Singulier Pluriel, extraits

Par Maurice Olender, historien, anthropologue et éditeur

Historien et anthropologue, Maurice Olender a analysé, dans ses séminaires à l’Ecole des hautes études et dans ses livres, les mécanismes du complot et de de la rumeur. Depuis la fin des années 1970, dans ses enquêtes sur la genèse et le développement des idées modernes de « la race », il a mis en évidence un binôme archaïque qui a orienté plus d’une idéologie au XIXe et au XXe siècle tout en poursuivant sa course aujourd’hui : le  couple conceptuel « sexe et race ».

Maurice Olender est le créateur de la collection « La Librairie du XXIe siècle ». En référence à Montaigne, elle propose une connaissance ouverte sur le monde, une interrogation sur soi. S’inscrivant dans ce projet d’une culture générale, « La Librairie du XXIe siècle » offre à ses lecteurs une collection d’écrits pour notre temps. La réédition des mémoires de Lisa Fittko, résistante allemande au nazisme, précédé du texte d’Ewy Plenel Le présent du passé , s’inscrit dans cette lignée. Cette réédition a reçu le prix spécial Walter Benjamin 2020. L’ensemble de la collection est présentée sous le lien suivant : https://librairiexxisiecle.com/la-librairie-du-xxie-siecle/

Parmi ses engagements, où il refuse de distinguer le philologique du politique,  Maurice Olender évoque plus d’une fois l' »Appel à la vigilance » lancé dans Le Monde du 13  juillet 1993. A ce propos, outre le texte complet de l' »Appel » et les noms des 40 premiers signataires dans Race sans histoire (Points, 2009, p. 244-248), on peut aussi se reporter au chapitre intitulé « De la responsabilité sémantique » (p.225-232) ainsi qu’à plus d’une page d’un autre livre quasi- biographique :  Le fantôme dans la bibliothèque (Seuil, 2017), notamment p. 71-74.

Maurice Olender revient plus largement au texte et au contexte de cet « Appel » dans son tout dernier livre qui vient de paraître, Singulier Pluriel, Conversations, édité et préfacé par Christine Marcandier, Seuil, 2020. A la fois lors d’un échange avec le cinéaste Luc Dardenne (p.25-26) et avec l ‘historien Pierre Nora (p. 83-85).

Hélène Peytavi, Ecchymoses, 2019

A propos de cet « Appel », voici, avec l’autorisation des éditions du Seuil, quelques extraits de son échange avec Claire Mayot dans Singulier Pluriel.

(p. 97-99)

(…) Claire Mayot . – Il est impossible de parler de votre engagement intellectuel sans évoquer l’« Appel à la vigilance » dont on vous attribue la paternité. On est le 13 juillet 1993 et vous publiez, dans Le Monde, une tribune signée au départ par quarante personnalités. À quoi fallait-il être vigilant à l’époque ?1

Oui, un appel signé par quarante personnes le 13 juillet 1993 dans Le Monde, et l’année suivante, il y avait entre mille cinq cents et deux mille signataires de toute l’Europe, sur une pleine page imprimée par ordre alphabétique. Le premier moment de cet « Appel à la vigilance » a lieu lors d’une soirée amicale avec Yves Bonnefoy. Il raconte comment cela s’est passé dans un texte de 2013 (…)2

 (…)  À l’origine, lors des premières réunions, il y avait en effet Yves Bonnefoy mais aussi notamment Umberto Eco, Arlette Farge, Nadine Fresco, Michel Deguy, Lucy Vines, Nicole et Patrice Loraux, Jean‐Pierre Vernant, Lydia Flem, Françoise Héritier…

Nous nous sommes donc réunis en un premier temps non pas pour rédiger une pétition mais pour réfléchir ensemble à ce que suppose la responsabilité de signer un texte dans telle ou telle publication. (…)

Hélène Peytavi, Ecchymoses, 2019

Autour de Singulier Pluriel

Entretien avec Maurice Olender autour de son livre Singulier Pluriel. Conversations (Seuil, septembre 2020). L’entretien a été tourné à Bruxelles, le 22 février 2020, dans la bibliothèque de Maurice Olender. Par Diacritick.

