“L’auteur comme penseur. Le penseur comme auteur” par Nathalie Raoux.

Discours de remise du Prix Benjamin 2023, Céret 30 septembre 2023

“On dispose (…) d’une image de Baudelaire. Elle est comparable au cliché d’un appareil photo. Cet appareil, c’est la transmission sociale”. Ainsi débute un texte méconnu de Benjamin, une introduction méthodologique à son Baudelaire et dans laquelle, filant la métaphore du photographe, il expose comment il espérait lui tirer le portrait. Comment ? En se plongeant dans l’imagier de Baudelaire, l’album des clichés et des images tracées de lui, en les reconnaissant comme telles, comme le négatif des temps qui les avaient vu naître et en les développant à la lumière vive du présent, échangeant ombres et lumières…

C’est à une opération semblable de développement que l’ouvrage dirigé par Audrey Giboux et Mathilde Labbé, Walter Benjamin ou le pouvoir critique des images nous convie. La plaque photographique, le cliché dont vous vous êtes emparées, chères Audrey & Mathilde, c’est celui de Benjamin “penseur métaphorique”. Cette image, elle est familière à tous ceux qui ont feuilleté l’album Benjamin – autrement dit sa réception – et ils savent, comme moi, qu’au revers elle porte la légende “Hannah Arendt, 1968″. C’est elle qui la première dans un essai devenu depuis canonique – un essai riche au demeurant en images d’Epinal – a désigné Benjamin ainsi. Or cette image, lumineuse et éclairante par certains aspects, a aussi ses zones d’ombres. Elles n’échappèrent pas à Adorno qui a la lecture stupéfaite de l’essai d’Arendt, coucha dans ses notes cette phrase (je cite) « La thèse principale de H. A : W.B n’était pas un philosophe. De quel concept de la philosophie s’agit-il ? Et Adorno de répondre in petto « De celui de Monsieur Heidegger”,  ajoutant qu’il faudrait “montrer en quoi il <Benjamin> appartient à la philosophie ». Noble programme, oui mais voilà, n’était-ce pas le même Adorno qui avait reproché à Benjamin de substituer une formulation métaphorique à une démonstration rigoureuse et de préférer la métaphore à l’expression qui engage au risque de provoquer un sentiment d’artifice – autant d’arguments qu’Arendt eu beau jeu de lui retourner ?

Depuis ce débat, la question n’avait guère avancé, loin s’en faut. De chaque côté, on se jetait, tantôt pour s’en féliciter, tantôt pour le regretter, des lieux communs. Mais pour qui satisfaisait pas “des images multicolores vues dans le viseur”, il fallait un livre qui se collette enfin sérieusement à la question et qui fasse le point. Et votre ouvrage le fait avec netteté. A lire les contributions que vous avez rassemblées, le manifeste benjaminien devient manifeste : chez lui, la philosophie elle-même revendique un pouvoir d’écriture, se proposant de”faire image”. Faire image, quelle magnifique formule ! Et à la lire, moi, qui travaille sur Benjamin à pied d’oeuvre, je me le figure ruminant sur ses propres ambitions, grommelant par exemple (je cite) « ne renoncer à rien pour montrer que la présentation matérialiste de l’histoire est figurative en un sens plus éminent que la présentation traditionnelle. ». Vous non plus vous n’avez renoncé à rien, pour notre plus grand bonheur. Vous avez varié les points de vue, et des plus experts, démultiplié les cadrages et les quatre sections que vous proposez sont moins des parcours de lectures que des angles différents. Certes, le mode d’exposition, ouvrage universitaire oblige, que vous avez choisi est tamisé. Mais le Benjamin qui s’y dévoile n’en est pas moins politique car, grâce à vous, c’est “le pouvoir critique” des images benjaminiennes qui saute aux yeux. 

Merci, chères Audrey et Mathilde, d’avoir enfin fixé une image de Benjamin en écrivant (qualificatif que, pour ma part, je préfèrerais à celui d’écrivain), de Benjamin, l’auteur comme penseur, le penseur comme auteur. Cette image-là ne pouvait que s’intégrer parfaitement dans la collection que cherche à dessiner notre Prix, dont la vocation est, au travers de travaux exigeants comme le vôtre, de ne rien céder à la facilité des images d’Epinal pas davantage qu’à l’iconisation pour restituer un Benjamin vivant, pensant, écrivant, espérant, s’engageant et… engageant. En un mot, un Benjamin présent à son temps et grâce à des travaux comme le vôtre et nous l’espérons notre Prix, toujours vivant et présent au nôtre. Au nom du jury du Prix Walter Benjamin, je vous en  félicite et surtout je vous en remercie.

Nathalie Raoux

Photographie Hélène Peytavi : Mathilde Labbé, Audrey Giboux, Nathalie Raoux et Richard Meier et les marraines du Prix Kim et Mona Benjamin petites-filles de Walter B.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Prix WB (2 octobre 2023). “L’auteur comme penseur. Le penseur comme auteur” par Nathalie Raoux. Prix Walter Benjamin. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/t0xb


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search