A ma tante Rosa et à toutes les femmes qui ont aidé Lisa et Hans Fittko en 41

Par Dominique Olzer

La dernière fois que j’ai vu ma tante Rosa (la sœur aînée de mon grand-père maternel André Ventajou), c’était pendant l’été 1971 ou 1972. J’avais 13 ou 14 ans, mais en réalité, j’étais encore une petite fille. Je ne savais rien de sa vie, de son histoire.

Continuer la lecture de « A ma tante Rosa et à toutes les femmes qui ont aidé Lisa et Hans Fittko en 41 »

Chemin de passage

A la frontière espagnole, en bord de Méditerranée, existe un sentier de contrebandiers aujourd’hui presque oublié. Outre la contrebande, il servit aux Républicains espagnols pour échapper à la dictature de Franco. En 1940, la jeune Lisa Fittko s’installe à Banyuls-sur-Mer. Cette résistante allemande au nazisme va organiser par ce chemin, grâce à des aides locales, le passage de plusieurs centaines de persécutés dans leur tentative désespérée pour rejoindre le Portugal, puis les Amériques. L’un des premiers à emprunter ce sentier d’évasion fut le philosophe Walter Benjamin.

Entretien avec Louis Nivet, consul honoraire de Suède à Port-Vendres et randonneur émérite, par l’écrivain Gildas Girodeau.

Réalisation Patrick Flynn avec Natacha Ikoli. Musique Pedro Soler et Gaspar Claus.

Lost in Marseille

Par le duo Catherine Vincent

Avec l’aimable autorisation de la revue en ligne themarkaz.org

L’avant-garde musicale de Catherine Estrade et Vincent Commaret relie Walter Benjamin à Damas, Berlin et Marseille.

Le duo Catherine Vincent à Marseille

Dans « Lost in Marseille », Catherine Vincent, un couple d’auteurs-compositeurs-interprètes franco-chilien-argentin, qui a vécu un temps à Damas avant la guerre, ouvre un portail sur leur projet musical. Ils ont marché sur les traces de Walter Benjamin à Marseille lorsqu’il fuyait les nazis, rejouent son essai « Haschich à Marseille » dans les quartiers qu’il a parcourus, le suivent jusqu’à sa fin à Portbou (où ils ont donné un concert l’année dernière). Ils imaginent Benjamin en Jamal Ibntrewan (son anagramme exact), un intellectuel syrien réfugié échoué dans la ville natale de Benjamin, où Catherine Vincent a créé leur récent album Lost in Berlin.

A lire ici : https://fr.themarkaz.org/magazine/lost-in-marseille

Walter Benjamin et la Commune

Par Anne Roche, professeur émérite à l’Université d’Aix-Marseille, lauréate du Prix Walter Benjamin 2018

Plein air des révolutions. La révolution désensorcelle la ville.1

Avec l’aimable autorisation de Frédéric Miler

Au printemps 1935, le musée municipal de Saint-Denis présente une grande exposition, « La Commune de Paris – 18 mars – 28 mai 1871 »2, les dates de l’exposition reproduisant à un ou deux jours près les dates de l’événement. Walter Benjamin l’a visitée : il décrit plusieurs des illustrations et cite des textes et documents exposés. Un an après, le 22 mai 1936, il copie encore deux grands extraits de l’article de Jean Cassou paru dans Vendredi, « la Semaine sanglante », signe d’un intérêt dans la durée, que l’on n’imaginerait pas devant la relative minceur des pages qu’il a consacrées à la Commune.

Le catalogue de l’exposition s’ouvre sur un avant-propos de Lucien Descaves, auteur de Philémon, vieux de la vieille. Roman de la Commune, de l’exil et du retour (1913), roman favorable à la Commune, et une préface de Jacques Doriot, qui à l’époque était encore au parti communiste.  Une question s’impose alors : pourquoi Benjamin, alors en exil à Paris, s’est-il préoccupé de cet événement ? Plus précisément : quel usage en a-t-il, et quelle représentation en propose-t-il ?

