Itinérances, 2021, à l’occasion de la remise des prix Walter Benjamin

Les 11, 12, et 13 novembre 2021 à Céret et Carcassonne

Évoquer l’ « itinérance » de Walter Benjamin, montrer l’actualité de sa pensée aujourd’hui, identifier les récupérations politiques et commerciales dont elle fait l’objet, ces thèmes seront au centre de ces journées avec les lauréats et associeront enseignants et élèves de  lycées de la région.

Un spectacle et deux journées de réflexion,   Itinérances 2021 sont organisées à l’occasion de la remise des prix 2021 en présence des lauréats les 11, 12 et 13 novembre prochain à Céret et à Carcassonne.

Programme Itinérances, 2021

 

Continuer la lecture de « Itinérances, 2021, à l’occasion de la remise des prix Walter Benjamin »

Hoffnung – mit Benjamin neu denken / Hope – Repenser avec Benjamin

2021 Conference of the International Walter Benjamin Society
November, 4th-6th, 2021

Selon Walter Benjamin, il n’y a pas de moment qui ne puisse être révolutionnaire, c’est-à-dire qui ne puisse être compris comme « une chance pour une solution complètement nouvelle à un problème complètement nouveau ». Ici, on peut considérer la Révolution non seulement comme une rupture dans la continuité entre passé et présent, mais aussi comme une possibilité naissante d’un futur (différent). La révolution, pour Benjamin, présente de nouveaux défis radicaux, et pourtant, elle est aussi permanente, omniprésente et minuscule dans l’aspiration et l’effet. La révolution ne se manifeste pas seulement par une rupture radicale, car toute solution ou réponse – et vraiment n’importe quel moment – peut prendre un caractère révolutionnaire. Vues sous cet angle, les œuvres de Benjamin permettent de penser l’espérance, même et surtout aujourd’hui, face à des défis impossibles à prévoir. Le concept d’espoir soulève plusieurs questions : Qu’est-ce que l’espoir et où se situe-t-il ? A qui ou à quoi est-il associé ? Comment penser à l’espoir, et en le pensant avec Benjamin, que pouvons-nous espérer réaliser ?

Pour en savoir plus :

http://walterbenjamin.info/event/1025/

Faire nôtre « Expérience et pauvreté » de Walter Benjamin ?

Colloque international interdisciplinaire Université de Rennes 2

Du jeudi 14 octobre au samedi 16 octobre 2021

L’alliance, soulignée par Walter Benjamin en 1933, chez les grands créateurs, entre une « entière désillusion quant à l’époque » et, néanmoins, « une reconnaissance sans réserve de cette même époque », est-elle aussi la nôtre en un temps marqué par le changement climatique et la défiance vis-à-vis du politique ?

Présentation

Souvent la scène a été décrite dans nos illustrés d’enfants : cerné par ses ennemis, sombrant déjà pour partie, un navire n’a d’autre choix, pour espérer s’enfuir et mettre les voiles, que de sacrifier ses canons les plus lourds, les passer par-dessus bord pour gagner en vitesse, d’autre choix que de se désarmer et perdre ainsi tout recours pour forcer sa chance, prendre le large, se libérer.

Nous ne sommes pas en 1933, ni non plus menacés, ici, en Europe, comme le fût Walter Benjamin lorsqu’entre deux apocalypses et déjà en exil, dans une indifférence liée aux circonstances historiques, il publia, dans un journal praguois à l’éphémère existence, son court et incisif texte Expérience et pauvreté. Le constat qu’il dressait alors, celui d’une alliance, chez les grands créateurs, entre une « entière désillusion quant à l’époque » et, néanmoins, « une reconnaissance sans réserve de cette même époque », n’est-il pourtant pas aussi le nôtre ? Non pas encore le nôtre (la Shoah et d’autres catastrophes ont bouleversé depuis l’ordre du pensable), mais de nouveau le nôtre, comme si nous en étions au point où, assumer aujourd’hui notre pauvreté, où nous désarmer volontairement, serait la voie salvatrice, l’issue à tenter pour échapper à l’inertie promise par un sombre avenir.

Si ce « nôtre » ou si ce « nous » est évidemment problématique et doit être interrogé, il n’en reste pas moins, et plus encore face à la disparition des ressources naturelles sciemment provoquée par l’homme, que ce « nous » pourrait être celui du communisme défini, dans les années 30, par Brecht, comme le juste partage de notre pauvreté collectivement reconnue quand le capitalisme persiste à n’être que le masque du partage d’une illusoire richesse juste préemptée par quelques-uns.

