Entretien avec Bruno Tackels sur le Prix Européen Walter Benjamin 2020

C.L. Pourquoi avoir accepté la présidence de cette nouvelle association ?

B.T. Lorsque les membres du jury du prix de l’association Walter Benjamin Sans Frontières ont compris qu’il n’était pas possible de raisonner Jean-Pierre Bonnel, président de l’association, et de trouver une issue digne et satisfaisante, nous nous sommes organisés collectivement. L’idée d’une association loi 1901 a alors surgi naturellement. L’objectif était de sauver le prix Walter Benjamin et de mettre en sûreté la mémoire du philosophe allemand, victime des politiques d’extrême-droite des différents pays européens en 1940. Mon nom a été suggéré par plusieurs membres du jury, et j’ai accepté cette proposition avec plaisir, en posant d’emblée le principe d’un travail en collectif – ce que nous avons fait, je dois le dire, avec beaucoup de bonheur, grâce à l’engagement généreux de chacun des membres. 

Le président de l’association Prix Européen Walter Benjamin en vigie dans sa maison en Colombie. Crédits : Trixi Alina, Bogotá, mars 2020.

C.L. Peut-on parler d’un acte politique concernant la création de cette nouvelle association puisqu’elle naît dans un contexte particulier ?

B.T. Oui, absolument. Il nous paraissait politiquement inacceptable, je dirais même insupportable, d’imaginer le prix Walter Benjamin géré par une association qui a fait, il est vrai, un intéressant travail de terrain, de diffusion et d’animation autour de la pensée de Walter Benjamin, mais qui se retrouvait piégée par son président et par ses dérives manoeuvrières. Un président prenant des positions publiques favorables à un rapprochement avec le candidat “indépendant” Louis Aliot, et qui surtout ne semblait pas y voir de problèmes. Nous avons pourtant tout fait pour lui faire clarifier son positionnement, confus et ambivalent. Tous nos efforts ont été vains.

Je ne crois pas une seconde qu’il a épousé les thèses radicales du RN, mais il est plutôt la victime parfaite de la nouvelle stratégie de ce parti radical, clivant et intolérant : un parti qui, après avoir mis en œuvre une stratégie de dédiabolisation, passe maintenant à une opération de normalisation, rassemblant autour de son leader une équipe de gens « normaux » et de bonne volonté, qui veulent agir pour leur ville et la sauver du marasme dans laquelle l’ont plongé les politiques municipales successives, assurément catastrophiques sur le plan social, mais aussi culturel. La force et l’habileté du candidat d’extrême-droite est de ramasser les éclats piétinés de ce champ de ruines en faisant des promesses et en portant un discours sur la culture que les hommes et femmes politique de gouvernement ont cessé de tenir depuis longtemps.

C.L. Que pensez-vous de la présence d’un ancien membre du jury du prix Walter Benjamin sur la liste de Louis Aliot à Perpignan ? 

B.T. André Bonet est arrivé tardivement dans l’association, l’année dernière, et, il faut le dire, sans aucune concertation avec les autres membres. Son introducteur et ami Jean-Pierre Bonnel devait estimer qu’il apportait avec lui le poids du Centre Méditerranéen de Littérature, une structure qui s’était imposée dans l’écosystème de la littérature en mettant en valeur les écrivains du bassin de la méditerranée au niveau de la ville de Perpignan…

Alors que s’est-il passé pour qu’un homme qui défend les lettres, qui plus est méditerranéennes, puisse être enrôlé par l’extrême-droite française ? Cela reste pour moi un mystère. Mais on peut faire l’hypothèse que le candidat Aliot a passé avec le colistier Bonet un marché de dupes : “Tu as carte blanche, rêve avec nous tout ce que cette ville mérite de meilleur.” Et Bonet a en effet annoncé les lignes d’un programme culturel qui ne peuvent qu’impressionner, notamment en promettant de réparer le travail de sape et de destruction mené par la droite. Par exemple, en promettant la réouverture du centre d’art Walter Benjamin, qui n’a jamais été à la hauteur de ce que l’on pouvait en attendre (comme foyer international), ou celle de l’école d’art, dont la fermeture est un traumatisme, pour la ville de Perpignan et bien au-delà. Je peux hélas témoigner de cette catastrophe, car je travaillais au Ministère de la culture à l’époque de cette décision dramatique…

Mais il semble évident que ces promesses ne seront jamais tenues, surtout par un parti qui, malgré ses postures « anti-système », s’empresse d’appliquer la plus implacable rigueur budgétaire lorsqu’il se met à diriger des villes. Défendre la culture, à Perpignan ou ailleurs, ne justifiera jamais de choisir le camp de la barbarie. Celle-ci apparait très vite lorsque les droites radicales arrivent au pouvoir. On le voit en ce moment même au Brésil ou aux États-Unis. 

C.L. Quelles sont les missions de cette nouvelle association ?

B.T. Nous venons de délibérer, dans l’urgence, mais en toute rigueur et collégialité. Et c’est une grande fierté pour nous de récompenser Michael Löwy, un philosophe important, rigoureux et généreux dans son écriture, qui n’a eu de cesse de rependre les pensées fulgurantes – et parfois bien obscures – de Walter Benjamin, et de les penser, pour nous, au présent, dans notre actualité. C’est un habitant du monde. Il pense au-delà des frontières, et ses textes apportent de bonnes nouvelles, notamment d’Amérique latine, où il est né.

