« Philippe Ivernel, pour ne pas en finir avec Walter Benjamin » par Nathalie Raoux.

Le 15 novembre 2022 s’est tenue à la librairie Tschann, une soirée débat autour de l’ouvrage de Philippe Ivernel “Walter Benjamin, critique en temps de crise”, prix spécial Walter Benjamin 2022. Nous vous proposons de retrouver ici l’intervention donnée par Nathalie Raoux, historienne, présidente du Prix Walter Benjamin

 

Soirée Philippe Ivernel chez Tschann, Paris, le 15 novembre 2022, de gauche à droite : Michèle Cohen-Halimi, Irving Wohlfarth, Nathalie Raoux, Florent Perrier, David Ivernel. Photo : Michael Löwy.

Chères et chers ami(e)s,

Avant toute chose, je tiens à vous remercier de m’avoir conviée, et à travers moi le Prix Walter Benjamin que j’ai l’honneur de présider, à cette soirée autour de l’ouvrage de Philippe Ivernel, génial montage aux côtés duquel nous ne sommes, pour ainsi dire, que des pièces rapportées. C’est pour moi un bonheur et un honneur que d’avoir ainsi l’occasion de vous dire quelques mots mêlés du Prix Benjamin et de cet ouvrage, lauréat du prix spécial 2022. 

« Walter Benjamin n’a pas de prix » aurait dit Jacques Derrida. Nous voici signifiée, avec une suprême économie de moyens, la valeur incalculable que revêt, aujourd’hui encore, la pensée de Walter Benjamin. Mais n’est-ce pas précisément parce qu’elle est si importante, si précieuse, si indispensable, si inestimable, autrement dit n’est-ce pas précisément parce que Benjamin n’a pas de prix qu’il se devait d’avoir un prix, et même un prix spécial et que ce prix spécial devait revenir, à la manière d’une évidence, au recueil de Philippe Ivernel ?

Je ne crois pas trahir le secret des délibérations en vous confiant que le jury n’a guère hésité, à peine débattu. Aurions-nous pu rêver plus parfait lauréat ? Aurions-nous pu espérer en cette année marquant le 130e anniversaire de la naissance de Walter Benjamin un livre plus pertinent que celui-ci, un ouvrage mieux taillé ? Sans doute pas. Et ce, pas simplement parce que Walter Benjamin, critique en temps de crise est appelé à devenir un classique pour qui s’intéresse à Walter Benjamin, un ouvrage de référence mais plus profondément encore parce qu’il y a entre ce livre et notre Prix ce qu’il faut bien appeler des “affinités électives”. Sous la plume de Philippe Ivernel, dont Florent Perrier rappelle d’ailleurs qu’il écrivait “à la main”, comme dans notre esprit, Walter Benjamin est plus qu’un sujet, plus même qu’une source intarissable d’inspiration mais se présente comme l’indispensable compagnon dans les luttes du présent. Et si notre Prix devait avoir un manifeste, j’en piquerai volontiers, me transformant en petite chiffonnière, le titre à un fragment de Philippe Ivernel que j’ai découvert dans cet ouvrage : “pour une culture en alerte” – comprenons pour une culture vigilante, aux prises avec son temps, en prise avec son temps.

En alerte, le jury du Prix Walter Benjamin a voulu l’être quand il a pressenti que dans les coulisses peu ragoûtantes des élections municipales à Perpignan se tramait du louche, que le Prix Benjamin pourrait être vendu contre un plat de lentilles ou toute autre spécialité locale. Il n’y avait pas de tergiversation possible : “pas en notre nom”, comme le dit le slogan, et encore moins en son nom. S’ensuivirent alors la démission collective du jury, la refondation du prix sur de nouvelles bases, et une pétition « si l’ennemi triomphe, même les morts ne seront pas en sécurité »

Mais il ne suffisait pas d’arracher le nom et le prix Benjamin à de potentielles instrumentalisations, de contrer un Benjaminwashing dont on voit d’emblée ce qu’il aurait eu de proprement infâme, encore fallait-il donner au Prix du sens, en faire un acteur sur le qui-vive, un acteur du qui-vive. Notre programme, notre tâche étaient tout tracés, tracés d’avance par Benjamin même. L’intellectuel engagé soucieux de sortir de sa tour d’ivoire et de partir des “mauvaises choses” pour en tirer le meilleur, réfléchissant aux enjeux et aux modalités de la transmission à l’ère des mass media, nous avait soufflé son programme, condensé en un mot, simple autant que grandiose : « popularisation ». C’était entendu, Walter Benjamin, notre tâche serait de “populariser” votre vie et votre oeuvre mais, bien évidemment, à votre manière, exigeante. Aussi, le jury du Prix s’est-il donné pour tâche, dans le maquis des ouvrages paraissant sur Benjamin, ouvrages d’inégale qualité, de mettre en lumière ceux capables d’accomplir ce véritable tour de force consistant à « mobiliser le savoir en direction du public et le public en direction du savoir » – pour parler comme Benjamin. 

