Lettre de Mona et Kim Benjamin à l’APEWB

L’Association pour le Prix Européen Walter Benjamin vient de recevoir une lettre forte et émouvante des deux petites filles et héritières de Walter Benjamin, Mona et Kim Benjamin, en soutien à la Tribune pour Walter Benjamin signée par des centaines de personnalités.


Stefan Benjamin, fils de Dora & Walter Benjamin, apatride, en 1948.

9 july 2020 

Dear Dr. Claus*,

Please accept our apologies for the delay in getting in touch regarding the matter of Louis Aliot and his proposal to re-open the Centre d’Art Contemporain Walter Benjamin in Perpignan under his mayorship. 

It has taken us some time to reply because, in all honesty, we are at a complete loss for words. To say that the thought of our grandfather’s name being used to promote the ideals and the ideas of the far right fills us with horror is an understatement. Aliot and the Rassemblement National stand for everything that our grandfather, as well our grandmother, Dora Benjamin, and our father, Stefan, were against, emotionally, politically and intellectually. The very notion that our family name might be used to celebrate, and propagate, the beliefs of the extreme right is an affront to our family’s history and to the collective history of all those who have fought, and who continue to fight, for a better world, for fairness and for the rights of all. It sickens us. Please know that we stand with you in your protest against this proposal and if there is anything that we can do, any action that we can take, small or large, we would like to help. We must. Our father would have been filled with anger and distress at these latest developments and would have fought to protect his father’s name from being used in this way. 

Sincerely yours,

Mona and Kim Benjamin

*Madeleine Dr Claus est membre fondatrice et membre du jury du prix européen Walter Benjamin

Tribune pour Walter Benjamin : « Si l’ennemi triomphe, même les morts ne seront pas en sûreté… »

En tant qu’engagés dans le travail associatif visible sur ces pages pour faire connaître la vie et l’oeuvre de Walter Benjamin, qui a lutté son existence durant, et jusqu’au coeur de ses textes, contre les forces réactionnaires et nazies, nous avons été alarmés de voir le nom de l’intellectuel juif de langue allemande accaparé par l’extrême droite récemment arrivée au pouvoir à la mairie de Perpignan. Nous avons donc décidé de coordonner la pétition suivante, pour ne pas laisser le philosophe allemand mourir une seconde fois dans les mains de ses ennemis. Car « Il est urgent d’arracher le nom de Walter Benjamin – pour le mettre en sûreté – des mains de l’extrême droite et de tous ceux qui réécrivent l’histoire ».

« SI L’ENNEMI TRIOMPHE, MÊME LES MORTS NE SERONT PAS EN SÛRETÉ… »

Quatre-vingts ans à peine nous séparent de ces mots – qui résonnent aujourd’hui d’une sinistre manière. Après l’escape game (« jeu d’évasion ») « Portbou 1940 afin de sauver Walter Benjamin » – un jeu de rôle obscène qui invitait les participants à revivre ses derniers jours –, voici venu le sombre temps, beaucoup plus grave, d’un tout autre ordre, le temps d’une nouvelle instrumentalisation du destin du philosophe allemand qui s’est donné la mort pour échapper au nazisme. Une trahison d’une tout autre portée.

Hélène Peytavi_Rumpissa

En effet, au détour du programme de Louis Aliot, député du Rassemblement national, et élu maire à la mairie de Perpignan (Pyrénées-Orientales), on découvre non sans frémir sa volonté de rouvrir le centre d’art Walter-Benjamin, aujourd’hui fermé, pour en faire un lieu dédié « à la création et au devoir de mémoire (mise en place d’expositions, de conférences, de résidences d’artistes, créations in situ…) ». Laisserons-nous Walter Benjamin devenir un butin, un trophée, une prise de guerre dans la vaste tentative de dédiabolisation, puis de normalisation du Rassemblement national qui, dans ce but, n’hésite pas à évoquer, outre la mémoire juive, les Gitans et l’histoire tragique de la Retirada espagnole ?

Mémoire et histoire obligent. Elles nous obligent à rappeler et à nous rappeler que le parti de M. Aliot se situe dans l’héritage des mouvements politiques nationalistes qui, dans les années 1930 et 1940, en Allemagne d’abord, puis en France et en Europe, ont contraint Benjamin à fuir, l’ont persécuté et contre lesquels il s’est toujours dressé. Un parmi tant d’autres « sans nom » et qui doit témoigner pour eux.

Il est urgent de se souvenir d’eux, de leurs combats, et de prendre la pleine mesure dans notre présent de cette phrase terrible : « Si l’ennemi triomphe, même les morts ne seront pas en sûreté. Et cet ennemi n’a pas fini de triompher. »

Il est urgent d’arracher le nom de Walter Benjamin – pour le mettre en sûreté – des mains de l’extrême droite et de tous ceux qui réécrivent l’histoire, une fois encore, à l’encre des oppresseurs d’hier tandis qu’ils stigmatisent, sous toutes ses formes, l’étranger et le migrant.

Nous sommes convaincus que la mémoire de ce qui se joua à Portbou pour Walter Benjamin comme pour tant d’autres, à quelques encablures de Perpignan, nous oblige à réagir avec la plus grande netteté. « No pasaran ». C’est dans cet esprit de résistance à toutes les formes de l’oubli et de la manipulation de notre mémoire collective que nous nous opposons fermement, et par tous les moyens disponibles, à ce que le nom de Walter Benjamin soit associé à la réouverture d’un centre d’art à Perpignan, sous la mandature d’un maire appartenant au Rassemblement national.

(Cet appel est initialement paru dans Le Monde du 1er juillet 2020 et dans Médiapart le 3 juillet 2020)

Vous pouvez signer cette tribune en envoyant un message à l’adresse suivante : prix.europeen.walterbenjamin@gmail.com

Nota Bene  à propos du Centre d’Art Walter Benjamin de Perpignan

Depuis la rédaction et la publication de cette tribune, nous avons appris que ce centre d’art Walter Benjamin, après une longue période de déshérence et d’abandon sous la mandature de Jean-Marc Pujol servirait de cadre à une manifestation culturelle – initiée depuis plusieurs mois par le cercle des amis du musée Rigaud – ce 11 juillet 2020.

Qui s’étonnera qu’il soit aisé au maire Rassemblement National de Perpignan, de s’emparer d’une coquille vide qui n’avait de centre culturel que le nom, « centre culturel » sans boussole ni direction artistique, transformé en salle polyvalente louée ou mise à la disposition de galeries privées et de partenaires culturels et qu’il puisse venir y inaugurer en grandes pompes une exposition ? Comment en est-on arrivé là ? Quand s’arrêtera l’instrumentalisation du nom de Walter Benjamin ?