Barricade rue Royale, vue vers la Madeleine durant la Commune de paris de 1871. Source : Musée Carnavalet/ Roger-Viollet
Continuer la lecture de « Walter Benjamin et la Commune »
  1. Walter Benjamin, Paris capitale du xixème siècle. Le Livre des Passages, traduit de l’allemand par Jean Lacoste, Paris, Éditions du Cerf, 1989,p.440 []
  2. Merci à Elsa Tilly, du service des collections du Musée d’art et d’histoire Paul Éluard de la ville de Saint-Denis, pour ces informations et la reproduction des images décrites par Benjamin : Anonyme, Les cadavres découverts dans les souterrains de l’église Saint-Laurent (typographie sur papier, 1871), Joseph Burn Smeeton (d’après Frédéric-Théodore Lix), La chasse à l’homme dans les catacombes (typographie sur papier, 1871), Ed. Renaux (d’après Gaston Béthune), Le départ de la Commune (lithographie sur papier, 1871), Charles Vernier, Elle. (lithographie sur papier, 1871), Crédits photographiques : Musée d’art et d’histoire Paul Eluard, Saint-Denis. Cliché : I. Andréani. []

Le Maire de Perpignan renonce au nom Walter Benjamin pour le centre d’art contemporain

Mona Benjamin sur Radio Bleue le 11 mars 2021

Finalement, Louis Aliot renonce à l’usage du nom Walter Benjamin à Perpignan en débaptisant le centre d’art contemporain. La réaction de Mona Benjamin, petite fille du philosophe, qui exprime son soulagement au micro de France Bleue.

Hélène Peytavi, coquillages, 2019

En effet, lors du conseil municipal du 16 février 2021, Louis Aliot annonçait accéder à la demande de Mona et Kim Benjamin en renonçant au nom Walter Benjamin pour le centre d’art contemporain sur lequel, par ailleurs, le 1er adjoint, Charles Pons, annonçait à la presse locale le 7 février 2021, la possibilité que le bâtiment soit vendu à une enseigne de prêt-à-porter italien!

Conseil municipal du 16 février 2021: à écouter à partir de 1 h 47 minutes et 25 secondes (1.47.25) jusqu’à 1 h 56 minutes et 14 secondes (1.56.14)
https://www.mairie-perpignan.fr/fr/information/unes/conseil-municipal-en-direct

La réaction de Mona et Kim Benjamin aux lendemain du Conseil municipal.

Thank you so much for the latest news. What an interesting turn of events, not least Aliot turning things on their head and deciding to lay the blame for this whole affair on his predecessor. On a lighter note, Kim and I never thought we would ever see the words “prêt-à-porter” mentioned in the same sentence as our grandfather! 

Mona et Kim Benjamin

Penser l’histoire des discontinuités ou la modernité revisitée

Par Michèle Riot-Sarcey, historienne, professeure émérite d’histoire contemporaine et d’histoire du genre à l’Université de Paris 8

Travailler avec la pensée de Benjamin demande une distance méthodologique avec les grands courants historiographiques et surtout cela exige de lire pleinement Benjamin et ne pas se satisfaire des Thèses sur le concept d’histoire inaccessible, à mon sens, à la première lecture ; d’autant que cette œuvre, excessivement élaborée, est elle-même l’aboutissement d’un parcours critique exigeant.

Depuis longtemps déjà, en cheminant avec les amis philosophes, germanistes, littéraires, philologues… Miguel Abensour, Nathalie Raoux, Irving Wolfarth, Michaël Lowy et Philippe Ivernel, et en discussion permanente avec mon ami historien, Maurizio Gribaudi (co-auteur de notre « révolution de 1848), j’ai tenté de prendre à la lettre les propos de Benjamin sur la nécessité de « faire exploser » les continuités afin d’accéder au « cristal de l’événement total » dans cette rencontre improbable entre passé et présent, plus précisément entre les fragments d’un passé oublié et leurs formes de résurgences dans l’actualité d’un moment. Le résultat fut le Procès de la Liberté.

