A ma tante Rosa et à toutes les femmes qui ont aidé Lisa et Hans Fittko en 41

Par Dominique Olzer

La dernière fois que j’ai vu ma tante Rosa (la sœur aînée de mon grand-père maternel André Ventajou), c’était pendant l’été 1971 ou 1972. J’avais 13 ou 14 ans, mais en réalité, j’étais encore une petite fille. Je ne savais rien de sa vie, de son histoire.

Je ne suis revenue à Banyuls qu’en avril 1993, plus de deux décennies plus tard, après avoir hérité de la maison familiale. Or cet été-là, dès mon retour à Banyuls, une amie, au détour d’une conversation, me conseille d’aller rue St Pierre, à la seule librairie de Banyuls, me procurer un exemplaire d’un livre, car, me dit-elle, « on y parle de ta tante Rosa ».

Il s’agissait du livre de Lisa Fittko, « Le chemin des Pyrénées », rebaptisé « Le chemin Walter Benjamin » dans la réédition de 2020.

Et là, je tombe des nues !

Je découvre que dans ma maison, dans l’appartement du 3ème étage, avec sa terrasse avec sa vue sur la montagne, dans les lieux anodins et familiers de mon enfance, pendant plusieurs mois, du 14 janvier 1941 au 5 avril 1941, un couple de résistants hors du commun avait organisé une des filières du célèbre réseau Varian Fry, l’Emergency Rescue Committee1, pour permettre à des centaines de personne d’échapper aux nazis.

Ma tante Rosa Ventajou était morte en 1989, mes grands-parents dans les années 70 et 80 respectivement, et ma mère venait de mourir. Plus personne à qui poser des questions sur Rosa, et sur sa vie pendant la guerre.

Sur le moment, je me souviens de ma stupéfaction, en découvrant que Rosa, qui pour moi était la vieille tante chez qui j’allais jouer, me faire câliner, la regarder tricoter ou crocheter à une allure incroyable ce qui deviendrait des vêtements pour mes poupées ou des couffins en raphia (que j’ai encore, tellement je suis attachée à ce souvenir), avait eu le courage d’accueillir et protéger les Fittko pendant plusieurs mois, même après avoir compris leur manège2  …

Impressionnant, que cette femme courageuse soit la même Rosa auprès de laquelle j’avais grandi, la Rosa qui faisait presque ma taille d’enfant (elle mesurait seulement 1,40m), qui claudiquait légèrement en allant au marché (elle était née avec des multiples handicaps, dont une jambe trop courte), qui avait la coquetterie de cacher sa main gauche sous une veste négligemment posée sur son avant-bras (une main atrophiée, avec seulement 3 doigts, une main bizarre à mes yeux d’enfant), et qui parlait toujours bien fort, et vous incitait à faire de même (cachant ainsi sa demi-surdité de naissance).

Et pourtant, quand Lisa Fittko raconte comment Rosa a empêché les gendarmes de l’emmener3 , elle et son mari, en rameutant tout le quartier, comment elle s’est interposée devant les gendarmes, je reconnais bien là le caractère de Rosa. Une femme au caractère bien affirmé, dont aujourd’hui d’aucuns se souviennent comme d’une femme hargneuse, voire méchante, que d’autres décrivent comme gentille et accueillante, et qui, au moins pendant cette année 41, a démontré qu’elle n’avait pas peur de parler haut, et de défendre ceux qu’elle aimait bien.

Dans les pages de Lisa Fittko, je retrouve une Rosa à la forte personnalité, mais aussi la femme curieuse4 , qui plus tard, passera sa journée à son balcon du 1er étage, à observer et commenter les allées et venues des uns et des autres …

Une femme généreuse, sans craintes ni préjugés, qui, malgré la xénophobie ambiante5   garde chez elle un couple d’Allemands (ils avaient un fort accent, surtout Hans, comme le précise Lisa6  , en pleine guerre, malgré leurs drôles de visiteurs, leurs allées et venues sûrement un peu suspectes, et à tout le moins étranges dans le Banyuls de l’époque.

