Adhésion 2022

Si vous ne l’avez pas encore fait, nous vous invitons à renouveler dès maintenant votre adhésion 2022.

© Dessin de Dani Karavan, avec l’aimable autorisation de Richard Meier, Voix éditions

Nous vous rappelons qu’adhérer à l’Association Prix Walter Benjamin, c’est soutenir le projet d’une structure unique en France, dédiée à la diffusion et à la popularisation de la pensée, l’œuvre et la vie du philosophe aujourd’hui.
Votre adhésion apporte force et légitimité à l’association pour défendre les idées et l’oeuvre de Walter Benjamin sans transiger sur la rigueur scientifique et éthique des ouvrages primés.

Nous espérons vous compter à nouveau parmi nos adhérents, ce qui vous permettra notamment de participer à la vie associative de l’Association Prix Walter Benjamin.

                                            Carte d’adhérent 

Walter Benjamin lu par des architectes et des artistes : Bruno Queysanne (dir.) L’architecture inquiétée par l’œuvre d’art. Mémorial Walter Benjamin de Dani Karavan à Portbou, édition et préface de Frédérique Villemur, Éditions de l’Espérou, Montpellier, 2015

Par Anne Roche, écrivain, lauréate du Prix Walter Benjamin 2018, membre du jury

Europe (Paris), n° 1055 (“Écrire l’architecture”), mars 2017, pp. 335-337.

« L’œuvre d’art veut arracher les hommes à leur confort. La maison doit servir le confort […]. Seule une toute petite partie de l’architecture relève de l’art : le tombeau et le monument. Tout le reste, tout ce qui est au service d’une fin, est à écarter du domaine de l’art. » Cette phrase provocante d’Adolf Loos, écrite en 1910, explique le titre de l’ouvrage dirigé par Bruno Queysanne : l’architecture serait de l’ordre du confort, à charge à l’œuvre d’art de l’« inquiéter ». Le paradoxe est qu’ici l’œuvre de Dani Karavan est à la fois un « tombeau » et un « monument » et appartiendrait donc de plein droit à l’art. Mais comment l’architecture, un art en principe non représentatif, peut-elle produire de la signification ? Et comment l’œuvre d’art peut-elle « inquiéter » l’architecture ?

Continuer la lecture de « Walter Benjamin lu par des architectes et des artistes : Bruno Queysanne (dir.) L’architecture inquiétée par l’œuvre d’art. Mémorial Walter Benjamin de Dani Karavan à Portbou, édition et préface de Frédérique Villemur, Éditions de l’Espérou, Montpellier, 2015 »

Passages. Hommage à Walter Benjamin, de Dani Karavan

Conférence de Frédérique Villemur, historienne de l’art, ENSA-Montpellier

musée d’art et d’histoire du Judaïsme mahJ, jeudi 16 juin , 12h30-14h00


Dani Karavan, Passages pour Walter Benjamin © Studio Karavan. Jaume Blassi

Disparu le 29 mai 2021 à l’âge de 90 ans, l’artiste israélien Dani Karavan, concepteur notamment du monument en hommage aux Tziganes persécutés par les nazis à Berlin et de l’Axe majeur de Cergy-Pontoise, est l’un des plasticiens majeurs de la fin du XXe et du début du XXIe siècle. À Portbou (Catalogne) son œuvre Passages rend hommage au philosophe allemands Walter Benjamin, qui y mit fin à ses jours en septembre 1940.

https://www.mahj.org/fr/programme/passages-hommage-a-walter-benjamin-de-dani-karavan-77151

DANS LA BIBLIOTHEQUE DE GEORGES DIDI-HUBERMAN

Fondation Pernod Ricard Jeudi 24 mars 2022

Dans le cadre du cycle « Dans la bibliothèque de », conçu en partenariat avec AOC et animé par Sylvain Bourmeau, la Fondation Pernod Ricard reçoit le philosophe et historien de l’art prolifique Georges Didi-Huberman, qui nous ouvrira les portes de sa bibliothèque.

