“Walter Benjamin. Critique en temps de crise” de Philippe Ivernel. Recension par Anne Roche.

 

Walter Benjamin. Critique en temps de crise de Philippe Ivernel, édition établie, annotée et préfacée par Florent Perrier, postface d’Irving Wohlfarth, Klincksieck, coll. Critique de la politique, 2022. Par Anne Roche, professeur émérite à l’Université d’Aix-Marseille, lauréate du Prix Walter Benjamin 2018. Texte paru dans la revue EUROPE, mars 2023 n° 1127. Avec l’aimable autorisation de Baptiste Para.

Le prix spécial Walter Benjamin 2022 a été cette année décerné à un absent : Philippe Ivernel, qui nous a quittés en 2016. Ce grand germaniste,  traducteur (de Walter Benjamin au premier chef, mais aussi de Brecht, Asja Lacis, Georg Simmel, Peter Weiss…) essayiste, homme de théâtre, n’a pas écrit le grand livre sur Benjamin que l’on pouvait espérer de lui, pris qu’il était par d’autres interventions et urgences. On peut néanmoins s’en faire une idée grâce au magnifique travail de Florent Perrier, qui rassemble l’intégralité de ses articles publiés mais aussi d’importants inédits. Parmi ces inédits, en premier, une thèse abandonnée… On ne peut s’empêcher de penser à la thèse d’habilitation de Benjamin, refusée par l’Université de Francfort : signe que, comme l’auteur du Trauerspiel, Philippe Ivernel était décidément en marge de tout pouvoir.

Le livre nous donne accès à l’archéologie d’une pensée, celle de l’auteur de Sens unique comme celle de son traducteur et passeur. Il dessine les strates de la connaissance en France de Benjamin, jalonnée par des articles, le premier d’Ivernel date de 1969. C’est aussi un ensemble de prises de position, qui convergent pour faire apparaître, dans la lecture de Benjamin, des thèmes ou des affinités trop longtemps occultés par ses premiers éditeurs et commentateurs : par exemple sa proximité avec Brecht. La radicalité de Benjamin a rencontré celle d’Ivernel : « Je n’ai en rien renié, trahi, mes orientations d’origine, au contraire. […] Je ne suis pas de ceux qui disent que ce sont les imbéciles qui ne changent jamais d’opinion. »  Déclaration sobre, mais qui claque, dans un entretien de 2014, marque d’une fidélité moins à soi qu’à des idées, « note tenue sans relâche » selon la belle expression de Florent Perrier.

Le titre de l’ouvrage, Critique en temps de crise, est celui de cette thèse abandonnée après plusieurs années de travail. En Mai 68, Ivernel prend ses distances non seulement par rapport à un directeur resté très mandarin, mais par rapport à une Université figée, incapable de prendre la mesure de l’événement. Irving Wohlfarth rapporte une anecdote décisive : en mai 68, Pierre Bertaux, directeur du département d’allemand à la Sorbonne, auteur d’un livre estimable sur Hölderlin et la révolution française, suggère qu’il faut faire appel aux tanks pour mater la « chienlit ».  Ivernel, jeune assistant, se lève pour protester, s’aperçoit qu’il est tout seul… Peu après, il quittera la Sorbonne pour la toute nouvelle université Paris VIII-Vincennes.

Cette thèse inachevée fait déjà apparaître certains thèmes fondamentaux qu’Ivernel ne cessera de réitérer, notamment la mise en tension de la pensée de Benjamin, qui « cherche à préserver […] une zone profonde où s’alimentent les contradictions de sa pensée » :  l’horizon utopique, l’importance du fragment, de la brisure, le refus de la pensée discursive ou systématique. Les choix interprétatifs d’Ivernel sont déjà présents, lorsqu’il écrit que Scholem et Adorno, issus d’horizons différents, se rejoignent pour reprocher à Benjamin, le premier « d’avoir trahi son génie de métaphysicien au profit de la politique », le second « d’avoir injecté à son criticisme des doses mortelles de marxisme, au risque de succomber aux mécanismes bien connus de l’identification avec l’ennemi. »  La cohérence profonde de ses lectures est manifeste à l’occasion des parutions en français des principaux textes de Benjamin, qu’il en soit le traducteur, le préfacier ou le commentateur.