Inutile de dire combien ce geste est ardu. Inutile de dire que de tels ouvrages susceptibles d’en apprendre autant au spécialiste qu’au profane et de les passionner tout autant même si c’est pour des raisons différentes sont rares. Inutile de dire enfin et surtout que Walter Benjamin critique en temps de crise est un de ceux-là et a conquis par là le jury… Je ne peux ici que faire miens les mots d’Irving Wohlfarth qui parle dans sa postface d’un “exercice de haute, de très haute vulgarisation”. Exercice de haute voltige, oui, que celui auquel se livre Philippe Ivernel, qui se tient sur une ligne de crête, chemine, avec assurance, en parfait équilibre sur un fil, entraînant avec lui amateurs et spécialistes, alliant à merveille la précision à la limpidité, la densité de l’analyse à la clarté, l’érudition et la philologie au souci sans cesse affirmé du présent. 

Qu’il se collette à Brecht, par où il est venu à Benjamin, qu’il se faufile dans les « portraits de ville », partout Philippe Ivernel fait montre d’une maestria exemplaire qui n’a rien à envier à celle de Rastelli. La maestria de celui qui n’a pas seulement beaucoup lu, mais s’est plongé, immergé dans l’oeuvre de Benjamin, l’a recopiée, tournée, retournée, remâchée tel le méditatif – autre figure chère à Benjamin. Et ce n’est pas le moindre intérêt de cet ouvrage que de nous permettre, guidés par Florent Perrier, de pénétrer également dans son atelier, que de le voir ainsi à pied d’oeuvre, et que de comprendre à quel point il a ruminé, au sens noble du terme, sur, avec Benjamin et in fine de saisir à quel point la sobriété, l’apparente simplicité, l’éclairage précis que ses textes jettent sur la pensée de Walter Benjamin sont le fruit d’un travail passionné, cher à Benjamin comme à Fourier. Est-ce dans le fait d’avoir ainsi vécu avec Benjamin, dans Benjamin, que réside le secret talent qu’à Philippe Ivernel de nous le rendre ainsi vivant ?

Un mot, encore, en guise de conclusion. Dans sa préface, Florent Perrier souligne combien Philippe Ivernel pestait de voir Benjamin trop souvent cantonné dans les exégèses au rôle d’un penseur spéculatif. Permettez-moi de renchérir. Si l’exégèse fait peu de cas du main-tenant – le geste et la dimension stratégique – chez Benjamin, elle ne prête souvent guère davantage attention à son maintenant, l’actualité de Benjamin, devenue depuis dès lors histoire. C’est ce qui fait d’un essai comme “Paris, capitale du Front populaire” repris dans cet ouvrage une pièce presque unique. Et une pièce particulièrement chère à mon coeur. Cet article, en effet, et celui d’Irving Wohlfarth “Et Cetera ? De l’historien comme chiffonnier ” qui figuraient initialement dans le volume Walter Benjamin et Paris ont décidé de ma vocation de « benjaminienne ». Sans eux, je ne me serais jamais intéressée à Benjamin. La recherche n’y aurait peut-être pas perdu beaucoup mais moi, oui. Sans eux, je ne serais pas ici à vous parler, sans eux je n’aurais pas eu le bonheur de co-animer avec Philippe Ivernel – ainsi que Maurizio Gribaudi, Michèle Riot-Sarcey et Irving Wohlfarth – un séminaire sur Paris, capitale du XIXe siècle et de découvrir en Philippe Ivernel, au-delà du fin spécialiste de Benjamin, de l’érudit, du politique, un homme profondément humain, extrêmement attachant, à l’humilité profonde. En préparant ce texte, une citation de Benjamin m’est revenue en tête. Elle sied, je crois, à Philippe Ivernel comme un gant : “Je ne veux pas être reconnu, je veux être confondu.” C’est sur cette énième affinité élective entre Philippe Ivernel et Benjamin, sur ce désir commun de ne pas vouloir tenir le devant de la scène, de n’être pas sous les feux de la rampe, mais plutôt un acteur dans un collectif, affairé, intervenant à sa juste place, dans son emploi que je voudrais conclure. Non sans vous avoir dit que mon voeu le plus cher serait que le prix Benjamin, si modeste soit-il, lui, contribue à sa reconnaissance afin de « ne pas en finir avec Walter Benjamin » comme Philippe l’écrit si souvent, afin de ne pas en finir avec Benjamin tant que nous n’en n’aurons pas fini, avec lui, grâce à lui, avec eux deux, grâce à eux deux, avec les conditions qui ont donné naissance à leurs oeuvres. 

Nathalie Raoux


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search