Directeur d’études de l’EHESS, Georges Didi-Huberman est l’auteur de plus d’une cinquantaine d’ouvrages qui interrogent les articulations entre iconographie, histoire et mémoires. Depuis la Renaissance jusqu’aux travaux d’artistes contemporain·es, la pensée de Didi-Huberman se met également à l’œuvre en tant que commissaire d’expositions marquées par une lecture politique des contextes d’apparition des images : « Nouvelles histoires de fantômes » avec Arno Gisinger au Palais de Tokyo en 2014 et « SOULÈVEMENTS » au Jeu de Paume en 2017. Il a reçu de nombreuses distinctions, dont le prix Aby Warburg, le prix Max Weber, le prix Alexander von Humboldt, le prix Theodor W. Adorno et, le 26 septembre 2021, le prix spécial Walter Benjamin pour l’ensemble de son œuvre, pour l’apport essentiel qu’elle constitue à l’actualisation de la pensée de Walter Benjamin au XXIe siècle.

Jamel Ibntrewan (Lost in Berlin)

Spectacle musical de Catherine Vincent

Vendredi 11 mars 2022 à 20H30 à  La cantine syrienne de Montreuil  57 Rue Étienne Marcel Montreuil

Jamel Ibntrewan (Lost in Berlin) Duo Catherine Vincent

On suit la trajectoire de Jamel Ibntrewan, (une anagramme de Walter Benjamin) un exilé syrien réfugié à Berlin, qui s’était engagé du côté de la Révolution en Syrie, avec en toile de fond le parcours et les thèmes chers à Walter Benjamin, à travers des chansons, des textes extraits du journal intime de Jamel et de ses rêves.

“MARSEILLE : À LA LETTRE, UN PORT”

PAR SYLVAIN MAESTRAGGI 

Port de Marseille, Chantier du hangar J1, construction Chagnaud, 13 juin 1933, Cylindrage du terre-plein et Vitrage de la façade, © Archives nationales du monde du travail.

L’ensa.m, l’École nationale supérieure d’architecture de Marseille invite Sylvain Maestraggi, photographe et auteur, à donner une conférence sur Walter Benjamin et Marseille, Marseille : à la lettre, un port dans le cadre du séminaire de master d’Anne-Valérie Gasc, lundi 21 février  à 18h00 Amphi Puget.

Marseille : à la lettre, un port
En septembre 1926, Walter Benjamin, Siegfried Kracauer et Ernst Bloch se retrouvent à Marseille. Ensemble ils seront témoins de la destruction du quartier derrière la Bourse. De cette situation, Christine Breton et Sylvain Maestraggi ont tiré un livre : Mais de quoi ont-ils eu si peur? (Éditions Commune, Prix Walter Benjamin 2021) qui mêle récits, traductions et documents. À partir de ce livre, de photographies et de films, Sylvain Maestraggi évoquera la double identité de Marseille : ville et port.

Sylvain Maestraggi est photographe et auteur. Philosophe de formation, il enseigne l’esthétique au département d’anthropologie de la faculté d’Aix-Marseille. Il a réalisé le film Histoires nées de la solitude (2009), d’après des textes de Walter Benjamin sur la ville, et publié deux livres de photographies : Marseille, fragments dune ville (2013) et Waldersbach (2014, postface de Jean-Christophe Bailly). En 2016, il co-écrit Mais de quoi ont-ils eu si peur? Walter Benjamin, Ernst Bloch et Siegfried Kracauer à Marseille le 8 septembre 1926(Éditions Commune, Prix Walter Benjamin 2021), avec l’historienne et conservatrice du patrimoine Christine Breton. Il mène actuellement une enquête photographique sur l’étang de Berre, en collaboration avec Camille Fallet et le Bureau des Guides du GR2013.

https://www.marseille.archi.fr/actualites/agenda/sylvain-maestraggi-marseille-a-la-lettre-un-port/