SIGNATURES

Francesc ABAD, artiste ; Robert ABIRACHED, écrivain, critique dramatique ; Laure ABOUAF, photographe ; Aurélie ADLER, maître de conférences ; Jean-Marc ADOLPHE, journaliste, essayiste ; Bassem  AJALTOUNI, compositeur ; Yerani AKKAYA, étudiante germaniste ; Agathe ALEXIS, metteur en scène de théâtre, artiste dramatique ;Isabelle ALCARAZ ; Pierre ALFERI, écrivain ; Marie ALLOY, artiste et éditrice ; Sarah AL-MATARY, maître de conférences ; Anne ALVARO, comédienne ; Yacine AMHIS,  psychiatre, psychanalyste ; Nils  ANDERSSON, ancien éditeur ; Jean-Christophe ANGAUT, philosophe ; Marc ANGLARET, professeur de philosophie à Perpignan et militant syndical ; Xavi ANTICH, filósof i professor de la Universitat de Girona ; Anne AMSALLEM, professeur de philosophie ; Françoise ARMENGAUD, philosophe ; Xavier d’ARTHUYS, ingénieur culturel, ex Conseiller culturel et de coopération a l Ambassade de France à Cuba ; Serge ASSIER, photographe ; Pierre ASTRIE, écrivain ; Françoise ATTIBA psychologue ; Carlo ARCURI, maître de conférences ; Jacques AUBERGY, éditeur ; Serge AVEDIKIAN, comédien et réalisateur ; Geneviève AYMARD, enseignante à la retraite ;

Bernard BAAS, philosophe ; Igor BABOU, professeur à l’université Paris Diderot, chercheur au laboratoire CNRS Ladyss ; Alain BADIA, psychanalyste (APEWB) ; Laurence BADIA, bibliothécaire ; Marie BAKCHINE, psychologue ; Jean-Christophe BAILLY, écrivain ; Isabelle BALADINE HOWALD, écrivaine ;  Michel BALAT, psychanalyste, sémioticien ; Étienne BALIBAR, philosophe ; Alain BALARD, retraité Education nationale ; Martine BALARD, retraitée Education nationale ; André BALENT, professeur retraité (Perpignan) ; Zoé BALTHUS, écrivain, journaliste, scénariste, critique d’art et de littérature ; Florence BANCAUD, germaniste, professeur en littérature et histoire des idées à l’Université d’Aix-Marseille ; Ludivine BANTIGNY, historienne ;  Georges BANU, critique, essayiste ; Jacquie BARRAL, artiste ; Isabelle BARAT, artiste ; Alain BARSACQ, directeur du Théâtre de l’Atalante, metteur en scène de théâtre ; Michel BATAILLON, dramaturge ; Rudi BAUER, designer ; Éliane BAUMFELDER, enseignante retraitée ; Philippe BECK, poète ; Yves BELORGEY, peintre ;  Anne BENDEL, literaturwissenschaftlerin ; Gérard BENGUIGUI, président de l’Association Juive d’Angoulême et de la Charente ; Mohammed BENNIS, poète marocain ; Raserka BEN SADIA – LAVANT, metteure en scène ; Marc BERDET, philosophe (APEWB) ; Nicole BERGÉ, photographe ; Marianne BERISSI, maître de conférences ; Béatrice BERNARD, thérapeute, artiste ; Arno BERTINA, écrivain ; Michel BERTRAND, professeur Université ; Mylène BESSON, artiste plasticienne ; Yves BICAL, comédien, metteur en scène ; Wolf BIERMANN, poète-chanteur ;  Juliette BINOCHE, comédienne ; Catherine BIRZEN, directrice artistique du festival Cinéma du réel ; Michaël BISHOP, universitaire Julien BLAINE, poètartiste ; Philippe BLANC-CHAUVET, typographe ; Philippe BLANCHON, écrivain ; Olivier BLANCKART, artiste, professeur aux Beaux-Arts de Paris ; Heinrich BLEICHER-NAGELSMANN, Publizist, Vorsitzender der Hans-Mayer-Gesellschaft ; Daniel BLONDET ; David BOBÉE, metteur en scène, directeur de théâtre ; Patrick BOBULESCO, libraire (Le Point du Jour) ; Sandrine BODIN, archiviste scientifique ; Pascal BOISSEL, psychiatre ; Susanne BÖHMISCH, germaniste, MCF Université d’Aix-Marseille ; Serge BONNERY, ancien journaliste responsable d’association culturelle ; Alain BORER, écrivain ; Yves BOUDIER, poète et critique ;Clara BOUZAN, infirmière ; Patrick BOUCHERON, historien ; Anne BOURGUIGNON, éditrice ; Mathieu BOUVIER, chercheur en art ; François BOVY cinéaste ;  Fabienne BRADU, Essayiste, romancière et traductrice ; Gilles BRAUN, Inspecteur général honoraire de l’Education, du Sport et de la Recherche ; Gérard BRIAND, conservateur général des bibliothèques honoraire ; Barbara BRIX, professeure retraitée ; Momme  BRODERSEN, auteure ; Michael BROPHY, professeur, University College Dublin ;  Catherine BRUN, professeur des universités ; Sylvie BRUNEAU, plasticienne ; Claude BRUNET, enseignant et auteur ; Roger BUERGEL, écrivain, directeur de musée ; Jean-Pierre BURDIN, syndicaliste, militant associatif art/travail ; Claude BURGELIN, universitaire ; Abel BURGER, artiste ;

Pierrette CAILBAULT, éducatrice à la retraite ; Didier CAHEN, écrivain ; Mireille CALLE-GRUBER, écrivain, professeur Université La Sorbonne nouvelle ; Sylvaine CANDILLE, cadre culturel en retraite ; Pierre CANAGUIER, photographe ; Maria Joao CANTNHO, professeure ; Adèle CASSIGNEUL, chercheuse ; Carmen CASTILLO, écrivaine et réalisatrice ; Alfons CERVERA, écrivain ; Marie Paul CABROL; Annie CHALLANDE, retraitée ; Patrick CHAMOISEAU, écrivain ; Olivier CHARNEUX, écrivain ; Denis CHARBIT, maitre de conférences en sciences politiques ; Nathanaëlle CHATELAIN, poète ; Fanette CHAUVY, danseuse/chorégraphe ; Béatrice de CHAVAGNAC ; Abdelamir CHAWKY, poète ; Yves CHEMLA, enseignant-chercheur en littérature ; Ronan CHENAUD, écrivain, dramaturge ; Madeleine CLAUS, enseignante, écrivaine (APEWB) ; Édouard CLEDAT DE LA VIGERIE, Graphiste ; Ulrike CLEMEN, Heilpraktikerin ; Ariella COHEN, psychanalyste ; Francis COHEN, professeur, Michèle COHEN-HALIMI, philosophe ; Danielle-Esther COHEN-LEVINAS, philosophe ; Dominique COLLIGNON MAURIN, metteur en scène et auteur ; Chantal COLOMB, essayiste ; Francis COMBES, éditeur (Le Temps des cerises) ; Vincent COMMARET, musicien ; Jean Louis COMOLLI, cinéaste, écrivain ; Pierre COMTE ; Jhoanni CONESA, régisseur General Théâtre des Aspres de Thuir ; Beatrix von CONTA, photographe ; Mari Mai CORBEL, écrivaine ; Enzo CORMANN, écrivain ; Jean-Gabriel COSCULLUELA, écrivain, traducteur ; Yvonne COSSU, professeure agrégée honoraire ; Anne-Marie COSTE, cadre de santé retraitée ; Anthony CREZEGUT, Agrégé d’histoire Doctorant à Sciences-po ; Françoise CRUZ, auteure ;  Béla CZUPPON, comédien-metteur en scène, directeur de La baignoire ;

