Entretien avec Nathalie Raoux sur le Prix Européen Walter Benjamin 2020

C.L. Quel type d’ouvrage célèbre le Prix Européen Walter Benjamin ?

N.R. Ce prix, dans mon esprit, a vocation à « populariser » (concept qui lui était cher !) Walter Benjamin au travers de travaux à la fois abordables et exigeants, qui ne sacrifient rien à la rigueur scientifique tout en restant accessibles à un large public. Non pas des sous-produits faciles pour un lecteur dont on estimerait qu’il ne mérite pas mieux mais, à la manière de Benjamin, des œuvres réfléchies qui mobilisent le savoir en direction du public et le public en direction du savoir. Son œuvre est immense, sa biographie de « témoin » du siècle, précieuse : cela nous offre un large champ. En cette année qui marque le 80e anniversaire de sa mort, nous avons souhaité couvrir le spectre le plus large possible (de l’œuvre à l’actualité en passant par la mémoire et l’histoire) en distinguant, d’une part, un ouvrage basé sur sa pensée et son actualité – le recueil de textes de Michaël Löwy, qui est l’un des meilleurs spécialistes français de Walter Benjamin – et, d’autre part, les souvenirs de Lisa Fittko, pièce maîtresse de la légende Benjamin, et surtout témoignage d’une vie riche, engagée et que l’on ne saurait réduire au seul passage de Benjamin.

La présidente du jury du Prix Européen Walter Benjamin, redoutable sur Twitter

C.L. Vous êtes également démissionnaire de l’ancien jury du prix de l’Association Walter Benjamin Sans Frontières. Qu’est-ce qui vous a poussée à cette démission ?

N.R. Consacrant mes travaux à Walter Benjamin depuis presque trente ans, découvrir, quelques mois à peine après avoir rejoint le jury, que son nom était mobilisé, acoquiné à des offres de service pour le moins troubles, m’a stupéfaite – le mot est faible. Que le président de l’association M. Bonnel, quelles que soient ses motivations – elles m’importent peu à vrai dire – ait pu imaginer ne serait-ce qu’un instant transformer Benjamin en tête de gondole (au prix de quelles distorsions ?) d’une politique culturelle portée sous la mandature Aliot, ou pire, qu’il pourrait conférer à celle-ci une sorte de brevet en respectabilité, a achevé de me convaincre que ma place n’était décidément pas là et celle de Benjamin encore moins ! Je connaissais le greenwashing, je n’aurais jamais imaginé qu’il puisse un jour exister quelque chose comme le Benjaminwashing !

C.L. Était-il nécessaire de créer ce nouveau prix ? Pourquoi ?

N.R. Absolument. Face à de tels errements, toujours susceptibles de se reproduire et qui témoignent surtout d’une profonde méconnaissance de ce dont Benjamin est le nom – un penseur sans compromission et qui l’a payé de sa vie – il fallait selon moi arracher sa vie et son œuvre à la menace d’instrumentalisation mais aussi sauver les livres importants et irréprochables, eux, qui avaient été distingués par le passé – livres que M. Bonnel, soit dit en passant, après s’en être glorifié n’hésite pas à dénigrer aujourd’hui publiquement en accolant à leurs auteurs des étiquettes « politiques » dans l’espoir vain de les discréditer ! La séparation d’avec le passé devait être franche et nette.

« Recommencer à neuf » dit Benjamin. C’est ce que nous avons souhaité faire en refondant ce prix sur des bases scientifiques et politiques solides et limpides étayées par notre connaissance de la vie et de l’œuvre de Benjamin.

Cet entretien avec Nathalie Raoux, Présidente du jury du Prix Européen Walter Benjamin, a été réalisé par Céline Llambrich en vue de la préparation d’un article pour France 3 Occitanie, publié le 6 juin 2020. Il a été édité pour pouvoir être publié sur ce carnet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.