Lauréats 2021

Le prix Walter Benjamin 2021est attribué à Christine Breton et Sylvain Maestraggi co-auteurs de« Mais de quoi ont-ils eu si peur ? Walter Benjamin, Ernst Bloch et Siegfried Kracauer à Marseille le 8 septembre 1926 » paru aux éditions Commune, en 2016. Ce titre énigmatique est explicité par le sous-titre : « Walter Benjamin, Ernst Bloch et Siegfried Kracauer à Marseille le 8 septembre 1926 ».  Il s’agit donc de retracer la rencontre des trois écrivains avec Marseille, cela à partir de leurs textes, romans, nouvelles ou essais, et de leurs lettres.  Car Marseille, c’est à la fois un port, une « porte » vers l’ailleurs, et une ville d’écriture, la ville des Cahiers du Sud, la revue de Jean Ballard, qui accueillera pendant la guerre des textes qui n’auraient pu être publiés en zone occupée. L’originalité du projet éditorial tient au travail qu’il effectue sur les frontières des genres. C’est une fiction, mais qui échappe au piège de trop de biographies romancées, à la fois par sa qualité d’écriture et par sa fidélité aux écrits des trois Allemands. C’est une analyse à la fois historique et littéraire de ces écrits, qui viennent en contrepoint de la fiction. Enfin, c’est un album de photographies, célèbres comme le pont transbordeur photographié par Germaine Krull, ou anonymes, des rues vouées à la démolition, dans le quartier derrière la Bourse. La convergence de ces trois axes propose une vision très neuve des réflexions de Benjamin sur la ville, dans ses relations avec l’histoire.

Georges Didi-Huberman s’est vu décerner le prix spécial Walter Benjamin pour l’ensemble de son œuvre. Si l’illumination profane est, chez Benjamin, l’autre nom de l’évidence, c’est bien d’illumination profane dont il s’est agi dans ce choix. Car il y a toujours, parfois très enfoui, du Walter Benjamin dans l’œuvre de Georges Didi-Huberman. Il y a du Benjamin chez un penseur dont l’œuvre se déploie sur des sentiers de contrebande, à la croisée de tous les courants, à l’écart de tous les chemins battus. Du Benjamin, quand, se faisant passeur, s’aventurant aux confins de l’anthropologie, de l’esthétique et de la politique, il abat patiemment les frontières disciplinaires et construit une œuvre qui rayonne désormais au-delà des frontières. Du Benjamin chez un penseur qui sait se faire tantôt conteur, tantôt monteur, tantôt montreur, puisant aux rebuts, citant à comparaitre là une archive, là une photo, un roman… Du Benjamin, bien évidemment, quand héritant de la pensée de Benjamin, il la ramène à nous, vivante et incandescente, nous apprenant, au passage, à « prendre position ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.