GUY PETITDEMANGE : SOUVENIRS EN ÉCLATS

Par Gérard Bailhache

Guy Petitdemange nous a quittés le 15 septembre dernier, à quatre-vingt-quatre ans. Benjaminien “historique”, coauteur, avec Pierre Michon et Bruno Tackels, de Trois cailloux pour Walter Benjamin (L’Arachnoïde, 2010), Guy Petitdemange a donné, outre de nombreux articles sur l’auteur de Sens unique qu’il serait bon de rassembler, la traduction et la postface de deux tomes de correspondance de Benjamin (avec entre autres Scholem et Adorno – Aubier, 1979 & 1980) qui, en France, ont été essentiels à sa connaissance. Ami de longue date de celui qui fut, de 1990 à 2013, le rédacteur en chef des Archives de philosophie, le philosophe et psychanalyste Gérard Bailhache lui rend ici hommage.

Photo Sophie Bassouls
Continuer la lecture de « GUY PETITDEMANGE : SOUVENIRS EN ÉCLATS »

Remise des prix Walter Benjamin 2021 à Céret et avec la Maison des mémoires de Carcassonne, les 11, 12 et 13 novembre 2021

 

Cérémonie de remise des prix Walter Benjamin 2021 Céret, le  12 novembre 2021

Avec Christine Breton et Sylvain Maestraggi, co auteurs, et Martine Derain, éditrice de Mais de quoi ont-ils eu si peur ? Walter Benjamin, Ernst Bloch et Siegfried Kracauer à Marseille le 8 septembre 1926, éditions Commune et Georges Didi–Huberman, lauréat du prix spécial 2021 pour l’ensemble de son œuvre.  

Kim et Mona Benjamin, petites-filles de Walter Benjamin, marraines du Prix Walter Benjamin et Ruby, son arrière petite-fille félicitent les lauréats 2021, Sylvain Maestraggi, Christine Breton et Martine Derain ainsi que Georges Didi-Huberman, prix spécial 2021.  

Continuer la lecture de « Remise des prix Walter Benjamin 2021 à Céret et avec la Maison des mémoires de Carcassonne, les 11, 12 et 13 novembre 2021 »

Exilio

Spectacle sur l’exil avec Alex Brendemühl, comédien, Nora Buschmann, guitariste et voix et Lalo García, mise en scène et visuels. Performance en espagnol, français et catalan.

 

 

Co production du  Mémorial du camp de Rivesaltes avec  l’Association Prix Walter Benjamin (APWB) 

Exilio est un voyage qui commence par la douleur de la guerre, la mort de García Lorca, la tombe de Machado et les récits des bombardements dans les textes, le tout illustré par la dureté des dessins de Josep Bartolí, les images des bombardements et la désolation de l’exode vers la France avec les visages de la défaite, en passant par la stupeur causée par l’exil forcé (Rafael Alberti, José Hierro ou Blas de Otero), pour passer progressivement à l’acceptation douloureuse de sa propre réalité (León Felipe, Angelina Muñiz-Hubermann ou Luis Cernuda), et continuer avec les images d’une Espagne endormie sous la dictature, où l’on vivait avec une étrange résignation (Jaime Gil de Biedma), les films domestiques du franquisme tardif et le désir de paix et de réconciliation finale (Salvador Espriu et María Zambrano), qui se heurtent aux images actuelles de la réalité de nombreux exilés et réfugiés.

Ce spectacle est présenté dans le cadre du programme « Itinérances » de l’association Prix Walter Benjamin, du 11 au 13 novembre à Céret (salle de l’Union) et à Carcassonne (Centre international Lamourelle). Produit par Txell Sabartés / Voodoo Productions.

 

Histoires nées de la solitude

Film documentaire de Sylvain Maestraggi, France, 2009, 35 min.

Un voyage sentimental dans les rues de Marseille et Berlin, en souvenir de Walter Benjamin.

Textes de Walter Benjamin (Marseille, Sens unique, Chronique berlinoise, Enfance berlinoise…) et Johann Wolfgang von Goethe (Les Affinités électives). Traduction, adaptation : Sylvain Maestraggi.

Histoires nées de la solitude, Sylvain Maestraggi, 2009
Continuer la lecture de « Histoires nées de la solitude »