Nicolas DAHAN, enseignant, écrivain ; Cathie DAMBEL, réalisatrice ; Jacques DAMEZ, galeriste ; Claude DARRAS, journaliste et écrivain ; Nicolas DAUBANES, artiste ; Laurence DE COCK, historienne ; Pippo DELBONO, metteur en scène ; Marc DELOUZE, écrivain, fondateur des Parvis poétiques ; Dominique DELPIROU, essayiste ; Catherine DÉRIOZ, galeriste ; Guy DESGRANDCHAMPS, architecte ; Daniel DESHAYS, concepteur sonore ; Philippe DESSOMMES FLOREZ, traducteur ; Patrick DEVILLE, écrivain ; Eddy DEVOLVER, philosophe ; Michel DIAZ, écrivain, poète ; Albert DICHY, directeur littéraire de l’IMEC ; Georges DIDI HUBERMAN philosophe ; Isabelle DIERCKX, réalisatrice ; Michel DIEUZAIDE, cinéaste, photographe ; François DOMINIQUE, écrivain ; Serge DONES,  retraité médico-social ; Suzanne DOPPELT, écrivaine ; Jean-Claude DUCLOS, conservateur en chef du patrimoine ; Franc DUCROS, écrivain, universitaire ; Marc DUHAMEL ; Estelle DUMORTIER, poète ; Anne DURAND, comédienne ; Sylvie DURBEC, traductrice, poète ; Élisabeth DURIN, journaliste honoraire ;

Véronique ÉGAL, psychiatre, psychanalyste ; Christine ECKEL, historienne (Hamburg) ; Mathias ÉNARD, écrivain ; Didier EPSZTAJN, animateur du blog « entre les lignes entre les mots » ; Marie-Florence EHRET, écrivain ; Catherine ESTRADE, musicienne ; Laurent EVRARD, libraire ;

José Manuel FAJARDO, écrivain ; Éric FASSIN, sociologue ; Brigitte FAUR-PERDIGOU, conceptrice costumes ;Isabelle FAVRE, géographe ; Françoise FAVRETTO, éditrice ; Emmanuel FAYE, philosophe (APEWB) ; Sylvie FENNEC, décoratrice de théâtre ; Dominique FERNANDEZ romancier, membre de l’Académie Française ; Francisco Garcia FERNANDEZ, retraité ; Stéphane FERNANDEZ, auteur réalisateur ; Ferrante FERRANTI, auteur photographe ; Josiana FERRANTI, humaniste ; Michaël FERRIER, écrivain ; Yves FERRY, acteur ; Albert FERT, physicien, prix Nobel ; Nestor  FIGUERAS, médecin ; Bertrand FILLAUDEAU, éditions CORTI ; Ami FLAMMER, violoniste ; Bernard FLEURY, ancien directeur du théâtre du Maillon à Strasbourg ; Jordi FONT AGULLÓ, historien, manager culturel ; Sonia FONT, professeure ; Christiane FORNALI, enseignante retraitée ; Geneviève FRAISSE, philosophe ; Claude FRANÇOIS, philosophe ; Maurice FRÉCHURET, historien de l’art ; Alain FREIXE, poète ; Marie Jo FREIXE, professeure d’Espagnol retraitée ; José FROMENT,  scénographe, artiste ; Dominique FROT, comédienne ; Maximiliano FUENTES CODERA, historien ;

Nathan GABILY, acteur, compositeur ; Réginald GAILLARD, directeur de revue ; Jeanne-Marie GAGNEBIN, philosophe ; Claudine GALÉA, écrivaine ; Samuel  GALLET, écrivain, metteur en scène ;  Mireille GANSEL, germaniste ; Nicole GASPON, ancienne conseillère municipale d’opposition à Perpignan ; Jean-Michel GAUSSOT, membre d’associations de mémoire de la déportation ; Marie GAUTHERON, historienne d’art ; Aline Palau GAZE,  professeur d’arts plastiques à la retraite ; Bruno GELAS, professeur émérite Université de Lyon 2 ; Mariette GERBER, chercheuse honoraire ; Françoise GERMA, enseignante histoire ; Gérard GERVIER, retraité ; Jean-François GIANNECCHINI ; Augustin GIOVANNONI, philosophe ; Liliane GIRAUDON, écrivaine ; Marielle GIRERD, Cadre de banque ; Pierre GIRERD, enseignant ; Gildas GIRODEAU, écrivain, oléiculteur (APEWB) ; François GIRODON, Union Syndicale Solidaires du Gard ; Claudine GIRONES, ancienne directrice de théâtre ; Valérie GLAIVE, enseignante ; Jean-Marie GLEIZE, écrivain ; Joëlle GLEIZE, professeur émérite des universités ; Denis GLEYE, artiste ; Sylvie GLISSANT, institut du Tout-Monde ; Barbara GLOWCZEWSKI, anthropologue ; Michaël GLÜCK, poète ; Alice GODFROY, maître de conférences en danse, Université de Nice ; Didier GOUPIL, écrivain ;  Bernard GOUT, artiste peintre ; Sylvie GOUTTEBARON, écrivain, directrice de la Maison des Écrivains; Marc-Ange GRAFF, professeur d’Université (retraité) ; Elie GRAPPE ; Hervé GRAUBY, ingénieur ; Moni GREGO, femme de théâtre ; Bernadette GRIOT, éditrice ; Jean-Claude GROSSE, éditeur (Les Cahiers de l’Égaré) cinéaste ; Maurizio GRIBAUDI, historien ; Philippe GRIL, Agent comercial ; Daniel GUERRIER, éditeur ; Hubert GUILLAUD, ENSA Grenoble ; André GUNTHERT, historien ;

Carola HAENEL-MESNARD, maître de conférences ; Gérard HALLER, écrivain ; Magali HELIAS, comédienne ; Yves HERSANT, directeur d’études ; Jane HERVÉ, philosophe ; Frédérique GUETAT-LIVIANI, auteure ; Éric HAZAN, éditeur ; Sofi HEMON-PAVELKA, plasticienne ; Benoît HENNAUT, directeur ENSAV — La Cambre ; Roger HILLEL, professeur d’université à la retraite ; André HIRT, philosophe ; Michael HOLLAND, professeur à Oxford ; Christian HONGROIS, ethnologue ; Tristan HORDÉ, critique littéraire ; Inès HORTENSIA, professeur retraitée ; Philippe HOTTIER, comédien ; François HUGLO, écrivain ; Marwil HUGUET, auteure dramatique ;