Trop longtemps on a cru possible de faire l’histoire des vaincus, en interprétant sélectivement les écrits de Benjamin. Or, ma lecture de Benjamin m’apprend tout autre chose, il ne s’agit pas de se saisir d’une totalité d’un passé oublié, mais de s’arrêter sur ce qui reste, ce qui a été écarté, ce qui n’a pas été entendu et qui, de manière inattendue, dans un temps autre, entre en correspondance avec une actualité qui donne tout son sens à ce passé retrouvé.

Nous entendons encore trop fréquemment des lectures du passé en fonction d’une actualité hâtivement commentée. Or, l’histoire ne se répète pas, ne s’imite pas, ne se reproduit pas même en caricature ; toujours l’événement est inédit à partir d’idées inachevées et qui toujours renaissent jusqu’à ce que la promesse soit accomplie. Cette distinction, particulièrement parlante, entre idée et concept fut pour moi un guide d’écriture de l’histoire à partir des idées libératrices, qui au fur et mesure d’un ordre rétabli, ont été dénaturées, travesties, enfouies sous les dires des autorités, au sens très large du terme. Ces dernières imposent non seulement leur domination mais instillent leur interprétation, jusqu’à l’habitus, au sens donné par Benjamin ……

Cette conférence m’a été demandée par l’Institut des Beaux arts de Marseille et compte tenu de l’attention au langage des « artistes » présents notre dialogue a pu parfaitement fonctionner. 


École des Beaux-Arts de Marseille Cinéma et Histoire des Possibles – 1/7 – Conférence de Michèle Riot-Sarcey

Événement / Soirée Walter Benjamin

Remise du prix Walter Benjamin et du prix spécial 2020

Jeudi 21 janvier 2021

18h30

Rencontre entre Denis Peschanski, historien et Bruno Tackels, philosophe autour de l’héritage de Walter Benjamin, et, en particulier, de la singulière pensée de l’histoire qui se dessine dans ses célèbres, mais énigmatiques, thèses Sur le concept d’histoire,
Animée par Nathalie Raoux, historienne, spécialiste de Walter Benjamin.

Dialogue entre un historien et un philosophe

19h30 Remise du prix Walter Benjamin sous l’égide de Mona et Kim Benjamin

Michael Löwy, grand défricheur de l’œuvre de Walter Benjamin, dialogue avec Marc Berdet, lauréat 2019 du prix Walter Benjamin.

Dialogue entre Michael Löwy et Marc Berdet

20h15 Remise du prix spécial sous l’égide de Mona et Kim Benjamin

Les éditeurs Maurice Olender et Edwy Plenel, en compagnie de Eva Weissweiler, biographe allemande de Lisa Fittko, évoqueront le parcours politique de cette militante exceptionnelle.

Dialogue entre Maurice Olender, Edwy Plenel et Bruno Tackels

Pour ceux qui voudraient aller plus loin : quelques compléments en bonus

Intervention de Mona et Kim Benjamin, marraines du prix Walter Benjamin 2020
Intervention d’Agnès Langevine, vice Présidente de la Région Occitanie
Librairie Torcatis, présentation des livres primés par Elisa Iglesias
Thèse IV sur le Concept d’histoire de Walter Benjamin, trad. Michael Löwy, lue par Roger Coste
Thèse VIII sur le Concept d’histoire de Walter Benjamin, trad. Michael Löwy, lue par Roger Coste
Thèse XIV sur le Concept d’histoire de Walter Benjamin, trad. Michael Löwy, lue par Roger Coste
Thèse XV sur le Concept d’histoire de Walter Benjamin, trad. Michael Löwy, lue par Roger Coste
Thèse XVI sur le Concept d’histoire de Walter Benjamin, trad. Michael Löwy, lue par Roger Coste
Chemin Walter Benjamin de Lisa Fittko, Seuil Librairie du XXIe, 2020, lecture d’extraits par Anne Alvaro
Intervention d’Eva Weissweiler biographe de Lisa Fittko
Entretien entre Marisa Eckstein et Madeleine Claus, petite nièce de Lisa Fittko