Impossible de rendre compte en détail de toutes les « lectures » rassemblées. Elles ont néanmoins un point commun : Ivernel donne à lire ou à relire des textes extraits de leur contexte, mais mobilisés dans des logiques différentes, ce qui oblige souvent le lecteur à remettre en question ses premières approches. Si l’on tente à présent de faire ressortir les axes principaux de ses analyses, on trouve le théâtre, l’engagement, la réflexion sur l’oeuvre d’art et sa réception, l’art de Benjamin comme écrivain – le tout soutenu par une analyse qu’on est tenté d’appeler politique, mais qu’il suffirait peut-être d’appeler historique : la scansion de l’histoire, la dialectique entre le présent et le passé, le « saut du tigre » du moment révolutionnaire.

 Pourquoi parler en premier du théâtre ? C’est que Philippe Ivernel vient à Benjamin depuis la pratique théâtrale et la pensée critique de Brecht.  Lui-même ne s’est pas contenté d’être un lecteur ou un analyste du genre théâtral, il a travaillé avec des comédiens, participé  à des mises en scène, formé des générations d’étudiants à un théâtre vivant. Ce qui l’amène à regretter que les interprètes de Benjamin insistent plus « sur l’élément conceptuel et spéculatif, au détriment de l’élément gestuel et stratégique. » Pour Ivernel, le théâtre est l’occasion d’«  ouvrir le quotidien aux germes d’émancipation qu’il recèle. » Il s’intéresse au « Programme pour un théâtre d’enfants prolétarien, co-rédigé par Benjamin avec Asja Lacis, programme qu’il rapproche du champ de l’agit-prop allemande des années 20, ce qui a été un des thèmes forts de son enseignement théâtral. Il pose avec Asja Lacis la question : comment,  « dans un pays qui n’est pas socialiste »  inventer une pédagogie socialiste ? On le voit, la réflexion et la pratique du théâtre ne restent jamais un propos académique, hors sol, mais s’inscrivent toujours dans un geste social. C’est en ce sens qu’il peut écrire, à propos du Trauerspiel, le drame baroque allemand, que « la tragédie baroque […] a pour fonction politique de dévaluer le mouvement historique, en éternisant la fonction royale comme négation de ce dernier. »  Pour Ivernel, la thèse sur le Trauerspiel, refusée par l’Université, n’est pas seulement un tournant dans la vie de Benjamin, dans la mesure où elle lui barre l’accès à un poste universitaire, elle constitue un moment décisif de sa réflexion. Elle  anticipe à sa manière la réflexion sur la distanciation, qui le rapprochera de Brecht, et laisse des traces dans les travaux ultérieurs, en particulier dans le Baudelaire. Ivernel en tire une leçon pour aujourd’hui, le refus d’un « retour à l’héroïsme tragique, à un hellénisme trafiqué pour les besoins de la cause. […] Le néo-classicisme bourgeois ou stalinien provient de ce genre de restauration. » Et la marionnette cachée des Thèses de 1940 rappelle la persistance du motif théâtral dans l’oeuvre de Benjamin.

Ce motif ne manque pas de s’ouvrir sur d’autres horizons. Le Programme pour un théâtre d’enfants prolétarien, qui aurait pu rester un texte isolé, Ivernel le met en corrélation avec un thème essentiel chez Benjamin, celui de l’enfance. Dans Utopie pédagogique et souveraineté de l’enfance, ou dans Éloge de la poupée et autres essais, anthologie composée et traduite par lui,  il montre comment Benjamin, s’inspirant de Fourier, voit l’enfance comme porteuse de possibilités révolutionnaires,  tout en y associant des textes plus autobiographiques  comme ceux d’Enfance berlinoise ou de Sens unique, mettant en évidence une fois de plus la profonde unité des écrits de Benjamin. Autre exemple d’ouverture, ou plutôt de moment où un thème pivote sur un autre,  Benjamin évoquant  l’acteur traditionnel, « exilé » de son corps par les nouvelles techniques d’enregistrement, l’assimile à la disparition de l’aura. Ce concept important, qui a suscité tant d’exégèses, Ivernel l’éclaire en reprenant l’injonction de Benjamin, de « répondre à l’esthétisation de la politique par la politisation de l’art », et en précisant : « Un tel renversement passe par la mise en congé de ce que Benjamin appelle l’ “aura” traditionnelle de l’œuvre d’art : ce halo protecteur qui la rend inaccessible, sauf pour l’esprit fasciné, disposé à se perdre en elle. » C’est par là que Benjamin s’est efforcé de « détruire la théorie de l’autonomie territoriale de l’art. »