Que ce « nous » pourrait être celui d’une pauvreté de nos sillages enfin assumée, d’une reconnaissance pleine et entière de cette pauvreté quand la capitalisation des traces, leur accumulation se traduit, elle, en plaintes nostalgiques et en crispations identitaires sur un passé fictif dont nul ne peut s’instituer propriétaire.

Que ce « nous » pourrait être celui de se faire indigeste pour l’époque, de s’y affirmer irrécupérable par l’appauvrissement de tout effet quand gagnent à nouveau, selon les voies d’un nivellement des consciences par trop répandu, les miroirs du mythe que seconde derechef l’esthétisation de la politique — « Faire taire une rhétorique de la beauté, de la distinction et du pouvoir, ainsi dénoncée comme l’instrument d’un travestissement ou d’une dénégation de ce qui est et d’une répression de ce qui pourrait être. » (Daniel Payot, Après l’harmonie)

Que ce « nous » pourrait être celui d’un silence préalable face aux désastres du monde, l’expérience douloureuse d’un dépérissement de l’expérience quand le commentaire universel mime l’autorité frelatée du sentencieux et drape son inaction de vertus assassines — « La réalité de la souffrance […] ne peut se déposer en expériences communicables, […] elle ne peut se plier à l’assemblement, à la syntaxe de nos phrases. » (Jeanne Marie Gagnebin, Histoire et narration chez Walter Benjamin)

Que ce « nous » pourrait être celui d’une recherche persistante de l’élémentaire, l’écart creusé d’avec notre assignation à une certaine culture quand celle-ci est précisément l’emblème apprêté d’une impossibilité d’en éprouver la richesse, celui de sa sédimentation — « On n’a jamais vu spectacle plus répugnant que celui d’une génération d’adultes qui, après avoir détruit toute possibilité d’expérience authentique, impute sa propre misère à une jeunesse désormais incapable d’expérimenter. » (Giorgio Agamben, Enfance et histoire)

Que ce « nous » pourrait être celui qui échoit en partage à l’enfant, cette figure inassignable de nos possibles, d’une utopie non encore désavouée et forte de ses virtualités quand l’éducation persiste à configurer nos sensibilités par l’addition des redressements, des forçages en tous genres.

Que ce « nous » pourrait être celui de barbares qui tentent de « survivre » joyeusement à la culture quand les civilisés eux, polis et exténués par leur docilité mensongère et tant de renoncements, s’enfoncent toujours plus, claquemurés dans leur individualisme, vers la perte de regards offerts à l’extérieur, à ce qui peut venir.

Mêler à ces « nous » possibles d’autres agencements du commun, faire entendre leurs discordances ou leurs ajointements en contrepoint d’Expérience et pauvreté, tenter de dire et au regard de ce que seraient pour « nous » aujourd’hui les grands créateurs, à quels appauvrissements « nous » sommes disposés à consentir pour maintenir l’espoir de mettre collectivement les voiles, tel est le désir associé à l’organisation de ce colloque international où l’on pourra tenter de dire, avec quels gestes, quelles voix ou quelles histoires, avec quelles images ou quels livres, avec quels espaces « nous » pourrions faire nôtre Expérience et pauvreté de Walter Benjamin ?

Continuer la lecture de « Faire nôtre « Expérience et pauvreté » de Walter Benjamin ? »

COSMOS 1939

COSMOS 1939 présente de nouvelles œuvres graphiques d’Alberola ainsi que des cartes historiques, des livres et des photographies, basées sur une rencontre intellectuelle entre les penseurs Georges Salles et Walter Benjamin à Paris en 1939.

Commissariat : Jean-Michel Alberola, Caterina Flor Gümpel et Zora Schiffer.

Le Théâtre Tieranatomisches présentera l’exposition COSMOS 1939 : Georges Salles /Walter Benjamin de l’artiste français Jean-Michel Alberola du 3 septembre 2021 au 29 janvier 2022. Elle était visible au Centre Dominique-Vivant Denon au Musée du Louvre à partir de Octobre 2018 à juillet 2019, et débarque désormais à Berlin, enrichie par des apparitions invitées du duo d’artistes Aura Rosenberg et Frances Scholz ainsi que de Chantal Benjamin, la petite-fille de Walter Benjamin.

