuer la lecture de « Entretien avec Nathalie Raoux sur le Prix Walter Benjamin 2020 »

Règlement du prix Walter Benjamin

Présentation du prix  

Le Prix Walter Benjamin est attribué, chaque année aux travaux récents d’un auteur qui contribuent à faire connaître l’œuvre, la pensée et la vie de Walter Benjamin.  En outre,  un prix spécial  peut être décerné à l’auteur d’une œuvre philosophique, littéraire ou artistique, à un projet éditorial d’envergure ou à une traduction marquante, qui constituent un apport essentiel à la pensée ou à la mémoire de Walter Benjamin.

Continuer la lecture de « Règlement du prix Walter Benjamin »

Mise à l’abri du prix : la genèse de l’association

Démission collective des membres du jury de l’association Walter Benjamin sans frontières

Les membres soussignés de l’association Walter Benjamin sans frontières et du jury du prix Walter Benjamin ont pris connaissance avec consternation et inquiétude des textes publiés, dans son blog, par Jean-Pierre Bonnel, président de l’association Walter Benjamin.  En effet, certains de ces textes laissent entendre que l’association Walter Benjamin pourrait se rapprocher de l’ancien président du centre méditerranéen de la littérature, André Bonet, qui a rallié le candidat d’extrême droite Louis Aliot, à Perpignan, afin, notamment, de « montrer que le rejet de l’étranger, du migrant, de l’éternel exilé – ce que fut Walter Benjamin – n’est plus dans le programme du RN et dans la tête du candidat Aliot ».

Ils se désolidarisent totalement de cette déclaration qui voudrait faire croire, naïvement, à une « innocence » retrouvée du candidat du rassemblement national et de ses colistiers, candidat qui dans le même temps reçoit le soutien d’Éric Zemmour, récemment condamné pour incitation à la haine raciale. Dans ce contexte, comment accepter qu’André Bonet ose prononcer le nom de Walter Benjamin et s’emparer d’Albert Camus, pour les instrumentaliser lors de la conférence de presse de lancement de campagne du candidat d’extrême droite ?

Ils considèrent qu’en s’exprimant publiquement de la sorte, le président de l’association participe à la stratégie de reconquête du Rassemblement national et affirment qu’ils s’opposeront fermement à toute initiative et tout acte contraires aux principes et valeurs qui ont habité la vie et la pensée de Walter Benjamin.

En conséquence, ils décident de démissionner de leur fonction actuelle dans le cadre de l’association Walter Benjamin sans frontières et annoncent la création d’une nouvelle structure entièrement dédiée au prix européen de l’essai Walter Benjamin. Cette démarche sera entreprise dans les jours qui viennent, afin de pouvoir travailler dès le printemps à la sélection du lauréat 2020, rendu public à l’automne 2020.

Les soussignés,

Marc Berdet 

Madeleine Claus

Dominique Delpirou

Emmanuel Faye

Dani Karavan

Jean Lacoste

Maria Maïlat 

Nathalie Raoux

Anne Roche

Bruno Tackels

Le 10 mars 2020