Paco IBAÑEZ, chanteur ; Michèle IGNAZI, libraire ; Natacha ISAEVA, traductrice ; dramaturge ;

Nicole JACQUES-LEFEVRE, professeur des Universités émérite ; Alejandro JARAMILLO, performer, chanteur ; Camille JENN, maîtresse de conférences en histoire culturelle et littérature allemande URCA, Université de Reims ; Yves JOUAN, poète ; Emma JUDE, artiste ; Alain JUGNON, philosophe, éditeur ; Michel JULLIARD, peintre ; Béatrice de JURQUET, écrivain ; Johann JUST ;

Kalus KAMMERICHS, sculpteur, photographe ; Sonja KARGEL, actrice ; Cécilia KEBAILI, ingénieure d’études ; Louis KEDMA, Phd student EHESS/sous la direction de Sophie Wahnich ; Thomas KELLER, germaniste, professeur émérite Université d’Aix-Marseille ; Nasérédine KERIM (Perpignan) ; Jean-Louis KEROUANTON, universitaire ; Miloud KHETIB, comédien ; Éliane KIRSCHER, agricultrice ; Juliette KIRSCHER LUCIANI, diplômée littérature française Paris IV ; Thierry KIRSCHER, professeur retraité ; Nicola KLOTZ, cinéaste ; Axel KÖRNER, professeur d’université ; Brigitte KÜHLEWIND-BRENNENSTUHL, peintre ;

Marie-Françoise LABORET-GRIL, enseignante ; Jean LACOSTE, philosophe, traducteur (APEWB) ; Nathalie LACROIX ; Xavier LAINE, écrivain ; Janine LAJUDIE, London University ; Ghyslaine LALANNE, enseignante retraitée ; Albert LANCE, poète, traducteur ; Jack LANG ; Denis LANOY, metteur en scène ; Nicole LAPIERRE, anthropologue, sociologue ; Mathilde LARRERE, historienne ; Hervé LAROZE, psychologue clinicien ; Paloma LAUDET, photo journaliste ;  Vincent LAUDET, biologiste ; Christine LAUGIER, enseignante retraitée ; Emmanuel LAUGIER, écrivain ; Hélène LAULIE, attachée d’administration (APEWB) ; Lionel LATHUILE, enseignant et artiste ; Denis LAVANT, comédien ; Jean-Louis LAVILLE, économiste ; Jean-Louis LAVILLE, économiste ; Denis LAZERME, cinéaste ; Jean LEBEAU ; Jérôme LEBRÉ, philosophe ;Noémie LEFEBRE, écrivain ; Sébastien Yves LEFEBVRE, vidéaste, compositeur ; Jacques LEFOULON, retraité de l’éducation nationale ; Alban LEFRANC, écr ivain ; Nathalie LÉGER, écrivaine ; Boris LEHMAN, cinéaste ; Irith LEKER, psychologue ;  Christian LEMAIRE, médecin anesthésiste ; Christian LEMAIRE, médecin anesthésiste ; Michèle LEMAIRE, assistante sociale ; Françoise LEPOIX, artiste ; Nicole LE POTTIER, historienne ; Maya LESNÉ, chanteuse du groupe Les Madeleines (Perpignan) ; Marie LETELLIER, chorégraphe danseuse ; Nathalie LEVERRIER, professeure ; Jean-Marc LÉVY-LEBLOND, physicien, essayiste ; Geneviève LIAUTRAD, poète et traductrice ; Pierre LE PILLOUËR, écrivain ; Alain LESTIÉ, artiste ; Erez M. LEVON, professeur de sociolinguistique ;  Guy LLOSE, retraité ; Hervé LOICHEMOL, metteur en scène ; Michaël LÖWY, philosophe ; Sophie LOUCACHEVSKY, metteuse en scène ; Yvette LUCAS, sociologue ;

Gérard MACÉ, écrivain ; Pierre-Yves MACÉ, compositeur ; Martine MACRE, artiste ; Maria MAÏLAT, anthropologue, écrivaine (APEWB) ; Marie-José MALIS, metteuse en scène, directrice de théâtre ; Boyan MANCHEV, philosophe ; Bernard MANGIANTE, cinéaste ; Cécile MAGNET, comédienne ; Bernard MARCADÉ, historien et critique d’art ; Stefano MARCHESONI, philosophe ; Jean-Michel MARCHETTI, peintre ; Élisabeth MARIE, metteuse en scène ; André MARKOWICZ, traducteur, poète ; Rose-Marie MARRIANI, écrivain public ; Nicole MARTELLOTTO, atelier Bernard Noël ; François MARTHOURET, comédien ;  Aline MARTIN,  Diane MARTINEZ, enseignante ; Nicolas MARTIN-GRANEL, chercheur ; Serge MARTIN-RIMAN, professeur émérite des universités ; Sonia MARZO, bibliothécaire, retraitée ;  Florent MASSOT, éditeur ; Paul MATCHO, psychiatre, psychanalyste ; Jean-Marc MATOS, chorégraphe ; Michel MATTHIEU, metteur en scène ; Evelyne MAURESO, poétesse ; Joseph MAURESO, artiste plasticien ; Paola MAURESO, chorégraphe ; Catherine MAZAURICH, professeur d’université ; Richard MEIER, éditeur (Voix éditions) ; Jean-Marie MEMIN, écrivain ; Antonio MENDES, ingénieur d’études ; Tina MERANDON, photographe ; Philippe MESNARD, IUF, directeur de la revue Mémoires en jeu ; Louis MESPLÉ, écrivain, directeur artistique ; Miriam MESSOW, étudiante germaniste ; Joël METTAY, éditeur (Alter ego) et écrivain ; Éric MICHAUD,  Directeur d’études ; Éric MICHAUD ; Jacques-Henri MICHOT, écrivain ; Christophe MIGAULT, poète ; Marcel MIGOZZI, poète ; Eduardo MILAN ; Frédéric MILLER ; Pierre-Yves MODICOM, germaniste ; Marie-José MONDZAIN, philosophe ; Michel MORIN, Université d’Aix-Marseille ; Brigitte MORTIER, directrice de services de protection de l’enfance, citoyenne perpignanaise ; Françoise MORVAN, traductrice, écrivaine ; Liliane MOSES-KLAPISCH, peintre ; Olivier MOULAÏ, vidéaste ; Michèle MOURLAAS, formatrice ;

Henri NADEL, économiste ; Claire NANCY, helléniste, dramaturge ; Jean-Luc NANCY, philosophe ; Philippe NAQUET, professeur de médecine ; Mireille NATHAN-MURAT ; Frédéric NEYRAT, philosophe ; Lucie NICOLAS, metteuse en scène ; Bernard NOËL, écrivain ; Stanislas NORDEY, metteur en scène, directeur du Théâtre National de Strasbourg ;

Cécile ODARTCHENKO, éditrice, écrivain ; Isabelle OLIVE, comédienne ; Marielle OLIVE, activiste culturel ; Philippe OLLE-LAPRUNE, éditeur et écrivain ; Françoise ORIOT, poète ; Marie J. ORTEGA, association « Droit des étrangers » ; Quéti OTERO, principale honoraire ;