Jean-Michel Alberola avec une apparition d’Aura Rosenberg et Frances Scholz

https://tieranatomisches-theater.de/en/project/cosmos-1939-georges-salles-walter-benjaminsonderausstellung/

Lauréats 2021

Le prix Walter Benjamin 2021est attribué à Christine Breton et Sylvain Maestraggi co-auteurs de« Mais de quoi ont-ils eu si peur ? Walter Benjamin, Ernst Bloch et Siegfried Kracauer à Marseille le 8 septembre 1926 » paru aux éditions Commune, en 2016. Ce titre énigmatique est explicité par le sous-titre : « Walter Benjamin, Ernst Bloch et Siegfried Kracauer à Marseille le 8 septembre 1926 ».  Il s’agit donc de retracer la rencontre des trois écrivains avec Marseille, cela à partir de leurs textes, romans, nouvelles ou essais, et de leurs lettres.  Car Marseille, c’est à la fois un port, une « porte » vers l’ailleurs, et une ville d’écriture, la ville des Cahiers du Sud, la revue de Jean Ballard, qui accueillera pendant la guerre des textes qui n’auraient pu être publiés en zone occupée. L’originalité du projet éditorial tient au travail qu’il effectue sur les frontières des genres. C’est une fiction, mais qui échappe au piège de trop de biographies romancées, à la fois par sa qualité d’écriture et par sa fidélité aux écrits des trois Allemands. C’est une analyse à la fois historique et littéraire de ces écrits, qui viennent en contrepoint de la fiction. Enfin, c’est un album de photographies, célèbres comme le pont transbordeur photographié par Germaine Krull, ou anonymes, des rues vouées à la démolition, dans le quartier derrière la Bourse. La convergence de ces trois axes propose une vision très neuve des réflexions de Benjamin sur la ville, dans ses relations avec l’histoire.

Georges Didi-Huberman s’est vu décerner le prix spécial Walter Benjamin pour l’ensemble de son œuvre. Si l’illumination profane est, chez Benjamin, l’autre nom de l’évidence, c’est bien d’illumination profane dont il s’est agi dans ce choix. Car il y a toujours, parfois très enfoui, du Walter Benjamin dans l’œuvre de Georges Didi-Huberman. Il y a du Benjamin chez un penseur dont l’œuvre se déploie sur des sentiers de contrebande, à la croisée de tous les courants, à l’écart de tous les chemins battus. Du Benjamin, quand, se faisant passeur, s’aventurant aux confins de l’anthropologie, de l’esthétique et de la politique, il abat patiemment les frontières disciplinaires et construit une œuvre qui rayonne désormais au-delà des frontières. Du Benjamin chez un penseur qui sait se faire tantôt conteur, tantôt monteur, tantôt montreur, puisant aux rebuts, citant à comparaitre là une archive, là une photo, un roman… Du Benjamin, bien évidemment, quand héritant de la pensée de Benjamin, il la ramène à nous, vivante et incandescente, nous apprenant, au passage, à « prendre position ».

Proclamation des prix Walter Benjamin 2021

Dévoilé le 26 septembre à Banyuls-sur-mer, l’annonce du 5e prix Walter Benjamin a permis de révéler les noms des lauréats 2021.

Le prix Walter Benjamin 2021 est attribué à Christine Breton et Sylvain Maestraggi co-auteurs de « Mais de quoi ont-ils eu si peur ? Walter Benjamin, Ernst Bloch et Siegfried Kracauer à Marseille le 8 septembre 1926 » paru aux éditions Commune, en 2016. Ce titre énigmatique est explicité par le sous-titre : « Walter Benjamin, Ernst Bloch et Siegfried Kracauer à Marseille le 8 septembre 1926 ».  Il s’agit donc de retracer la rencontre des trois écrivains avec Marseille, cela à partir de leurs textes, romans, nouvelles ou essais, et de leurs lettres.  Car Marseille, c’est à la fois un port, une « porte » vers l’ailleurs, et une ville d’écriture, la ville des Cahiers du Sud, la revue de Jean Ballard, qui accueillera pendant la guerre des textes qui n’auraient pu être publiés en zone occupée.