Quant au prix spécial, il espère contribuer à remettre en lumière une figure importante de la résistance au nazisme, Lisa Fittko, militante antifasciste infatigable qui, avec son mari, a risqué sa vie pour sauver celle de centaines de Juifs. Certes, elle n’a pu sauver celle de Benjamin, mais son témoignage est précieux pour comprendre cette force de résistance aux ennemis de la liberté. C’est une magnifique leçon pour les jeunes générations, dont la mémoire doit être entraînée par l’expérience de ces grands aînés. Dans le terme vigilance, on entend vigie, celui qui voit avant les autres, qui prévient, et évite la catastrophe.

Et c’est en effet l’un des objectifs de notre association : auprès des publics les plus divers, réveiller les forces vives du passé, raconter la complexité historique, rester vigilants face à toutes les formes d’oppression (et dieu sait s’il y en a, le progrès de nos sociétés est bien illusoire, comme le disait Benjamin)  et se donner une boussole sur notre chemin collectif. Ce travail se fera en passant par les lieux de mémoire, en dialoguant avec les enseignants et leurs élèves, notamment au mémorial du camp de Rivesaltes. Nous avons aussi engagé un dialogue fécond avec le Musée de l’Exil à la Jonquera et avec le Musée démocratique de Barcelone. L’enjeu est de passer les frontières… plus que jamais !

La vigilance, c’est aussi de rester attentif à tout ce qui se passe autour de l’œuvre et de la pensée de Walter Benjamin, une large palette d’initiatives et appropriations, qui va des meilleures aux plus contestables, voire opportunistes. Je pense par exemple à cet escape game” proposé par un hôtelier de Port-Bou, où il s’agit de sauver Walter Benjamin en s’échappant du village ! Le moins qu’on puisse dire, c’est que le concepteur d’un tel projet n’avait pas tout à fait pris la mesure de ce qu’il proposait. Il y a donc un vrai travail de pédagogie à mener, n’allant pas forcément contre le souci, tout à fait légitime, de revitaliser le tourisme local même en saison creuse. S’agissant des endroits où Benjamin a séjourné, nous pourrions bien sûr y aider, s’il y avait au moins un désir de rencontrer vraiment la vie et l’œuvre du philosophe…

C. L. En plus d’André Bonet, une autre figure du monde de la culture locale, Josiane Cabanas (ex-journaliste et ex-adjointe au patrimoine à la mairie de Perpignan) a apporté son soutien à Louis Aliot pour le 2e tour des municipales, alors qu’elle était sur la liste du candidat La République en Marche au 1er tour. Le candidat LREM s’est désisté au profit d’un front républicain contre Aliot. Mais ce front républicain présente de sérieuses failles. La stratégie de dédiabolisation de Louis Aliot gagne du terrain. Le président de l’association Walter Benjamin Sans Frontières s’est également montré séduit par cette stratégie. Qu’en pensez-vous ? 

B. T. Je n’arrive en effet toujours pas à comprendre cette amnésie, cette manière de gommer le passé, d’évacuer les leçons de l’histoire, en faisant un tel pari politique. Serait-ce de la naïveté ? Je ne crois pas. Davantage une colère politique, alimentée par des années de déceptions et d’humiliations face à des politiques qui, professionnels de l’atermoiement, ne cessent de se dédire…

Mais cette colère, pour légitime qu’elle soit, ne peut se fondre dans un parti qui programme la haine de l’autre, l’exclusion, les bouc-émissaires et la fermeture des frontières. Je vous rappelle que l’association dont nous parlons s’appelait Walter Benjamin Sans Frontières ! C’est consternant, et inacceptable de penser que la mémoire de Walter Benjamin puisse être aujourd’hui mobilisée par des gens qui veulent les fermer, ces frontières, répétant par là le geste qui lui a couté la vie, épuisé qu’il était à l’époque par cette même politique d’exclusion et d’ostracisme haineux. N’oublions pas, n’oublions jamais que Benjamin a passé plusieurs mois dans un camp de travailleurs allemands en France, à Nevers, victime d’une politique française qui n’a pas su les reconnaître et voir en eux des réfugiés. Une réalité historique qui résonne fortement avec notre époque…

Si la stratégie de Louis Aliot semble fonctionner, c’est assurément parce qu’il peut s’appuyer sur le désastre politique légué par les partis traditionnels. Cette “confiture” – comme on dit en Colombie – dans laquelle les hommes et les femmes politiques engluent la gestion des affaires publiques est indigne de la politique. Et le « sauveur de la République » que les Français ont élu il y a trois ans se vautre dans le même marigot, dirigé par les intérêts et les forces de l’argent. On comprend pourquoi et comment le Rassemblement National rafle la mise. Mais le candidat « indépendant » de Perpignan, qui avance habilement sans étiquette, est déjà au-delà de la dédiabolisation – cela, c’était le travail de la fille de Jean-Marie Le Pen. Lui vise le coup suivant, 2022 : une vaste opération de normalisation, en rassemblant le plus largement possible, attrapant dans ses filets tous ces déçus de la gauche et de la droite, et aussi les victimes du “en même temps” mortifère. Perpignan n’est qu’un avant-goût de ce qui se prépare si nous ne disons pas stop. Je ne sais pas du tout ce qui peut surgir de ce stop qui ne soit pas la destruction et la violence civile.

Les lauréats du Prix Européen Walter Benjamin 2020 sont des veilleurs, des forces qui inventent, qui esquissent une autre voie, une voie humaine et accueillante, une voie de partage des richesses, matérielles et spirituelles. Je crois que de plus en plus de françaises et de français aspirent à prendre ce chemin.

Cet entretien avec Bruno Tackels, Président de l’Association du Prix Européen Walter Benjamin, a été réalisé par Céline Llambrich, en vue de la préparation d’un article pour France 3 Occitanie, publié le 6 juin 2020. Il a été édité pour pouvoir être publié sur ce carnet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.