Yves PAGÈS, écrivain, éditeur ; John PALACIN, conseiller régional Occitanie ; Jean-Baptiste PARA, écrivain et traducteur ; Patricia PAREJA RIÓS, professeure de philologie ; Pierre PARLANT, écrivain ; Maxime Hortense PASCAL, poète ; Jean PASQUELIN, journaliste ; Marc PATAUD, artiste ; Benoît PEETERS, écrivain ; Alexis PELLETIER, poète ; Élisabeth PERCEVAL, cinéaste ; Matthias PÉREZ, peintre ; Florent PERRIER, maître de conférences ; Pascale PEUCHMAUR, Serge PEY, poète ; Gilles PEYRARD, enseignant retraité ; Danièle PEYTAVI, professeur de philosophie ; Guy PEYTAVI, médecin ; Hélène PEYTAVI, artiste (APEWB) ; Annie PEZIN, archéologue ; Claudine PICATRD, artiste peintre ; Isabelle PICHARD, cadre territoriale et Conseillère Générale honoraire ; Gisèle PIERRA, artiste, universitaire ; Jean-Michel PLACE, éditeur ; Christine PLANTÉ, historienne de la littérature ; Bernard PLOSSU, photographe ; Maryvonne PREVOST, professeur d’allemand ; Catherine POLFLIET, infirmière ; Patrick POLFLIET, médecin ; Christian PRIGENT, écrivain ; Paul B. PRECIADO, philosophe ; Bernadette PRÉDAIR, artiste peintre ; Jean PRINCIVALLE, éditeur (L’Amourier) ; Bertrand PUVIS DE CHAVANNES ; Olivier PY, poète, metteur en scène ;

Alfons QUERA CARRÉ, historien ; Bruno QUEYSANNE, philosophe ; Audrey QUINTANE, sociologue ;

Émile RAFOWICZ, médecin ; Fabienne RAPHOZ, éditions CORTI ; Werner RAPPL, traducteur ; Gérard RAULET, germaniste ; Nathalie RAOUX, historienne (APEWB) ; Dominique REBAUD, chorégraphe ; Jean-Yves REUZEU, éditeur (Le Castor Astral) ; Joëlle RÉTHORÉ, sémioticienne ; Nicole REY, Fondation pour la Mémoire de la Déportation (AFMD-66) ; Richard REY, ingénieur retraité ; Jean-Claude RICHEZ, historien ; Nathalie RIERA, revuiste ; Michèle RIOT-SARCEY, historienne ; Elena RIVERA, poète, traductrice ; Danielle RIVES, historienne (APEWB) ; André ROBER, peintre, poète, éditeur ; Danièle ROBERT, traductrice ; Valérie ROBERT, maîtresse de conférences en Études germaniques ; Loïc ROBINOT, angliciste, artiste ; Anne ROCHE, philosophe (APEWB) ; Gérard RODRIGUEZ, cadre supérieur de santé en psychiatrie ; Jacob ROGOZINSKI, professeur d’université ; Georges ROQUE, directeur de recherches ; Karoline ROSE, chanteuse compositrice acrylique ; François ROUAN, artiste peintre ; Martine ROUCH, éducatrice retraitée ; Jean Claude ROUMILHAC, commandant de bord retraité, fils de déporté à Neuengamme ; Philippe ROUSSIN, directeur de recherches ; Etienne ROUZIES, poète ;Judith ROSENFELD, écrivaine ;

Jean-Marc de SAMIE, historien, artiste ; Coralie SALAÜN, auteur-photographe ; Lydie SALVAYRE, écrivaine ; Ana SAMARDZIJA SCRIVENER, philosophe ; Diane SAURAT, autrice ; J Patrick SAURIN, syndicaliste ; Jane SAUTIERE, écrivaine ; Olivier SCHEFER, Professeur d’université ; Eric SCHULTZ, libraire (La Tache noire) ; Jacques SEMELIN, historien ; Jacques SICARD, écrivain ; Pascaline SIMAR, journaliste ; Jean-Pierre SIMEON, poète et dramaturge ; Claire SIMON, cinéaste ; Agnès SINAÏ, écrivain ; Anne SLACIK, peintre ; Fred SOCHARD, illustrateur ; Denise SOLADIE, retraitée de l’éducation nationale ; Patrick SOLADIE, artiste plasticien ; Pedro SOLER, musicien ; Pierre-Yves SOUCY, éditeur et écrivain ; Klaus STAECK, Ehrenpräsident der Akademie der Künste ; Marion STALENS, réalisatrice ; Arnaud STEPHAN, metteur en scène ; Frank STERN, Historien at Vienna University and Vice President of the International Feuchtwanger Society, USC ; Paola STÉVENNE, auteure ; productrice, réalisatrice ; Benjamin STORA, historien ; Michel SURYA, écrivain, éditeur ;

Bruno TACKELS, philosophe (APEWB) ; Anne TALVAZ, écrivaine et traductrice ; Christian TARTING, éditeur, universitaire ; Josiane TEISSIER, Attac Marseille ; Jean-Paul THIBEAU, artiste ; Katerina THOMADAKI, cinéaste, plasticienne ; Nicolas TIXIER, architecte ; Charles TORDJMAN, metteur en scène ; Catherine TOURNÉ, éditrice ; Loïc TOUZÉ, chorégraphe ; Enzo TRAVERSO, philosophe ; Yolande TROBAT, philosophe ; Florence TROCMÉ, responsable du site Poezibao ;  Colette TRON, auteur ; Gérard TRUILHÉ, éditeur ; Gilberte TSAÏ, directrice artistique ;

Marie-Angèle VAURS, comédienne ; Christine VALCKE, peintre ; Philippe VALLS, psychologue ; Anatoli VASSILIEV, metteur en scène ; Marie VAYSSIÈRE, metteur en scène ; Jean-Charles VEGLIANTE, poète, traducteur ; Alain VEINSTEIN, peintre, écrivain ; Virgil VERNIER, réalisateur ; Stéphane VERRUE, metteur en scène de théâtre ; Léo VEUVE, urbaniste ; Dominique VIART, professeur de littérature française ; Ghyslaine VIGNOL, animatrice socio-culturelle ; Deolinda VILHENA, professeur à l’école de théâtre de l’université fédérale de Bahia, Brésil ; Jean-Claude VILLAIN, écrivain ; Patrick VIRET, cinéaste ; Claude VITAL, retraité ; Frédéric VOSSIER, dramaturge, éditeur ;

Sophie WAHNICH, historienne ; François WASTIAUX, metteur en scène et comédien ; Francoise WAYNBERGER, professeur retraité ; Catherine WEINZAEPFLEN, écrivain ; Eva WEISSWEILER, écrivaine ; Alexandra WIX, Kulturarbeiterin ;

Jean-Claude YAKOUBSOHN, mathématicien, professeur émérite des universités ; Franck C. YEZNIKIAN, compositeur ;

Pierre ZANGER, psychiatre ; Jörg ZIMMER, philosophe ; Martine ZITOUN, collaboratrice de la Cie Là-bas théâtre ; Ralf ZSCHACHLITZ germaniste, professeur en histoire des idées ; Alice ZUNSSZAJN, professeur.

