Penser l’histoire des discontinuités ou la modernité revisitée

Par Michèle Riot-Sarcey, historienne, professeure émérite d’histoire contemporaine et d’histoire du genre à l’Université de Paris 8

Travailler avec la pensée de Benjamin demande une distance méthodologique avec les grands courants historiographiques et surtout cela exige de lire pleinement Benjamin et ne pas se satisfaire des Thèses sur le concept d’histoire inaccessible, à mon sens, à la première lecture ; d’autant que cette œuvre, excessivement élaborée, est elle-même l’aboutissement d’un parcours critique exigeant.

Depuis longtemps déjà, en cheminant avec les amis philosophes, germanistes, littéraires, philologues… Miguel Abensour, Nathalie Raoux, Irving Wolfarth, Michaël Lowy et Philippe Ivernel, et en discussion permanente avec mon ami historien, Maurizio Gribaudi (co-auteur de notre « révolution de 1848), j’ai tenté de prendre à la lettre les propos de Benjamin sur la nécessité de « faire exploser » les continuités afin d’accéder au « cristal de l’événement total » dans cette rencontre improbable entre passé et présent, plus précisément entre les fragments d’un passé oublié et leurs formes de résurgences dans l’actualité d’un moment. Le résultat fut le Procès de la Liberté.

Trop longtemps on a cru possible de faire l’histoire des vaincus, en interprétant sélectivement les écrits de Benjamin. Or, ma lecture de Benjamin m’apprend tout autre chose, il ne s’agit pas de se saisir d’une totalité d’un passé oublié, mais de s’arrêter sur ce qui reste, ce qui a été écarté, ce qui n’a pas été entendu et qui, de manière inattendue, dans un temps autre, entre en correspondance avec une actualité qui donne tout son sens à ce passé retrouvé.

Nous entendons encore trop fréquemment des lectures du passé en fonction d’une actualité hâtivement commentée. Or, l’histoire ne se répète pas, ne s’imite pas, ne se reproduit pas même en caricature ; toujours l’événement est inédit à partir d’idées inachevées et qui toujours renaissent jusqu’à ce que la promesse soit accomplie. Cette distinction, particulièrement parlante, entre idée et concept fut pour moi un guide d’écriture de l’histoire à partir des idées libératrices, qui au fur et mesure d’un ordre rétabli, ont été dénaturées, travesties, enfouies sous les dires des autorités, au sens très large du terme. Ces dernières imposent non seulement leur domination mais instillent leur interprétation, jusqu’à l’habitus, au sens donné par Benjamin ……

Cette conférence m’a été demandée par l’Institut des Beaux arts de Marseille et compte tenu de l’attention au langage des « artistes » présents notre dialogue a pu parfaitement fonctionner. 


École des Beaux-Arts de Marseille Cinéma et Histoire des Possibles – 1/7 – Conférence de Michèle Riot-Sarcey


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.