Adhésion 2023

Si vous ne l’avez pas encore fait, nous vous invitons à renouveler dès maintenant votre adhésion 2023.


Sens unique, Walter Benjamin, édition originale, 1928

Adhérer à l’Association Prix Walter Benjamin, c’est soutenir le projet d’une structure unique en France, dédiée à la diffusion et à la popularisation de la pensée, l’œuvre et la vie du philosophe aujourd’hui, vrai pôle de référence et de compétence dans la Région Occitanie, en France et à l’étranger.

Rappelons que l’APWB est née en 2020 de la volonté de lutter contre la possible récupération du nom de Walter Benjamin par l’extrême-droite perpignanaise et que depuis elle propose notamment via le Prix Walter Benjamin de créer un pôle de « popularisation » de sa vie et de son oeuvre en consacrant des travaux à la fois exigeants et accessibles, réussissant ce tour de force que de « mobiliser le savoir en direction du public et le public en direction du savoir ».

Votre adhésion apporte force et légitimité à l’association pour défendre les idées et l’oeuvre de Walter Benjamin sans transiger sur la rigueur scientifique et éthique des ouvrages primés.

Nous espérons vous compter parmi nos adhérents, ce qui vous permettra notamment de participer à la vie associative de l’Association Prix Walter Benjamin.

                                  

Vernissage de l’exposition « Insurgé.es ! Regards sur celles et ceux de la Commune de Paris de 1871 »

Musée d’Art et d’Histoire de Saint-Denis

8 décembre 2022 18h entrée libre

A cette occasion, contribution d’Anne Roche, universitaire et écrivaine, lauréate du prix Walter Benjamin 2018 et membre du jury

WALTER BENJAMIN ET LA COMMUNE, extrait de la contribution d’Anne Roche

Au printemps 1935, Walter Benjamin visite la grande exposition que le musée de Saint-Denis consacre à la Commune. La prise de pouvoir de Hitler l’a contraint à l’exil. Il travaille à son projet, Paris capitale du XIXe siècle, livre essentiellement composé de citations, qu’interrompra son suicide en 1940. Quel sens a cette visite, comment s’inscrit-elle dans son projet ?

Paris capitale du XIXe siècle, panorama de l’expansion des industries, de l’urbanismes, de l’architecture, bref, de la modernité triomphante, a pour envers la misère des classes opprimées et des révolutions qui scandent le siècle. C’est ce double aspect que Benjamin veut montrer. […]

Le relevé de citations souligne les causes de l’échec de la Commune : hétérogénéité des acteurs, respect de la propriété privée, respect de la Aux yeux de Benjamin, l’essentiel est que la Commune “met un terme à l’illusion selon laquelle la tâche de la révolution prolétarienne serait d’achever l’oeuvre de 1789, en étroite collaboration avec la bourgeoisie. […] La bourgeoisie n’a jamais partagé cette erreur”. La Commune, héritière de 1793, fait partie de ces moments qui rompent le continuum de l’histoire, de ces “constellations où l’Autrefois et le Maintenant se rencontrent” et qui rouvrent le cours du temps.

A retrouver dans l’exposition du 9 décembre 2022 au 6 mars 2023 et dans le catalogue de l’exposition .

Pour en savoir plus : WALTER BENJAMIN ET LA COMMUNE

« Philippe Ivernel, pour ne pas en finir avec Walter Benjamin »

Intervention lors de la soirée débat chez Tschann, 15/11/2022

de Nathalie Raoux, historienne, présidente du Prix Walter Benjamin

 

Soirée Philippe Ivernel chez Tschann, Paris, le 15 novembre 2022, de gauche à droite : Michèle Cohen-Halimi, Irving Wohlfarth, Nathalie Raoux, Florent Perrier, David Ivernel. Photo : Michael Löwy.