L’originalité du projet éditorial tient au travail qu’il effectue sur les frontières des genres. C’est une fiction, mais qui échappe au piège de trop de biographies romancées, à la fois par sa qualité d’écriture et par sa fidélité aux écrits des trois Allemands. C’est une analyse à la fois historique et littéraire de ces écrits, qui viennent en contrepoint de la fiction. Enfin, c’est un album de photographies, célèbres comme le pont transbordeur photographié par Germaine Krull, ou anonymes, des rues vouées à la démolition, dans le quartier derrière la Bourse. La convergence de ces trois axes propose une vision très neuve des réflexions de Benjamin sur la ville, dans ses relations avec l’histoire.

 

Georges Didi-Huberman s’est vu décerner le prix spécial Walter Benjamin pour l’ensemble de son œuvre. Si l’illumination profane est, chez Benjamin, l’autre nom de l’évidence, c’est bien d’illumination profane dont il s’est agi dans ce choix. Car il y a toujours, parfois très enfoui, du Walter Benjamin dans l’œuvre de Georges Didi-Huberman. Il y a du Benjamin chez un penseur dont l’œuvre se déploie sur des sentiers de contrebande, à la croisée de tous les courants, à l’écart de tous les chemins battus. Du Benjamin, quand, se faisant passeur, s’aventurant aux confins de l’anthropologie, de l’esthétique et de la politique, il abat patiemment les frontières disciplinaires et construit une œuvre qui rayonne désormais au-delà des frontières. Du Benjamin chez un penseur qui sait se faire tantôt conteur, tantôt monteur, tantôt montreur, puisant aux rebuts, citant à comparaitre là une archive, là une photo, un roman… Du Benjamin, bien évidemment, quand héritant de la pensée de Benjamin, il la ramène à nous, vivante et incandescente, nous apprenant, au passage, à « prendre position ».

En présence de Jean Michel SOLE, maire de Banyuls-sur-mer, d’Agnès LANGEVINE, vice présidente de la région Occitanie, d’Agnès SAJALOLI, directrice du Mémorial du camp de Rivesaltes, de Paul MIGNON pour Michel COSTE,  maire de Céret qui accueillera la remise des prix le 12 novembre prochain et de René PINIES, directeur de la Maison des Mémoires, maison Joë Bousquet qui accueillera les lauréats à Carcassonne le 13 novembre prochain.  .

Présidé par Nathalie Raoux, le jury du Prix Walter Benjamin réunit Marc Berdet, Madeleine Claus, Dominique Delpirou, Emmanuel Faye,  Michael Löwy, Hélène Peytavi, Anne Roche et Bruno Tackels.

 


 

Résurgences du passé

Entretien avec Michèle Riot-Sarcey, historienne, professeure émérite à l’université Paris 8

Par Sarah Al-Matary

Que serait une histoire du XIXe siècle qui donnerait toute leur place aux événements oubliés ou non advenus ? Michèle Riot-Sarcey s’applique à retracer cette histoire souterraine, suggérant que les idées recouvertes par les récits linéaires imposés demeurent vivaces, et continuent d’ouvrir les horizons.

Michèle Riot-Sarcey, historienne

Pour Michèle Riot-Sarcey, professeure émérite à l’université Paris 8, l’utopie, les ouvriers, les femmes, le genre (qu’elle a contribué à introduire en France) ont toujours été prétexte à poser des questions de méthode. Le Procès de la liberté, prix Pétrarque de l’essai France Culture-Le Monde 2016, est l’aboutissement d’un long travail de réflexion critique sur l’écriture de l’histoire, que l’auteure a mené en dialogue avec plusieurs théoriciens, dont Michel Foucault. Mais c’est surtout sa lecture de Walter Benjamin ‒ spécifiquement de ses écrits sur le XIXe siècle ‒ qui l’a conduite à réenvisager des événements historiques tantôt méconnus, tantôt largement balisés par les « discours d’autorité », parfois à l’origine de conflits d’interprétation. Aussi appréhende-t-elle le XIXe siècle moins comme l’avènement du progrès que le moment où s’impose, sous différentes formes, l’idée que l’histoire aurait des « lois », un « sens », un ordre de « marche ». Contre cette vision linéaire, qui tend à gommer les discontinuités réelles, l’auteure cherche à saisir le « mouvement » de l’histoire en envisageant l’événement avant que ce dernier n’ait été recouvert par le récit des événements advenus. L’historiographie traditionnelle sanctuarise en effet l’enchaînement des faits dans une continuité sans faille et tend à invisibiliser l’activité des vaincus de peur qu’elle ne renaisse et n’engendre de nouveaux troubles. Quoiqu’elle soit restée à l’arrière-plan, cette dernière continue cependant d’innerver l’histoire ; elle est riche de leçons et dessine une forme de continuité souvent insoupçonnée.