Entretien avec Bruno Tackels sur le Prix Européen Walter Benjamin 2020

C.L. Pourquoi avoir accepté la présidence de cette nouvelle association ?

B.T. Lorsque les membres du jury du prix de l’association Walter Benjamin Sans Frontières ont compris qu’il n’était pas possible de raisonner Jean-Pierre Bonnel, président de l’association, et de trouver une issue digne et satisfaisante, nous nous sommes organisés collectivement. L’idée d’une association loi 1901 a alors surgi naturellement. L’objectif était de sauver le prix Walter Benjamin et de mettre en sûreté la mémoire du philosophe allemand, victime des politiques d’extrême-droite des différents pays européens en 1940. Mon nom a été suggéré par plusieurs membres du jury, et j’ai accepté cette proposition avec plaisir, en posant d’emblée le principe d’un travail en collectif – ce que nous avons fait, je dois le dire, avec beaucoup de bonheur, grâce à l’engagement généreux de chacun des membres. 

Le président de l’association Prix Européen Walter Benjamin en vigie dans sa maison en Colombie. Crédits : Trixi Alina, Bogotá, mars 2020.

C.L. Peut-on parler d’un acte politique concernant la création de cette nouvelle association puisqu’elle naît dans un contexte particulier ?

B.T. Oui, absolument. Il nous paraissait politiquement inacceptable, je dirais même insupportable, d’imaginer le prix Walter Benjamin géré par une association qui a fait, il est vrai, un intéressant travail de terrain, de diffusion et d’animation autour de la pensée de Walter Benjamin, mais qui se retrouvait piégée par son président et par ses dérives manoeuvrières. Un président prenant des positions publiques favorables à un rapprochement avec le candidat “indépendant” Louis Aliot, et qui surtout ne semblait pas y voir de problèmes. Nous avons pourtant tout fait pour lui faire clarifier son positionnement, confus et ambivalent. Tous nos efforts ont été vains.

Je ne crois pas une seconde qu’il a épousé les thèses radicales du RN, mais il est plutôt la victime parfaite de la nouvelle stratégie de ce parti radical, clivant et intolérant : un parti qui, après avoir mis en œuvre une stratégie de dédiabolisation, passe maintenant à une opération de normalisation, rassemblant autour de son leader une équipe de gens « normaux » et de bonne volonté, qui veulent agir pour leur ville et la sauver du marasme dans laquelle l’ont plongé les politiques municipales successives, assurément catastrophiques sur le plan social, mais aussi culturel. La force et l’habileté du candidat d’extrême-droite est de ramasser les éclats piétinés de ce champ de ruines en faisant des promesses et en portant un discours sur la culture que les hommes et femmes politique de gouvernement ont cessé de tenir depuis longtemps.

C.L. Que pensez-vous de la présence d’un ancien membre du jury du prix Walter Benjamin sur la liste de Louis Aliot à Perpignan ? 

B.T. André Bonet est arrivé tardivement dans l’association, l’année dernière, et, il faut le dire, sans aucune concertation avec les autres membres. Son introducteur et ami Jean-Pierre Bonnel devait estimer qu’il apportait avec lui le poids du Centre Méditerranéen de Littérature, une structure qui s’était imposée dans l’écosystème de la littérature en mettant en valeur les écrivains du bassin de la méditerranée au niveau de la ville de Perpignan…

Alors que s’est-il passé pour qu’un homme qui défend les lettres, qui plus est méditerranéennes, puisse être enrôlé par l’extrême-droite française ? Cela reste pour moi un mystère. Mais on peut faire l’hypothèse que le candidat Aliot a passé avec le colistier Bonet un marché de dupes : “Tu as carte blanche, rêve avec nous tout ce que cette ville mérite de meilleur.” Et Bonet a en effet annoncé les lignes d’un programme culturel qui ne peuvent qu’impressionner, notamment en promettant de réparer le travail de sape et de destruction mené par la droite. Par exemple, en promettant la réouverture du centre d’art Walter Benjamin, qui n’a jamais été à la hauteur de ce que l’on pouvait en attendre (comme foyer international), ou celle de l’école d’art, dont la fermeture est un traumatisme, pour la ville de Perpignan et bien au-delà. Je peux hélas témoigner de cette catastrophe, car je travaillais au Ministère de la culture à l’époque de cette décision dramatique…

Mais il semble évident que ces promesses ne seront jamais tenues, surtout par un parti qui, malgré ses postures « anti-système », s’empresse d’appliquer la plus implacable rigueur budgétaire lorsqu’il se met à diriger des villes. Défendre la culture, à Perpignan ou ailleurs, ne justifiera jamais de choisir le camp de la barbarie. Celle-ci apparait très vite lorsque les droites radicales arrivent au pouvoir. On le voit en ce moment même au Brésil ou aux États-Unis. 

C.L. Quelles sont les missions de cette nouvelle association ?

B.T. Nous venons de délibérer, dans l’urgence, mais en toute rigueur et collégialité. Et c’est une grande fierté pour nous de récompenser Michael Löwy, un philosophe important, rigoureux et généreux dans son écriture, qui n’a eu de cesse de rependre les pensées fulgurantes – et parfois bien obscures – de Walter Benjamin, et de les penser, pour nous, au présent, dans notre actualité. C’est un habitant du monde. Il pense au-delà des frontières, et ses textes apportent de bonnes nouvelles, notamment d’Amérique latine, où il est né.

Quant au prix spécial, il espère contribuer à remettre en lumière une figure importante de la résistance au nazisme, Lisa Fittko, militante antifasciste infatigable qui, avec son mari, a risqué sa vie pour sauver celle de centaines de Juifs. Certes, elle n’a pu sauver celle de Benjamin, mais son témoignage est précieux pour comprendre cette force de résistance aux ennemis de la liberté. C’est une magnifique leçon pour les jeunes générations, dont la mémoire doit être entraînée par l’expérience de ces grands aînés. Dans le terme vigilance, on entend vigie, celui qui voit avant les autres, qui prévient, et évite la catastrophe.

Et c’est en effet l’un des objectifs de notre association : auprès des publics les plus divers, réveiller les forces vives du passé, raconter la complexité historique, rester vigilants face à toutes les formes d’oppression (et dieu sait s’il y en a, le progrès de nos sociétés est bien illusoire, comme le disait Benjamin)  et se donner une boussole sur notre chemin collectif. Ce travail se fera en passant par les lieux de mémoire, en dialoguant avec les enseignants et leurs élèves, notamment au mémorial du camp de Rivesaltes. Nous avons aussi engagé un dialogue fécond avec le Musée de l’Exil à la Jonquera et avec le Musée démocratique de Barcelone. L’enjeu est de passer les frontières… plus que jamais !