Dans le récit de Lisa Fittko, l’un des passages qui m’a le plus émue, est celui dans lequel Lisa raconte comment en plein hiver, Rosa lui prend ses pelotes de laine difficilement dégottées, pour lui tricoter un ensemble en laine, bien chaud pour l’hiver7  ! J’ai tout de suite retrouvé la Rosa, que j’ai toujours connue avec ses aiguilles, tricotant, crochetant, faisant de la dentelle, sans relâche, assise au balcon.

Il m’a fallu faire des recherches dans les archives familiales, pour avoir une vision un peu plus claire de la situation dans laquelle se trouvait Rosa en 41, quand elle héberge les Fittko.

Par sa mère, Rose Vilarem, Rosa est apparentée aux Vilarem, et aux Rocaries. Son père, Joseph Ventajou, vient de Fitou. Rosa est née à Banyuls en 1899, c’est l’aînée, et son frère André, mon grand-père, nait en 1906 à Banyuls, quand Rosa avait déjà 7 ans.

Mon grand-père a quitté Banyuls très jeune, d’abord pour faire des études (il était en pensionnat dans les Alpes), puis pour travailler au Maroc, comme beaucoup de Banyulencs dans les années 20.

En 1941, Rosa a 42 ans, et vit seule avec ses parents âgés, alors que son frère, depuis le Maroc, peut difficilement l’aider. Il est donc logique, dans ce contexte, qu’elle ait besoin de prendre des locataires, comme les Fittko. Ce qui m’a surprise, c’est de découvrir qu’en 1954, Rosa s’est mariée, à 55 ans, avec Léon Iché. Est-ce ce même Iché, l’amoureux de Rosa, que Lisa Fittko évoque8  ? Difficile à imaginer, car il semblerait que le comportement pendant la guerre de ce Iché ait été trouble, selon des témoignages publiés sur cette période. Si c’était le cas, Rosa n’en aurait eu que plus de mérite d’avoir gardé pour elle le secret des faits et gestes des Fittko… Quoi qu’il en soit, elle a visiblement été extrêmement discrète, car ce n’est qu’à la publication du livre que famille, amis et voisins ont découvert qu’elle avait hébergé des résistants.

Quand j’ai fait la connaissance de Madeleine Claus, en 2018, puis des membres de l’Association du Prix Walter Benjamin, j’ai bien sûr immédiatement donné mon accord à la pose d’une plaque commémorative en l’honneur de Lisa et Hans Fittko devant ma maison de famille.

Puis, en relisant le livre de Lisa, j’ai demandé qu’hommage soit également rendu, à cette occasion, à ma tante Rosa, car si elle ne s’était pas interposée, qui sait ce qui se serait passé, après que les gendarmes ont emmené les Fittko … Et j’ai demandé que cet hommage soit un hommage aux femmes, qui telle Rosa, apparaissent au fil des pages du livre de Lisa.

Toutes ces femmes, anonymes, simples, généreuses, courageuses, qui ont aidé, soutenu, nourri, protégé les Fittko, et leur ont permis d’échapper aux nazis. Malgré les risques, malgré l’époque, malgré les méfiances, malgré les propagandes nauséabondes. Ces femmes sont très différentes, mais toutes ont aidé, d’une façon ou d’une autre : Marie-Ange, la secrétaire du maire de Cassis9  , la fermière revêche de Pontacq10  , la passeuse Melle B.11  , et bien sûr, ma tante Rosa…

  1.  Le chemin des Pyrénées, Lisa Fittko – Edition Maren Sell et Cie, p. 167    []
  2. Ibid., p. 224 []
  3. Ibid., p. 233   []
  4. Ibid., p. 214 []
  5. Ibid., p. 50   []
  6. Ibid., p. 21 et p. 128 []
  7. Ibid., p. 205    []
  8. Ibid., p. 205    []
  9. Ibid., p. 239 et p. 276 []
  10. Ibid., p.86    []
  11. Ibid., p.261   []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.