(p. 99-100)

(…) Lorsqu’on signe un texte, une œuvre, dans un contexte donné, on a une responsabilité face à ceux qui vont nous lire. La signature inscrit non seulement les mots d’un « pur esprit » mais aussi ceux d’un corps sensible qui pense, qui connaît ses limites et celles des autres. Cet « Appel à la vigilance » est né de notre prise de conscience que des publications, dirigées par des gens liés aux extrêmes droites en France et en Europe, ont pu « piéger » tel ou tel d’entre nous – ce qui fut le cas. Il s’agissait de se réveiller en sortant certains de nos amis de la torpeur… voire du rêve, avant qu’il devienne cauchemar.

Cl. M. – Ce texte n’a pas forcément été très bien compris à l’époque, il a suscité beaucoup de polémiques, si bien que je m’interroge : jusqu’alors vous meniez vos combats dans un cadre académique, presque confortable avec cette famille que vous vous étiez choisie. Comment et pourquoi décide-t-on de s’exposer, de combattre sur la place publique, depuis quelle urgence ?

L’urgence était liée au fait qu’il ne s’agissait pas de tel ou tel groupe négationniste, telle ou telle forme d’idéologie d’extrême droite s’exprimant dans leurs propres publications. Nous étions à présent à l’intérieur d’un univers, dont les codes et les règles paraissent « démocratiques », où il y avait désormais une telle porosité que des chercheurs, qui se sont reconnus par la suite « piégés », se sont trouvés associés à des publications, qu’ils ne connaissaient pas ou peu, en quête de « légitimité démocratique », proches de courants politiques perméables aux idées des extrêmes droites européennes.

Or, c’est bien connu, il peut y avoir une prise de pouvoir par des responsables qui, le moment venu, tout en se servant des outils juridiques démocratiques, ruinent ce pouvoir de l’intérieur.

Autrement dit, l’« Appel à la vigilance » n’était pas un Appel « contre » mais un Appel « pour ». Notamment « pour » se faire du souci, « pour » être attentif, « pour » dire qu’il y avait une « responsabilité sémantique » liée à la « signature » qui, historiens et archéologues s’en souviennent, porte l’antique marque de l’empreinte du corps humain3. Ici donc nulle exclusion ni censure. Il s’agissait de faire le libre choix de s’inclure, ou non, en s’associant ou pas, en cautionnant ou pas, des courants de pensée auxquels on se sentait étranger. (…)

(p. 103)

(…) Rappelons les premiers mots de cette tribune du 13 juillet 1993 dans Le Monde : « Nous sommes préoccupés par la résurgence, dans la vie intellectuelle française et européenne, de courants antidémocratiques d’extrême droite. Nous sommes inquiets du manque de vigilance et de réflexion à ce sujet. […] Que des idéologues d’extrême droite déploient une activité d’auteurs et d’éditeurs au sein de réseaux antidémocrates et néonazis n’est pas un fait nouveau. […] Or les mêmes gens ont entrepris depuis un certain temps de faire croire qu’ils avaient changé. Ils mènent pour cela une large opération de séduction visant des personnalités démocrates et des intellectuels, dont certains connus pour être de gauche. […] À la faveur de ces complicités involontaires, nous craignons de voir prochainement se banaliser dans notre vie intellectuelle la présence de discours qui doivent être combattus parce qu’ils menacent tout à la fois la démocratie et les vies humaines. Nous ne pouvons en effet oublier que les propos de l’extrême droite ne sont pas simplement des idées parmi d’autres, mais des incitations à l’exclusion, à la violence et au crime. […] Nous nous engageons à refuser toute collaboration à des revues, des ouvrages collectifs, des émissions de radio et de télévision, des colloques dirigés ou organisés par des personnes dont les liens avec l’extrême droite seraient avérés. » 4 (…)

(p. 104)

(…) Cl. M. – Signeriez-vous dans les mêmes termes aujourd’hui ?