C’est elle que Michèle Riot-Sarcey se propose de mettre en lumière à partir d’un autre type de récit, plus apte à rendre compte d’expériences et de pratiques qui, pour circonscrites qu’elles soient, ont été indûment minorées. L’historienne tient ainsi la révolution de 1848 pour « la seule rupture marquante du XIXe siècle ». Trop souvent présentée comme un cri de souffrance du peuple, alors qu’elle manifeste plutôt sa volonté de défendre ses droits, cette « révolution oubliée » est l’occasion d’une prise de parole collective, que l’auteure retrace au moyen de sources variées : pétitions, déclarations aux prudhommes, discours d’intronisation dans une société secrète, etc. Croisés avec d’autres documents contemporains (articles de presse, témoignages artistiques, notamment), ces sources révèlent que les acteurs n’ont pas attendu les théoriciens pour penser l’histoire qu’ils vivaient. D’abondantes citations donnent à entendre des femmes, des ouvriers (et, dans une moindre mesure, des esclaves et des colonisés) qui ont laissé peu de traces écrites. Ces voix minoritaires, que d’autres ont jugées peu « représentatives » de leur temps, aident Michèle Riot-Sarcey à « interroger différemment le cœur politique des sociétés considérées », et à mieux saisir de quoi est faite notre modernité.

Continuer la lecture de « Résurgences du passé »

Sélection Prix Walter Benjamin 2021

Lors de sa réunion du 24 juin 2021, le jury du prix Walter Benjamin a arrêté sa sélection pour son édition 2021.

Walter Benjamin avec Bertholt Brecht et des amis au Lavandou, 1931

Présidé par Nathalie Raoux, le jury réunit Marc Berdet, Madeleine Claus, Dominique Delpirou, Emmanuel Faye, Jean Lacoste, Michael Löwy, Hélène Peytavi, Anne Roche et Bruno Tackels.

  • Léa Barbizan, Le corps en exil : Walter Benjamin, penser le corps. Éditions de la Maison des sciences de l’homme ; bibliothèque allemande, 2020.
  • Georges Didi-Huberman, Éparses. Les éditions de Minuit, 2020.
  • Beatriz Sarlo, Sept essais sur Walter Benjamin. Éditions Delga, 2017.
  • Christine Breton, Sylvain Maestraggi, Mais de quoi ont-ils eu si peur ? Walter Benjamin, Ernst Bloch et Siegfried Kracauer à Marseille le 8 septembre 1926. Éditions Commune, 2016.
  • Enzo Traverso, Mélancolie de gauche. Éditions de La découverte, 2016.
  • Sigrid Weigel, Walter Benjamin, la créature, le sacré et les images, traduction Marianne Dautrey. Éditions Mimésis, 2021.
  • Patrizia Bach, artiste dessinatrice, lectrice des villes, pour son œuvre graphique à consulter en mode digital sur les liens suivants :

https://patriziabach.de/http://benjamin-passagen.de/https://patriziabach.de/Projekte/Walter-Benjamin-Passagen/Paris/

  • Philippe Coppens et Matthieu de NanteuilLa violence du droit. Regards croisés sur Walter Benjamin, ouvrage collectif, Bruylant (Belgique) 2021.

Le Prix Walter Benjamin récompense les travaux récents d’un auteur (philosophiques, littéraires, artistiques) ou une traduction marquante qui contribuent à faire connaître l’œuvre, la pensée et la vie de Walter Benjamin. Il sera décerné, ainsi que, le cas échéant, le prix spécial du Jury, à Banyuls, le 26 septembre, date anniversaire de la mort du philosophe. La remise du (ou des) prix aura lieu les 12 et le 13 novembre à Céret et à Carcassonne, en Occitanie, avec le soutien de la municipalité de Céret, le musée d’art moderne de Céret, l’association des amis du musée, le centre Joë Bousquet et son temps de Carcassonne, le Mémorial de Rivesaltes et le collège international de philosophie.

