« Oh, je voudrais tant que tu te souviennes… » Politique de la mémoire chez Walter Benjamin

Par Marc Berdet, sociologue et philosophe, professeur visitant à l’université de Brasilia, Brésil, lauréat du prix Walter Benjamin 2019

Il est difficile de traduire Eingedenken – invention que Benjamin reprend à Bloch et que l’on pourrait rendre par « immémoration » (néologisme, ce serait le choix le plus technique, aujourd’hui philosophiquement bien défendu, mais aussi le moins commode), ou encore par « réminiscence » (plus intuitif, mais ce n’est pas le terme que Benjamin choisit en allemand). Les traducteurs en langue latine choisissent généralement « remémoration » – ce qui a l’inconvénient de donner l’impression d’une mémoire volontaire (et un effort individuel), alors que Benjamin parle plutôt d’une mémoire involontaire (et qui s’impose au collectif). Pour le traduire en français, Benjamin lui-même choisit « souvenance ». Le point sur ces différents choix.

Hélène Peytavi, photographie, 2020

Remémoration, souvenir, souvenance ? Comment traduire le concept de Eingedenken, que Walter Benjamin forge dans l’idée d’inaugurer une politique de la mémoire ? Quels en sont les enjeux ? Lorsqu’on traduit par « remémoration », comme c’est la convention (« rememoración » en espagnol, « rememoração » en portugais, « rememoration » en anglais), on éclipse deux traits importants qui risquent de rendre le concept incompréhensible voire inutilisable. Il manque à  « remémoration » l’aspect de recueillement collectif contenu dans Gedenken, qui renvoie à un hommage socialement construit (on trouve Gedenken dans des expressions comme « en mémoire de », zum Gedenken an, et « une minute de silence », eine Minute stillen Gedenkens). Fait aussi défaut la dimension involontaire dont les consonances proustiennes vont un peu à l’encontre (mais c’est tout l’enjeu du concept) de cet aspect commémoratif ritualisé par la société, dimension involontaire que Benjamin cherche à introduire par le préfixe Ein-, correspondant à notre préfixe « im », comme dans « immersion ». Dans Ein-gedenken, on peut précisément entendre « immersion dans la mémoire », au sens d’une immersion mnémonique, à l’image d’un plongeur disponible, dans le fond des océans, à être interpellé par un morceau du passé qui passe par là. Eingedenken contient donc, d’une part, un aspect de recueillement collectif (Gedenken) et, d’autre part, une dimension immersive (Ein-) qui, dans la conception de Benjamin, va renvoyer non pas à la quête d’un objet précis, mais plutôt à une attention flottante à tout type d’objet venu du passé porté aujourd’hui par le courant.

Das Eingedenken comme collectif et involontaire : ce sont ces deux aspects qui risquent de se perdre à le traduire par « remémoration », terme que l’on comprend spontanément comme individuel et volontaire. En psychologie en effet, et, par extension, dans la langue courante, la remémoration est associée à un acte de rappel volontaire du souvenir, à l’effort d’un sujet individuel pour retrouver et reconnaître un événement passé tombé dans l’oubli, ce qui le distingue du souvenir proprement dit et de l’effet de rappel qu’il contient potentiellement. « Je me remémore », « Je me souviens » et « Je me rappelle » pourraient être considérés comme trois degrés de mémoire, de la plus maîtrisée à la plus spontanée. « Je me remémore » serait l’acte le plus conscient, tirant vers l’effort du « J’essaie de me remémorer ». On peut bien dire « J’essaie de me souvenir » ou « J’essaie de me rappeler », c’est toujours vers cet effort laborieux que l’on tend : l’effort signale un travail intense de l’individu, qui souvent ferme les yeux et se replie en son for intérieur pour rencontrer l’épisode aux contours encore obscurs. « Je m’en souviens » contient, au contraire, une dimension plus subite du type : « Ca y est, je m’en souviens ! ». Il peut certes surgir de l’exercice de mémoire précédent, c’est-à-dire d’une certaine mise en condition psychique, mais il peut aussi surgir de manière tout à fait impromptue, alors justement que la conscience se relâche, et à plus grande distance, conséquence lointaine, peut-être, de l’exercice en question. Il ne s’agit plus de marcher dans le noir jusqu’à reconnaître un objet à ses contours, mais d’être soudainement illuminé par un flash. « Je me rappelle » renforce plus encore cette dimension de « rappel », justement, dans cet espace indistinct où l’on ne sait plus si c’est nous qui nous rappelons du passé (« En voyant ce paysage, je me rappelle tout à coup… ») ou le passé qui se rappelle à nous (« Ce paysage me rappelle ») : le passé prend appui sur ce que nous éprouvons à l’instant pour se manifester à nous. C’est en quelque sorte l’étape supérieure du souvenir, le flash continu qui ne projette pas seulement une image intermittente du passé sur nous, mais nous immerge en quelque sorte dans cette image : « Tout à coup, je me retrouvais dans ce paysage… » Si nous sommes immergés dans le passé, ce n’est pas parce que nous avons volontairement plongé en lui, mais plutôt parce que le passé nous submerge sans que nous l’ayons forcément prévu.  Or c’est précisément cette restitution proustienne, involontaire, d’une expérience passée (le Ein- de Eingedenken) que Benjamin vise, en tentant de la transférer au collectif, là où nous avons l’habitude sociale – c’est-à-dire contrôlée, volontaire – du recueillement et des commémorations (le Gedenken de Eingedenken).

C’est peut-être pourquoi, lorsque Benjamin tente, en français, de trouver un équivalent de son néologisme allemand, il ne choisit pas « remémoration » ni même « souvenir » mais, pour se rapprocher de cet effet de rappel, récupère le mot inusité de « souvenance ». Choix intéressant en ce qu’on entend mieux ici le « venance » du mot, le fait que le passé vient à l’esprit sans qu’on ait spécialement voulu le convoquer à ce moment là, et qui renvoie à un usage du verbe où c’est le passé qui saisit le sujet au lieu du contraire, où la mémoire est sujet et non plus objet, comme on peut le voir aux exemples qui, dans le Grand Robert, illustrent la définition du terme : « Qu’il vous souvienne des Vikings ! » ; « Un soir, t’en souvient-il ? nous voguions en silence » ; « Te souvient-il de notre extase ancienne ? ».

Le choix de traduire Eingedenken par « immémoration » a été fait par l’excellent Stefano Marchesoni, dans une thèse très convaincante, en allemand1, et l’introduction, en italien2, à un recueil de textes d’Ernst Bloch et Walter Benjamin, où l’on voit la genèse du terme de l’un à l’autre. « Immémoration » a l’avantage d’être strictement fidèle au néologisme allemand, mais il oblige à de longues explications sur le préfixe im-, qui n’est ici pas privatif, mais immersif. Il a encore l’avantage de la précision philosophique et technique, inaugurant probablement un nouveau pan pour la philosophe de la mémoire, mais il a l’inconvénient d’être peu intuitif et maniable, y compris dans d’autres disciplines (comme l’anthropologie ou la sociologie de la mémoire, ou encore l’histoire). Le débat, inauguré avec panache, reste ouvert…

  1. Stefano Marchesoni, Walter Benjamins Konzept des Eingedenkens. Über Genese und Semantik einer Denkfigur, Berlin, Kulturverlag Kadmos Berlin, 2016. []
  2. Ernst Bloch et Walter Benjamin, Ricordare il futuro. Scritti sull’Eingedenkenchoix de texte et introduction par Stefano Marchesoni, Milan, Mimesis, 2016. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.