Chères et chers ami(e)s,

Avant toute chose, je tiens à vous remercier de m’avoir conviée, et à travers moi le Prix Walter Benjamin que j’ai l’honneur de présider, à cette soirée autour de l’ouvrage de Philippe Ivernel, génial montage aux côtés duquel nous ne sommes, pour ainsi dire, que des pièces rapportées. C’est pour moi un bonheur et un honneur que d’avoir ainsi l’occasion de vous dire quelques mots mêlés du Prix Benjamin et de cet ouvrage, lauréat du prix spécial 2022. 

« Walter Benjamin n’a pas de prix » aurait dit Jacques Derrida. Nous voici signifiée, avec une suprême économie de moyens, la valeur incalculable que revêt, aujourd’hui encore, la pensée de Walter Benjamin. Mais n’est-ce pas précisément parce qu’elle est si importante, si précieuse, si indispensable, si inestimable, autrement dit n’est-ce pas précisément parce que Benjamin n’a pas de prix qu’il se devait d’avoir un prix, et même un prix spécial et que ce prix spécial devait revenir, à la manière d’une évidence, au recueil de Philippe Ivernel ?

Je ne crois pas trahir le secret des délibérations en vous confiant que le jury n’a guère hésité, à peine débattu. Aurions-nous pu rêver plus parfait lauréat ? Aurions-nous pu espérer en cette année marquant le 130e anniversaire de la naissance de Walter Benjamin un livre plus pertinent que celui-ci, un ouvrage mieux taillé ? Sans doute pas. Et ce, pas simplement parce que Walter Benjamin, critique en temps de crise est appelé à devenir un classique pour qui s’intéresse à Walter Benjamin, un ouvrage de référence mais plus profondément encore parce qu’il y a entre ce livre et notre Prix ce qu’il faut bien appeler des “affinités électives”. Sous la plume de Philippe Ivernel, dont Florent Perrier rappelle d’ailleurs qu’il écrivait “à la main”, comme dans notre esprit, Walter Benjamin est plus qu’un sujet, plus même qu’une source intarissable d’inspiration mais se présente comme l’indispensable compagnon dans les luttes du présent. Et si notre Prix devait avoir un manifeste, j’en piquerai volontiers, me transformant en petite chiffonnière, le titre à un fragment de Philippe Ivernel que j’ai découvert dans cet ouvrage : “pour une culture en alerte” – comprenons pour une culture vigilante, aux prises avec son temps, en prise avec son temps.

En alerte, le jury du Prix Walter Benjamin a voulu l’être quand il a pressenti que dans les coulisses peu ragoûtantes des élections municipales à Perpignan se tramait du louche, que le Prix Benjamin pourrait être vendu contre un plat de lentilles ou toute autre spécialité locale. Il n’y avait pas de tergiversation possible : “pas en notre nom”, comme le dit le slogan, et encore moins en son nom. S’ensuivirent alors la démission collective du jury, la refondation du prix sur de nouvelles bases, et une pétition « si l’ennemi triomphe, même les morts ne seront pas en sécurité »

Mais il ne suffisait pas d’arracher le nom et le prix Benjamin à de potentielles instrumentalisations, de contrer un Benjaminwashing dont on voit d’emblée ce qu’il aurait eu de proprement infâme, encore fallait-il donner au Prix du sens, en faire un acteur sur le qui-vive, un acteur du qui-vive. Notre programme, notre tâche étaient tout tracés, tracés d’avance par Benjamin même. L’intellectuel engagé soucieux de sortir de sa tour d’ivoire et de partir des “mauvaises choses” pour en tirer le meilleur, réfléchissant aux enjeux et aux modalités de la transmission à l’ère des mass media, nous avait soufflé son programme, condensé en un mot, simple autant que grandiose : « popularisation ». C’était entendu, Walter Benjamin, notre tâche serait de “populariser” votre vie et votre oeuvre mais, bien évidemment, à votre manière, exigeante. Aussi, le jury du Prix s’est-il donné pour tâche, dans le maquis des ouvrages paraissant sur Benjamin, ouvrages d’inégale qualité, de mettre en lumière ceux capables d’accomplir ce véritable tour de force consistant à « mobiliser le savoir en direction du public et le public en direction du savoir » – pour parler comme Benjamin. 

