Autour de “Front de mer”. Un billet de Jean Calens.

 

Autour de Front de mer. Par Jean Calens.

“Nous sommes devant l’image comme devant du temps, car dans l’image c’est bien du temps qui nous regarde”. Walter Benjamin.

«Front de mer » est le titre à la fois troublant et juste de l’exposition concoctée par Claire Muchir pour le petit (par la taille) Musée de Collioure.

Si l’on tente de poursuivre la métaphore, on peut se risquer à parler d’échouages sur ce front de mer des années terribles, entre désespoir et utopie. 

Bien sûr, quand nous évoquons l’échouage, il s’agit de cette persistante écume insaisissable, dépôt hétéroclite et incandescent venu du bord des rêves.  

Lorsque le bruit de la réalité survient dans la conscience de rêve, des images oniriques sont convoquées par l’inconscient d’une classe en renfort pour « dormir encore un petit quart d’heure ». Marc Berdet, Le chiffonnier de Paris.

C’est une exposition d’archives au sens ou l’art est archive et inversement. Tous ces songes, toutes ces vies pris par la tenaille du temps, entre histoire et art nous interpellent avec plus ou moins de force. 

Sur les murs, pas « d’oeuvres magistrales » mais des témoignages d’engagements, des recherches, au coeur de diverses pratiques artistiques. 

L’ensemble de l’exposition fonctionne comme un collage d’écarts, un assemblage de miroirs brisés, porteur d’énigmes narratives, parfois répétitives, chères aux surréalistes, ou, pour d’autres, d’inébranlables certitudes esthétiques académiques  

Il y a des œuvres insouciantes face à la tragédie et d’autres, au contraire, venues de l’enfer. 

L’ensemble restitue donc des points de vue, des récits somnambules et des pratiques apparemment inconciliables . 

“Front de Mer” nous expose directement aux résurgences des fractures de l’histoire et contribue à ouvrir le champ des questions dans notre relation à l’art et à nos croyances. 

Cet accrochage est assez éloigné des standards lénifiants et consensuels du design des expositions actuelles grâce au bâti ancien qui l’abrite et à l’attention portée « au petit ». 

Dans les quelques photographies présentées de ces passants de l’époque, on peut aussi entendre des mots de tous les jours qui épousent notre présent.

Jean Calens,

Vilallonga dels Monts, juin 23.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Prix WB (15 juillet 2023). Autour de “Front de mer”. Un billet de Jean Calens. Prix Walter Benjamin. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/t0wy


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search