Hommage à Walter Benjamin à l’occasion des 80 ans de sa mort

Souvenir et souvenance1

Cologne

23 octobre 2020

Organisée par la Hans-Mayer-Gesellschaft

Suite à la Tribune pour Walter Benjamin publiée par l’APEWB, la Hans-Mayer-Gesellschaft a souhaité rendre hommage à Walter Benjamin à l’occasion des 80 ans de sa mort et évoquer à cette occasion avec l’APEWB le scandale de la récupération par l’extrême droite de son nom à Perpignan.

Hommage à Walter Benjamin à l’occasion des 80 ans de sa mort, Cologne 23 octobre 2020

Pour réaliser cet évènement, elle a pu obtenir des partenariats prestigieux : Le NS-Dokumentationszentrum; le cercle des amis de ce centre; la fondation Rosa Luxemburg; le VS: l’association des écrivains et écrivaines allemands; la fondation Friedrich Ebert. La maire de Cologne fera le discours d’ouverture. Y seront aussi présentes Flossie Draper, l’arrière-petite-fille de Walter Benjamin qui, en tant que voice artiste, lira des extraits des textes de son arrière-grand-père et comme invitée surprise Marisa Ekstein, la petite nièce de Lisa Fittko. 

Pour en savoir plus : « Für Walter Benjamin – Erinnern und Eingedenken «  http://www.hans-mayer-gesellschaft.de/dokumentation/

Mona Benjamin über ihren Großvater, den Philosophen Walter Benjamin, der sich vor 80 Jahren das Leben nahm : „Es ist eine Ehre, Teil dieser Familie zu sein“

Avec la participation de Madeleine Claus, membre du jury du prix européen Walter Benjamin.


Main basse sur Walter Benjamin

1. VORSPANN: WALTER BENJAMIN UND ICH

Bevor ich auf das Thema meines Beitrags eingehe, möchte ich kurz etwas zu dem sagen, was mich hierhergeführt hat. Eigentlich hat mich absolut gar nichts prädestiniert, hier bei einer Hommage an Walter Benjamin das Wort zu ergreifen. Ich bin keine Spezialistin für die Auswüchse der Ultrarechten – denn um die geht es hier – , weder in Deutschland noch in Frankreich. Ich bin auch keine Benjamin-Spezialistin. Ich bin eine Benjamin-Leserin und vor allem: eine Nachbarin! Ich lebe in Südfrankreich, an der spanischen Grenze, in Banyuls-sur-mer, dem Ort, von dem aus Benjamin seinen letzten Weg antrat.

La suite : Vortrag-Madeleine-Claus

  1. Il est difficile de traduire Eingedenken – invention benjaminienne que l’on pourrait rendre par « immémoration » (néologisme, ce serait le choix le plus technique, peut-être le plus philosophique, mais aussi le plus tortueux), ou encore par « réminiscence » (plus intuitif, mais ce n’est pas le terme que Benjamin choisit en allemand). Les traducteurs en langue latine choisissent généralement « remémoration » – ce qui a l’inconvénient de donner l’impression d’une mémoire volontaire (et un effort individuel), alors que Benjamin parle plutôt d’une mémoire involontaire (et qui s’impose au collectif). Pour le traduire en français, Benjamin lui-même choisit « souvenance ». Marc Berdet, membre du jury du prix européen Walter Benjamin []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.