Inutile de dire combien ce geste est ardu. Inutile de dire que de tels ouvrages susceptibles d’en apprendre autant au spécialiste qu’au profane et de les passionner tout autant même si c’est pour des raisons différentes sont rares. Inutile de dire enfin et surtout que Walter Benjamin critique en temps de crise est un de ceux-là et a conquis par là le jury… Je ne peux ici que faire miens les mots d’Irving Wohlfarth qui parle dans sa postface d’un “exercice de haute, de très haute vulgarisation”. Exercice de haute voltige, oui, que celui auquel se livre Philippe Ivernel, qui se tient sur une ligne de crête, chemine, avec assurance, en parfait équilibre sur un fil, entraînant avec lui amateurs et spécialistes, alliant à merveille la précision à la limpidité, la densité de l’analyse à la clarté, l’érudition et la philologie au souci sans cesse affirmé du présent. 

Qu’il se collette à Brecht, par où il est venu à Benjamin, qu’il se faufile dans les « portraits de ville », partout Philippe Ivernel fait montre d’une maestria exemplaire qui n’a rien à envier à celle de Rastelli. La maestria de celui qui n’a pas seulement beaucoup lu, mais s’est plongé, immergé dans l’oeuvre de Benjamin, l’a recopiée, tournée, retournée, remâchée tel le méditatif – autre figure chère à Benjamin. Et ce n’est pas le moindre intérêt de cet ouvrage que de nous permettre, guidés par Florent Perrier, de pénétrer également dans son atelier, que de le voir ainsi à pied d’oeuvre, et que de comprendre à quel point il a ruminé, au sens noble du terme, sur, avec Benjamin et in fine de saisir à quel point la sobriété, l’apparente simplicité, l’éclairage précis que ses textes jettent sur la pensée de Walter Benjamin sont le fruit d’un travail passionné, cher à Benjamin comme à Fourier. Est-ce dans le fait d’avoir ainsi vécu avec Benjamin, dans Benjamin, que réside le secret talent qu’à Philippe Ivernel de nous le rendre ainsi vivant ?

Un mot, encore, en guise de conclusion. Dans sa préface, Florent Perrier souligne combien Philippe Ivernel pestait de voir Benjamin trop souvent cantonné dans les exégèses au rôle d’un penseur spéculatif. Permettez-moi de renchérir. Si l’exégèse fait peu de cas du main-tenant – le geste et la dimension stratégique – chez Benjamin, elle ne prête souvent guère davantage attention à son maintenant, l’actualité de Benjamin, devenue depuis dès lors histoire. C’est ce qui fait d’un essai comme “Paris, capitale du Front populaire” repris dans cet ouvrage une pièce presque unique. Et une pièce particulièrement chère à mon coeur. Cet article, en effet, et celui d’Irving Wohlfarth “Et Cetera ? De l’historien comme chiffonnier ” qui figuraient initialement dans le volume Walter Benjamin et Paris ont décidé de ma vocation de « benjaminienne ». Sans eux, je ne me serais jamais intéressée à Benjamin. La recherche n’y aurait peut-être pas perdu beaucoup mais moi, oui. Sans eux, je ne serais pas ici à vous parler, sans eux je n’aurais pas eu le bonheur de co-animer avec Philippe Ivernel – ainsi que Maurizio Gribaudi, Michèle Riot-Sarcey et Irving Wohlfarth – un séminaire sur Paris, capitale du XIXe siècle et de découvrir en Philippe Ivernel, au-delà du fin spécialiste de Benjamin, de l’érudit, du politique, un homme profondément humain, extrêmement attachant, à l’humilité profonde. En préparant ce texte, une citation de Benjamin m’est revenue en tête. Elle sied, je crois, à Philippe Ivernel comme un gant : “Je ne veux pas être reconnu, je veux être confondu.” C’est sur cette énième affinité élective entre Philippe Ivernel et Benjamin, sur ce désir commun de ne pas vouloir tenir le devant de la scène, de n’être pas sous les feux de la rampe, mais plutôt un acteur dans un collectif, affairé, intervenant à sa juste place, dans son emploi que je voudrais conclure. Non sans vous avoir dit que mon voeu le plus cher serait que le prix Benjamin, si modeste soit-il, lui, contribue à sa reconnaissance afin de « ne pas en finir avec Walter Benjamin » comme Philippe l’écrit si souvent, afin de ne pas en finir avec Benjamin tant que nous n’en n’aurons pas fini, avec lui, grâce à lui, avec eux deux, grâce à eux deux, avec les conditions qui ont donné naissance à leurs oeuvres. 