C’est un texte adéquat. Oui, je le signerais comme en 1993. Faut‐il le rappeler une fois de plus ? C’était un texte volontaire, positif, une position prise « pour » et pas « contre ». Nulle censure – contrairement à ce qu’on a pu lire ensuite dans les polémiques. Comme Eco l’a dit et redit : « On peut être tolérant, tout en refusant l’intolérable. » (…)

(p. 105)

(…) Dans le même entretien, Umberto Eco rappelait clairement ce qui nous avait incités à rédiger et à signer cet « Appel » : « En s’engageant à refuser de participer aux revues, aux émissions de radio ou de télévision, aux colloques organisés par des gens liés à l’extrême droite, ceux qui signent cet “Appel” ne refusent donc pas tout ce qui a changé dans le monde, ni tout ce qui est à repenser ! Ils expriment leur choix de ne pas cautionner des courants qu’ils jugent dangereux pour la démocratie. »

Vous posez la question de l’actualité de cet « Appel ». Il y allait, comme il y va encore aujourd’hui, de la responsabilité d’une pensée critique. En raison de la simplicité et de la pertinence de sa formulation, je cite une fois encore l’ami  disparu : « “Appeler à la vigilance” […] pour moi, c’est simplement le travail de la pensée. La tâche de discernement et de critique, qui est celle des intellectuels, trouve là de nouvelles extensions. En ce sens, la pensée est une vigilance continuelle, un effort pour discerner ce qui est dangereux même dans des circonstances et des discours en apparence innocents. »

Reste un point, paradoxal, que personne ne semble avoir souligné : historiquement, toute cette « affaire » était « microscopique », puisque liée à des publications dont personne ou presque ne connaissait le nom.

Or il arrive que ce qui est « microscopique », à un moment donné, se révèle, à la faveur d’événements imprévisibles, « macrosignifiant ».

Les questions que posait cet « Appel » demeurent, en les adaptant aux réalités présentes, sans doute actuelles, peut‐être avec plus d’urgence encore à l’heure où le numérique et les réseaux sociaux amplifient l’écho de l’antique déesse qui a pour nom la « Rumeur »5.

  1. Pour les textes et contextes historiques précis, et les sources relatives à la généalogie intellectuelle de cet « Appel », de la bibliographie aussi, voir Race sans histoire, op. cit., p. 95‐174 ; pour le texte de l’« Appel », ses premiers signataires et de la bibliographie, p. 244‐248. Les archives de cet « Appel » se trouvent à l’IMEC. []
  2. Dans un texte dédié à Jean‐Pierre Vernant, Yves Bonnefoy écrit : « C’était en janvier 1993, il nous vint à l’esprit, à tous les trois [Maurice Olender, Yves Bonnefoy, Lucy Vines], qu’il était grand temps de faire quelque chose, et que cela pourrait être la création d’un comité de vigilance, pour mettre en garde […] et recueillir le soutien de tous ceux qui étaient faits pour s’en indigner. Maurice se mit aussitôt au travail, et bientôt le comité fut en place », Yves Bonnefoy, « Jean‐Pierre Vernant et la poésie », Le Genre humain, no 53 : Jean-Pierre Vernant. Dedans dehors, 2013, p. 107 sq. []
  3. Par exemple dans les cas d’adoption, pour marquer des liens de filiation, dans l’ancien droit mésopotamien – mais aussi dans d’autres cultures, en d’autres temps. Ainsi, pour ce type de relations entre la signature, l’empreinte du corps, le sceau et la filiation biologique, voir le beau livre d’Elena Cassin, Le Semblable et le Différent. Symbolismes du pouvoir dans le Proche-Orient ancien, Paris, La Découverte, « Textes à l’appui », 1987, p. 10‐14, p. 294‐303. []
  4. Pour le texte intégral de l’« Appel », voir Race sans histoire, op. cit., p. 244‐246. []
  5. Marcel Detienne, « La Rumeur, elle aussi, est une déesse », Le Genre humain, no 5 : La Rumeur, 1982, p. 71‐80. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.