Walter Benjamin, la radio et l’enfance

Séminaire B_AIR AAU_CRESSON / ENSAG

29 et 30 septembre 2021, Portbou, Casa Walter Benjamin

« B-AIR Art Infinity Radio » est un projet soutenu par le CreaSve Europe Culture Program (EACEA)

Avec la participation de Anne Roche le mercredi 29 septembre 2021 à 10:15 « Dressez l’oreille, vous risquez d’en avoir besoin”. Apprentissage de l’insatisfaction

Le séminaire est ouvert au public sans réservation et gratuit ; il se déroulera principalement en français. Certaines conférences seront en anglais. L’ensemble de l’événement est organisé comme un grand plateau radio, permettant son archivage en podcast.

Direction du séminaire : Nicolas Tixier

Contact : Nicolas.Tixier@grenoble.archi.fr

 

« Chers invisibles »

C’est ainsi que Walter Benjamin nommait les auditeurs. Benjamin a écrit sur la radio et pour la radio. À la fin des années 1920, il a travaillé pour la radio publique à Berlin et à Francfort. Il aimait la dimension populaire de ce nouveau média aux possibilités infinies, dont celle de mettre en scène la vie quotidienne. Il a notamment réalisé une série d’émissions « pour enfants », qui s’adressent également aux adultes. La radio était pour Benjamin le lieu par excellence d’application pratique de ses réflexions sur les moyens de reproductibilité technique. Il a même esquissé une théorie de la radio. Dans le cadre de notre recherche B_AIR, nous proposons de revisiter les écrits et les pièces radiophoniques de Benjamin pour interroger les usages et les potentiels de la radio aujourd’hui.

Par la radio, au prisme de la création sonore et de la philosophie, nous continuerons à questionner comment le monde sonne et comment peut-on le faire sonner. Notre séminaire sera délocalisé pendant 2 jours à Portbou en Espagne où, tous les 2 ans, une rencontre autour des travaux de Walter Benjamin réunit chercheurs, artistes, architectes et philosophes pour débattre et expérimenter son œuvre.

Le séminaire alternera des conférences suivi de discussions, des lectures, des créations sonores et des marches sonores.

***

Le séminaire est accompagné d’un workshop avec les étudiants du master terrain de l’école supérieur d’art Annecy Alpes.

Programme

Mercredi 29 septembre 2021

09:30 Lecture (Didier Tallagrand)

09:45 « Chers invisibles » / “Dear invisibles” #1 (Nicolas Tixier) 10:00 Walter Benjamin et la radio (Philippe Baudouin) (diffusion)

Extrait de « Walter Benjamin, le collectionneur d’étincelles », documentaire radiophonique de Philippe Baudouin diffusé le 17 décembre 2011 sur France Culture, dans le cadre de l’émission « Une vie, une œuvre ».

10:15 “Dressez l’oreille, vous risquez d’en avoir besoin”. Apprentissage de l’insatisfaction (Anne Roche) 11:15  Walter Benjamin et Portbou (Bruno Queysanne)

Suivi d’une marche vers le mémorial W. Benjamin

15:30 Archéologie des « Hörspiele » en contexte allemand (Hans Hartje)

16:30 En partant du narrateur : devenir des récits terrestres (Jean-Paul Thibaud)

17:30 Electronic media and listening commons in the early years of Radio Ljubljana (Rajko Muršič) 18:30 RadioWalk for Benjamin (Pavlica Bajsic Brazzoduro)

Jeudi 30 septembre 2021

09:30 Lecture (Sonia Pérez)

09:45 « Chers invisibles » / “Dear invisibles” #2 (Nicolas Tixier) 10:00 Navigating Borderscapes and Belonging.

Memories of Children’s Radio Listening in Finland (Helmi Järviluoma-Mäkelä) 11:00 Enfance et réalité à venir (Alexandre Costanzo)

12:00 The end of an era (correspondence of Benjamin and Adorno) / Sound Walk (Dana Papachristou and Georges Samantas)

16:00 Experimental Broadcasting and Transnational Evening of Sounds (Heikki Uimonen) 17:00  Sound performance – Radio Waga (Giuseppe Gavazza)

17:30 Conte radiophonique (enfants de Portbou)

18:15 Lecture transversale et échanges finaux (Pascal Amphoux)

(Fin du séminaire / End of the Seminar 19h30)