Mémoire de forme ?

par Jean Calens

La gloire du midi réfugiée dans les ombres épaisses des arbres. En quelque sorte, c’est le rapport du rêve à l’éveil qui a été faussé. Le capitalisme fut un phénomène naturel par lequel un sommeil nouveau, plein de rêves, s’abattit sur l’Europe, accompagné par une réactivation des forces mythiques. Le fétiche de la marchandise se déplace sur un Juggernaut, le char du dieu Shiva, qui égalise tout sous ses roues. Le flâneur s’identifie à ce fétiche, il s’identifie à lui. Il puise en lui cette ivresse religieuse des grandes villes qui n’est autre que celle de l’identification avec la marchandise elle-même. Walter Benjamin*. Ce que nous pensons, imaginons et voulons, s’exprime dans les catégories de la marchandise, du travail et de l’argent.

Paysant lisant, Espagne, 1930

Comment se doter alors d’un libre-arbitre ? Le libre-arbitre est difficilement envisageable disent les plus pessimistes, car il est effectivement adossé à la fétichisation de la marchandise et le dépassement de la société capitaliste semble impossible car devenu impensable. Pas facile alors de voir un peu plus à travers les fissures des murailles si le constat est notre enfermement dans la totalité capitaliste. Institué, l’art est l’habillement idéalisé de la situation sociale du moment. Tout état politique tente de s’idéaliser afin de justifier moralement son existence. Comment encore imaginer que l’art peut s’inventer en s’immergeant dans des luttes nouvelles ? Pour Carl Einstein aussi l’art et son histoire sont inséparables de l’Histoire et les défaites des révolutions sont aussi les défaites de l’art. Pourtant il faut sauver le temps du présent frénétique que nous aussi construisons; œuvrer à se désœuvrer, à rendre vain l’écrasement du passé qui méprise l’enfance et l’expérience. Walter Benjamin n’est jamais venu à Céret, c’est sûr! Pourtant, le soir, venant du cœur des peintures de Soutine, on croit entendre des échos de ses combats face à l’histoire officielle, l’histoire des vainqueurs. Nous évoluons entre des écarts et des entrelacements de logiques hétérogènes pour approcher constats, hypothèses et utopies. Les Cahiers VUPP, fragile esquif, modèle barque à rames, remercient auteurs, contributeurs et collaborateurs patients.

Pour en savoir plus : VUPP n° 5 Walter Benjamin à Céret 

* Extraits d’ouvrages de W.B. Successivement: Rastelli raconte ; Paris, capitale du XIXe siècle ; Baudelaire.

Disparition de Maurice Olender

Maurice Olender, © photo éditions Le Seuil

C’est avec une grande tristesse que l’Association/Prix Walter Benjamin a appris la nouvelle du décès de Maurice Olender, témoin et acteur irremplaçable du siècle, immense savant et immense éditeur qui, avec “La Librairie du XXe siècle”, puis “du XXIe siècle”, nous a livré l’une des plus belles collections qui soient. Il y donna refuge, en 2020, à la réédition des mémoires de Lisa Fittko, sous le titre « Le chemin de Walter Benjamin », ouvrage à plus d’un titre nécessaire et auquel nous avons décerné un prix spécial. « La vraie mesure d’une vie est le souvenir » aimait à dire Walter Benjamin. Aussi, en souvenir et en hommage, nous vous proposons d’entendre à nouveau Maurice Olender.


