Lettre du 7 septembre 2020 de Mona et Kim Benjamin au maire de Perpignan

Par Mona et Kim Benjamin, petites filles et héritières de Walter Benjamin

Mona et Kim Benjamin ont souhaité rendre publique leur lettre adressée au maire de Perpignan. L’APEWB s’en fait l’écho.

Hélène Peytavi _Encriers

Rouvrez le Centre d’art, mais pas en son nom

par l’APEWB

Iguaque Sol, Bruno Tackels, 2020

Comme il l’avait annoncé dans son programme – dont le projet culturel constitue un volet stratégique –, le nouveau maire d’extrême-droite Louis Aliot souhaite réactiver le Centre d’art laissé en déshérence par son prédécesseur, en instrumentalisant le nom de Walter Benjamin, conformément à sa stratégie de normalisation d’un homme politique.

L’actuel Maire de Perpignan a été, depuis le début des années 90, l’un des principaux leaders du Front national, dont Walter Benjamin eut à coup sûr totalement desapprouvé l’idéologie. Et qui, aujourd’hui, en tant que migrant persécuté par la guerre, n’aurait sans doute pas grâce à ses yeux.

A l’initiative de membres de l’association pour le Prix européen Walter Benjamin, une lettre ouverte parue dans le Monde daté du 30 juin 2020 demande à ce que le nom de Walter Benjamin ne figure plus au fronton de cet établissement municipal.

Début juillet, l’association pour le Prix européen Walter Benjamin a recu un courrier des deux petites filles et héritières de Walter Benjamin, Mona et Kim Benjamin, qui conforte absolument cette position. Elles écrivent notamment : “La pensée que le nom de notre grand-père puisse être utilisé pour promouvoir l’idéologie de l’extrême-droite nous remplit d’horreur. Monsieur Aliot et le Rassemblement national représentent tout ce à quoi notre grand-père, ainsi que notre grand-mère Dora Benjamin, et notre père Stefan, se sont opposés émotionnellement, politiquement et intellectuellement. Le simple fait que le nom de Walter Benjamin puisse être utilisé pour célébrer ou propager les convictions de l’extrême-droite est un affront à l’histoire de notre famille, et à l’histoire collective de toutes celles et tous ceux qui ont combattu et qui continuent de se battre pour un monde meilleur, pour l’équité et les droits de tous.”

Début octobre, l’association pour le Prix européen Walter Benjamin a reçu un second courrier de Mona et Kim Benjamin, adressé directement au maire de Perpignan, afin de lui demander de renoncer à utiliser le nom de leur grand-père. Elles ont souhaité une diffusion publique la plus large possible de cette requête, toujours en attente d’une réponse. C’est pourquoi nous publions ce courrier, que chaque lecteur peut à son tour diffuser dans ses propres réseaux.

L’APEWB, le 6 octobre 2020


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.