La vigilance, c’est aussi de rester attentif à tout ce qui se passe autour de l’œuvre et de la pensée de Walter Benjamin, une large palette d’initiatives et appropriations, qui va des meilleures aux plus contestables, voire opportunistes. Je pense par exemple à cet escape game” proposé par un hôtelier de Port-Bou, où il s’agit de sauver Walter Benjamin en s’échappant du village ! Le moins qu’on puisse dire, c’est que le concepteur d’un tel projet n’avait pas tout à fait pris la mesure de ce qu’il proposait. Il y a donc un vrai travail de pédagogie à mener, n’allant pas forcément contre le souci, tout à fait légitime, de revitaliser le tourisme local même en saison creuse. S’agissant des endroits où Benjamin a séjourné, nous pourrions bien sûr y aider, s’il y avait au moins un désir de rencontrer vraiment la vie et l’œuvre du philosophe…

C. L. En plus d’André Bonet, une autre figure du monde de la culture locale, Josiane Cabanas (ex-journaliste et ex-adjointe au patrimoine à la mairie de Perpignan) a apporté son soutien à Louis Aliot pour le 2e tour des municipales, alors qu’elle était sur la liste du candidat La République en Marche au 1er tour. Le candidat LREM s’est désisté au profit d’un front républicain contre Aliot. Mais ce front républicain présente de sérieuses failles. La stratégie de dédiabolisation de Louis Aliot gagne du terrain. Le président de l’association Walter Benjamin Sans Frontières s’est également montré séduit par cette stratégie. Qu’en pensez-vous ? 

B. T. Je n’arrive en effet toujours pas à comprendre cette amnésie, cette manière de gommer le passé, d’évacuer les leçons de l’histoire, en faisant un tel pari politique. Serait-ce de la naïveté ? Je ne crois pas. Davantage une colère politique, alimentée par des années de déceptions et d’humiliations face à des politiques qui, professionnels de l’atermoiement, ne cessent de se dédire…

Mais cette colère, pour légitime qu’elle soit, ne peut se fondre dans un parti qui programme la haine de l’autre, l’exclusion, les bouc-émissaires et la fermeture des frontières. Je vous rappelle que l’association dont nous parlons s’appelait Walter Benjamin Sans Frontières ! C’est consternant, et inacceptable de penser que la mémoire de Walter Benjamin puisse être aujourd’hui mobilisée par des gens qui veulent les fermer, ces frontières, répétant par là le geste qui lui a couté la vie, épuisé qu’il était à l’époque par cette même politique d’exclusion et d’ostracisme haineux. N’oublions pas, n’oublions jamais que Benjamin a passé plusieurs mois dans un camp de travailleurs allemands en France, à Nevers, victime d’une politique française qui n’a pas su les reconnaître et voir en eux des réfugiés. Une réalité historique qui résonne fortement avec notre époque…

Si la stratégie de Louis Aliot semble fonctionner, c’est assurément parce qu’il peut s’appuyer sur le désastre politique légué par les partis traditionnels. Cette “confiture” – comme on dit en Colombie – dans laquelle les hommes et les femmes politiques engluent la gestion des affaires publiques est indigne de la politique. Et le « sauveur de la République » que les Français ont élu il y a trois ans se vautre dans le même marigot, dirigé par les intérêts et les forces de l’argent. On comprend pourquoi et comment le Rassemblement National rafle la mise. Mais le candidat « indépendant » de Perpignan, qui avance habilement sans étiquette, est déjà au-delà de la dédiabolisation – cela, c’était le travail de la fille de Jean-Marie Le Pen. Lui vise le coup suivant, 2022 : une vaste opération de normalisation, en rassemblant le plus largement possible, attrapant dans ses filets tous ces déçus de la gauche et de la droite, et aussi les victimes du “en même temps” mortifère. Perpignan n’est qu’un avant-goût de ce qui se prépare si nous ne disons pas stop. Je ne sais pas du tout ce qui peut surgir de ce stop qui ne soit pas la destruction et la violence civile.

Les lauréats du Prix Européen Walter Benjamin 2020 sont des veilleurs, des forces qui inventent, qui esquissent une autre voie, une voie humaine et accueillante, une voie de partage des richesses, matérielles et spirituelles. Je crois que de plus en plus de françaises et de français aspirent à prendre ce chemin.

Cet entretien avec Bruno Tackels, Président de l’Association du Prix Européen Walter Benjamin, a été réalisé par Céline Llambrich, en vue de la préparation d’un article pour France 3 Occitanie, publié le 6 juin 2020. Il a été édité pour pouvoir être publié sur ce carnet.

Entretien avec Nathalie Raoux sur le Prix Européen Walter Benjamin 2020

C.L. Quel type d’ouvrage célèbre le Prix Européen Walter Benjamin ?

N.R. Ce prix, dans mon esprit, a vocation à « populariser » (concept qui lui était cher !) Walter Benjamin au travers de travaux à la fois abordables et exigeants, qui ne sacrifient rien à la rigueur scientifique tout en restant accessibles à un large public. Non pas des sous-produits faciles pour un lecteur dont on estimerait qu’il ne mérite pas mieux mais, à la manière de Benjamin, des œuvres réfléchies qui mobilisent le savoir en direction du public et le public en direction du savoir. Son œuvre est immense, sa biographie de « témoin » du siècle, précieuse : cela nous offre un large champ. En cette année qui marque le 80e anniversaire de sa mort, nous avons souhaité couvrir le spectre le plus large possible (de l’œuvre à l’actualité en passant par la mémoire et l’histoire) en distinguant, d’une part, un ouvrage basé sur sa pensée et son actualité – le recueil de textes de Michaël Löwy, qui est l’un des meilleurs spécialistes français de Walter Benjamin – et, d’autre part, les souvenirs de Lisa Fittko, pièce maîtresse de la légende Benjamin, et surtout témoignage d’une vie riche, engagée et que l’on ne saurait réduire au seul passage de Benjamin.

La présidente du jury du Prix Européen Walter Benjamin, redoutable sur Twitter

C.L. Vous êtes également démissionnaire de l’ancien jury du prix de l’Association Walter Benjamin Sans Frontières. Qu’est-ce qui vous a poussée à cette démission ?

N.R. Consacrant mes travaux à Walter Benjamin depuis presque trente ans, découvrir, quelques mois à peine après avoir rejoint le jury, que son nom était mobilisé, acoquiné à des offres de service pour le moins troubles, m’a stupéfaite – le mot est faible. Que le président de l’association M. Bonnel, quelles que soient ses motivations – elles m’importent peu à vrai dire – ait pu imaginer ne serait-ce qu’un instant transformer Benjamin en tête de gondole (au prix de quelles distorsions ?) d’une politique culturelle portée sous la mandature Aliot, ou pire, qu’il pourrait conférer à celle-ci une sorte de brevet en respectabilité, a achevé de me convaincre que ma place n’était décidément pas là et celle de Benjamin encore moins ! Je connaissais le greenwashing, je n’aurais jamais imaginé qu’il puisse un jour exister quelque chose comme le Benjaminwashing !