Autre écho plus inattendu, Ivernel propose de voir en Paris capitale du xixème siècle le pendant de l’ouvrage sur le Trauerspiel : « ici comme là, l’auteur s’interroge sur les conditions de possibilité de la vie historique, menacée de bégaiement par l’éternel retour du même dans l’histoire, voire par la permanence de la catastrophe. »  Paris capitale du XIXe siècle, ce grand ouvrage posthume d’une richesse inouïe, Ivernel y revient à maintes reprises, en particulier dans l’article « Paris, capitale du Front populaire ou la vie posthume du  XIXe siècle ». L’éparpillement apparent du livre se trouve aimanté dans une interprétation totalement fidèle aux intuitions de Benjamin : il ne s’agit pas de faire platement œuvre d’historien, de se pencher sur un temps révolu, mais, dans une étonnante formule, de « faire tourner le passé autour du présent » . Dès lors, les bouleversements économiques et techniques du siècle passé sont vus à la fois dans leurs réussites illusoires et dans leurs risques : croire au progrès, réactiver les forces mythiques dont Heidegger au premier chef se fait le chantre, dresser la chaîne des occasions manquées depuis 1936. Ivernel rappelle à ce propos que Benjamin en exil n’a pas trouvé d’écho auprès des intellectuels allemands émigrés, membres du PCA, mais guère davantage auprès de la plupart des intellectuels français. Et si Benjamin a été critique vis-à-vis de la politique du Front populaire (on relira à ce propos Mélancolie de gauche, pour l’antifascisme allemand), on ne peut que lui donner raison en rappelant que  c’est la Chambre élue en 1936 qui, à peu d’exceptions près, votera les pleins pouvoirs à Pétain.

Si la politique est le fil rouge de la réflexion de Benjamin, Philippe Ivernel n’en néglige pas pour autant l’écrivain et le revuiste. La multiplicité des recensions rédigées par Benjamin, la diversité de leurs lieux d’édition, ses émissions de radio, ses récits ou nouvelles,  « devrai[en]t suffire à battre en brèche la légende d’un Benjamin solitaire à vocation ésotérique ». Dans « Walter Benjamin, le narrateur problématique »,  préface au recueil Rastelli raconte, Ivernel fait apparaître un Benjamin conteur, ce qui peut surprendre : alors que des essais comme « Le narrateur » ou « Expérience et pauvreté » insistent sur l’appauvrissement de la tradition orale et de l’art du récit, tout se passe comme si Benjamin tentait de démentir son propre diagnostic en élaborant des récits d’une variété et d’une subtilité étonnantes. De façon très originale, Ivernel montre que ces essais narratifs « bâtis autour de la difficulté de narrer», se situent dans  l’« espace du possible, entre une révolution manquée, celle de 1918, évoquée par le périple de la Mascotte, et une contre-révolution provisoirement réussie », celle des monstres d’ En regardant passer le corso. Mais ces récits font aussi surgir, avec l’évocation heureuse de l’archaïsme d’Ibiza, la possibilité d’une vie réconciliée…

 Lire Benjamin aujourd’hui, lire la lecture de Philippe Ivernel, c’est découvrir aussi la charge d’avenir que portent ces textes apparemment anciens, et y retrouver des préoccupations bien actuelles, comme quand le vieux Fourier, cher à Benjamin, parle de la « détérioration matérielle de la planète » ou quand Benjamin découple progrès technique et progrès social. Philippe Ivernel, en nous invitant à relire ce que nous pensions connaître, en nous incitant à nous en emparer, nous donne ce qu’Irving Wohlfarth appelle « un exemple d’effacement révolutionnaire » : effacement de soi, mais pour mieux mettre en lumière ce qui est transmis.

         Anne Roche

(c) Europe, mars 2023


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Prix WB (10 avril 2023). “Walter Benjamin. Critique en temps de crise” de Philippe Ivernel. Recension par Anne Roche. Prix Walter Benjamin. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/t0wq


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search