Merci à la Blogothèque et en particulier à Emile Cervia pour la réalisation de cette soirée

Pour revoir le direct www.youtube.com/watch?v=R_rCj-tIwzA

C’est un honneur de faire partie de cette famille

Par Mona Benjamin

Le grand quotidien de Cologne « Kölner Stadtanzeiger »publie ce 30 décembre 2020 une interview de Mona Benjamin, à la suite de l’hommage rendu au philosophe à l’occasion des 80 ans de sa mort par la Hans-Mayer-Gesellschaft de Cologne.

C’est l’occasion pour Mona Benjamin de revenir sur la résurgence de l’antisémitisme dans le monde et en particulier en Grande Bretagne. Elle constate l’intérêt tardif des anglais pour l’oeuvre de Benjamin contrairement aux français, espagnols ou aux sud- américains. Elle évoque aussi son rapport personnel à l’oeuvre et la personne de son grand-père en tant que productrice de cinéma et sa fierté de faire partie de cette famille dont la vie est intimement liée à l’histoire.

Picture – alliance dpa
Mona Benjamin

Mona Benjamin über ihren Großvater, den Philosophen Walter Benjamin, der sich vor 80 Jahren das Leben nahm

Continuer la lecture de « C’est un honneur de faire partie de cette famille »

« Oh, je voudrais tant que tu te souviennes… » Politique de la mémoire chez Walter Benjamin

Par Marc Berdet, sociologue et philosophe, professeur visitant à l’université de Brasilia, Brésil, lauréat du prix Walter Benjamin 2019

Il est difficile de traduire Eingedenken – invention que Benjamin reprend à Bloch et que l’on pourrait rendre par « immémoration » (néologisme, ce serait le choix le plus technique, aujourd’hui philosophiquement bien défendu, mais aussi le moins commode), ou encore par « réminiscence » (plus intuitif, mais ce n’est pas le terme que Benjamin choisit en allemand). Les traducteurs en langue latine choisissent généralement « remémoration » – ce qui a l’inconvénient de donner l’impression d’une mémoire volontaire (et un effort individuel), alors que Benjamin parle plutôt d’une mémoire involontaire (et qui s’impose au collectif). Pour le traduire en français, Benjamin lui-même choisit « souvenance ». Le point sur ces différents choix.

Hélène Peytavi, photographie, 2020

Continuer la lecture de « « Oh, je voudrais tant que tu te souviennes… » Politique de la mémoire chez Walter Benjamin »

Le second moi. Une histoire à méditer pour la Saint Sylvestre

Par Anne Roche, professeur émérite à l’Université d’Aix-Marseille, lauréate du Prix Walter Benjamin 2018

Parmi les petits récits et proses diverses de Walter Benjamin, beaucoup sont traduits en français mais pas tous. Anne Roche propose un petit essai, invitant à poursuivre pour ceux qui le souhaitent dans une sorte d’atelier de traduction, avec propositions critiques, alternatives…

Un petit exemple : j’ai traduit « vor zwei Gucklöchern » par « devant le stéréoscope », ce qui est fidèle à l’objet mais pas au texte, et ne donne pas l’image concrète du petit « hublot » double du Panorama impérial. Je n’ai pas trouvé de terme satisfaisant. Qui me donnerait sa traduction ?

Hélène Peytavi, photographie, 2020

Continuer la lecture de « Le second moi. Une histoire à méditer pour la Saint Sylvestre »