Il n’a cessé, tout au long de son engagement intellectuel de combattre la banalisation du racisme et de son idéologie le fascisme, notamment à l’occasion de  l‘”Appel à la vigilance” lancé dans Le Monde du 13  juillet 1993. Cette dimension de vigilance dans son engagement intellectuel était aussi un point fort de convergence avec l’action de l’association refondée en 2020 avec l’élection de L. Aliot à la tête de la ville de Perpignan. Maurice Olender est revenu plus largement au texte et au contexte de cet “Appel” dans son livre, Singulier Pluriel, Conversations, édité et préfacé par Christine Marcandier, Seuil, 2020. Voici, avec l’autorisation des éditions du Seuil, quelques extraits de son échange avec Claire Mayot dans Singulier Pluriel publiés sur le carnet de l’association en 2021.

Réception du Prix spécial Walter Benjamin 2022

Florent Perrier

Céret, le samedi 24 septembre 2022

 

Mesdames et Messieurs, chères et chers amis,

Pour commencer, je souhaite adresser d’abord mes vifs remerciements à tous les membres du Jury pour ce « Prix spécial Walter Benjamin 2022 » décerné à l’ouvrage de Philippe Ivernel, Walter Benjamin. Critique en temps de crise, avec un salut amical tout particulier à Nathalie Raoux ainsi qu’à Hélène Peytavi, pour leur accompagnement comme pour les éloges formulés et transmis au sujet de ce recueil, qui sera en librairie le 21 octobre prochain.

Mais ce livre de Philippe Ivernel n’existerait d’abord pas sans le soutien constant, sans la confiance et la générosité, grandes, de Maryvonne Ivernel et je désire tout particulièrement lui exprimer ici ma gratitude profonde, dire aussi à David Ivernel combien il a été précieux, pour moi, de le savoir ouvert et disponible, en permanence, pour accompagner ce travail au long cours.

Philippe Ivernel, Walter Benjamin : critique en temps de crise,
édition établie, annotée et préfacée par Florent Perrier. Postface de Irving Wohlfarth,
éditions Klincksieck 2022, 35 €

Enfin, je ne soulignerais jamais assez le plaisir d’avoir rencontré Michèle Cohen-Halimi, directrice de la collection « Critique de la politique » chez Klincksieck, dont l’enthousiasme immédiat pour les différents projets d’édition autour de l’œuvre de Philippe Ivernel, s’est doublé d’une attention précise au travail, l’attention d’une éditrice au sens le plus fort du mot, cela exprimé dans un climat de respect mutuel dont je lui suis plus que reconnaissant.

Avant d’évoquer plus concrètement Walter Benjamin. Critique en temps de crise, il m’importe d’insister au préalable sur le rapport de Philippe Ivernel au politique.

Continuer la lecture de « Réception du Prix spécial Walter Benjamin 2022 »

Remise du prix spécial du jury 2022 à Philippe Ivernel et Florent Perrier pour le livre Walter Benjamin, critique en temps de crise

Allocution de David Ivernel le 24 septembre 2022 à Céret

De gauche à droite : David Ivernel, Kim et Mona Benjamin, Philippe Baudouin, Nathalie Raoux, Céret, 24 septembre 2022

Bonjour à tous

Au nom de toute la famille de Philippe Ivernel, je remercie très chaleureusement, les membres du jury de saluer par ce prix spécial du jury le travail et l’oeuvre de Philippe Ivernel qui est décédé le 1er juillet 2016, à l’âge de 83 ans.

Philippe Ivernel a consacré presque 60 ans de sa vie à faire découvrir et expliquer à ses contemporains la pensée et les écrits d’auteurs, de dramaturges et de philosophes allemands, et notamment de Walter Benjamin.

Continuer la lecture de « Remise du prix spécial du jury 2022 à Philippe Ivernel et Florent Perrier pour le livre Walter Benjamin, critique en temps de crise »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search