C.L. Était-il nécessaire de créer ce nouveau prix ? Pourquoi ?

N.R. Absolument. Face à de tels errements, toujours susceptibles de se reproduire et qui témoignent surtout d’une profonde méconnaissance de ce dont Benjamin est le nom – un penseur sans compromission et qui l’a payé de sa vie – il fallait selon moi arracher sa vie et son œuvre à la menace d’instrumentalisation mais aussi sauver les livres importants et irréprochables, eux, qui avaient été distingués par le passé – livres que M. Bonnel, soit dit en passant, après s’en être glorifié n’hésite pas à dénigrer aujourd’hui publiquement en accolant à leurs auteurs des étiquettes « politiques » dans l’espoir vain de les discréditer ! La séparation d’avec le passé devait être franche et nette.

« Recommencer à neuf » dit Benjamin. C’est ce que nous avons souhaité faire en refondant ce prix sur des bases scientifiques et politiques solides et limpides étayées par notre connaissance de la vie et de l’œuvre de Benjamin.

Cet entretien avec Nathalie Raoux, Présidente du jury du Prix Européen Walter Benjamin, a été réalisé par Céline Llambrich en vue de la préparation d’un article pour France 3 Occitanie, publié le 6 juin 2020. Il a été édité pour pouvoir être publié sur ce carnet.

Proclamation du Prix Européen Walter Benjamin 2020

Le jury du prix européen Walter Benjamin est heureux de vous annoncer qu’il a choisi de décerner, en cette année 2020 qui marque le 80e anniversaire de sa mort :

À Michaël Lowy, le Prix Européen Walter Benjamin 2020 pour son ouvrage, La Révolution est le frein d’urgence. Essais sur Walter Benjamin, paru aux Éditions de l’éclat, dans la collection « Philosophie imaginaire » en 2019. Il s’agit pour nous de saluer, non seulement ce livre, mais également l’ensemble de l’oeuvre de M. Löwy, son parcours de chercheur, d’essayiste et traducteur, ayant, des décennies durant, su faire résonner la pensée, les pensées de Walter Benjamin, dans notre époque, et pour celles à venir.

À Lisa Fittko, le Prix Spécial Walter Benjamin 2020 à l’occasion de la réédition de ses mémoires, Le Chemin Walter Benjamin, aux Editions du Seuil dans la collection de Maurice Olender, « La Librairie du XXIème siècle”, précédé de « Le présent du passé » d’Edwy Plenel. À travers ce prix, qui a pour vocation, notamment, de reconnaître l’importance d’un projet éditorial lié à la pensée ou à la mémoire de Walter Benjamin, nous tenons à saluer le travail des Éditions du Seuil qui mettent ainsi à disposition des jeunes générations un livre depuis longtemps épuisé. Il s’agit aussi de rendre hommage à une femme, une exilée, une résistante – une « antifasciste », comme elle aimait à se présenter – qui a contribué à extraire de la nasse vichyste, outre Walter Benjamin lui-même, près de 300 personnes entre octobre 1940 et mai 1941, et dont l’engagement jamais ne se démentit.

Pris ensemble, ces deux ouvrages, chacun à sa manière, esquissent – pour reprendre un concept cher à Walter Benjamin – les « lignes de fuite » si nécessaires à notre présent.

Ce prix est né de la démission en bloc du jury du prix décerné de 2017 à 2019 par l’association « Walter Benjamin Sans Frontières » dont il dépendait. À l’occasion des élections municipales de 2020 à Perpignan, André Bonet, l’un des membres du jury alors directeur du Centre méditerranéen de la littérature – aussitôt démissionnaire de l’un et de l’autre – s’était en effet joint à la liste « indépendante » portée par Louis Aliot. Jean-Pierre Bonnel, président du jury et de l’association, plutôt que de s’en démarquer, avait suggéré publiquement sur son blog que l’association pourrait s’en rapprocher, et prendre acte d’une image plus respectable du candidat d’extrême-droite. N’ayant pas souhaité se dédire suite au scandale soulevé par la découverte de tels propos au sein du jury, il a provoqué la démission de tous ses membres, qui n’acceptaient pas cette possible instrumentalisation de leur travail et du nom de Walter Benjamin, ainsi que la publication d’un communiqué annonçant la création d’un nouveau prix indépendant de ces basses manoeuvres. Le présent prix provient donc, outre du travail collectif réalisé de 2017 à 2019, d’une volonté de refonder le prix sur des bases scientifiques et politiques claires et solides. Fidèle à cet esprit de veille et de vigilance qui lui a donné naissance, l’association du Prix Européen Walter Benjamin a souhaité préserver la continuité du prix en toute indépendance.

Pour le jury,

Bruno Tackels, Président de l’Association pour le Prix Européen Walter Benjamin
et
Nathalie Raoux, présidente du jury

Composition du jury :

  • Alain Badia, Psychanalyste
  • Marc Berdet, Professeur Visitant à l’Université de Brasília, lauréat du Prix Walter Benjamin 2019
  • Madeleine Claus, Docteur en littérature allemande, professeur agrégé d’allemand
  • Dominique Delpirou, Metteur en scène, essayiste
  • Emmanuel Faye, Philosophe, professeur à l’Université de Rouen-Normandie
  • Jean Lacoste, Philosophe, traducteur
  • Maria Mailat, Écrivain-anthropologue, réalisatrice de films documentaires, traductrice
  • Hélène Peytavi, Artiste
  • Nathalie Raoux, Historienne, chercheuse (EHESS)
  • Anne Roche, Professeur émérite à l’Université d’Aix-Marseille, lauréate du Prix Walter Benjamin 2018
  • Bruno Tackels, Philosophe, lauréat du Prix Walter Benjamin 2017

Contact et informations

Présentation du carnet

Carte de bibliothèque de Walter Benjamin à la Bibliothèque Nationale de France

Ce carnet est le portail du « Prix Européen Walter Benjamin », porté par l’association du même nom, née d’une initiative d’enseignants du secondaire et de l’université, émérites et en activité, de chercheurs indépendants ou liés à l’université, et de traducteurs, essayistes et artistes. Le but de l’association est de décerner, une fois par an, un prix à un.e auteur.e qui contribue, par ses travaux, à faire connaître la vie, l’œuvre et la pensée de Walter Benjamin. Un prix spécial pourra aussi être attribué à l’auteur.e d’une œuvre philosophique, littéraire ou artistique, à un projet éditorial d’envergure ou à une traduction marquante qui constituent un apport essentiel à la pensée ou à la mémoire de Walter Benjamin.

L’association se charge d’organiser des rencontres, des ateliers, des expositions et toutes autres activités assurant la connaissance de la vie et de l’œuvre de Walter Benjamin, la diffusion du prix et la promotion des lauréats. Elle se charge en outre d’une veille sur les usages et les mésusages de Walter Benjamin dans l’espace public qui pourraient aller à l’encontre de ce pour quoi il luttait tant dans sa vie que dans sa pensée.