Remise des prix Walter Benjamin 2021à Céret et avec la Maison des mémoires de Carcassonne, les 11, 12 et 13 novembre 2021

 

Cérémonie de remise des prix Walter Benjamin 2021 Céret, le  12 novembre 2021

Avec Christine Breton et Sylvain Maestraggi, co auteurs, et Martine Derain, éditrice de Mais de quoi ont-ils eu si peur ? Walter Benjamin, Ernst Bloch et Siegfried Kracauer à Marseille le 8 septembre 1926, éditions Commune et Georges Didi–Huberman, lauréat du prix spécial 2021 pour l’ensemble de son œuvre. 

Kim et Mona Benjamin, petites-filles de Walter Benjamin, marraines du Prix Walter Benjamin et Ruby, son arrière petite-fille félicitent les lauréats 2021, Sylvain Maestraggi, Christine Breton et Martine Derain ainsi que Georges Didi-Huberman, prix spécial 2021.  

Il y a près de 90 ans – c’était en 1932 très exactement – Walter Benjamin, réfléchissant à sa pratique radiophonique, coucha sur le papier une série de réflexions intitulées « Deux formes de vulgarisation ». La plus grande réussite de cette vulgarisation nouvelle, ou mieux de cette « popularisation » intelligente qu’il appelait de ses voeux, serait, à l’en croire, « de passionner le spécialiste autant que le profane, même si leurs motivations ne sont pas les mêmes. » C’est cette noble tâche que s’est assignée l’Association pour le Prix Walter Benjamin et qui, depuis 2020, dicte ses travaux et ses choix. « Mobiliser le savoir en direction du public et le public en direction du savoir », sélectionner dans le maquis, inégal, de productions auxquelles sa vie et son oeuvre donnent naissance des travaux à la fois exigeants et accessibles et contribuer ainsi à le faire connaitre, au-delà du seul « fétichisme du nom du maitre » et des récupérations parfois intempestives dont il fait l’objet, c’est là l’ambition de notre prix et des manifestations que nous organisons autour de lui.

12 novembre Céret Salle de l’Union

10h – 12h30  Itinéraires d’exil  Lignes de fuite Walter Benjamin en exil, 1933-1940,par Nathalie Raoux, historienne, chercheuse au Centre Georg Simmel (EHESS/CNRS), présidente du jury.

Dessin de Christine Carboneill

LIGNES DE FUITE,  NATHALIE RAOUX

« Lorsque Dora aura enfin sa pension ! » Dora et Walter Benjamin à San Remo (1934-1939). Un chapitre méconnu de la biographie de Benjamin, par Eva Weissweiller, écrivaine et biographe, en visio.

14h30 – 15h55   Organiser le pessimisme, Walter Benjamin. Lectures croisées d’extraits de textes de Walter Benjamin, Carl Einstein, Theodor Adorno, Guy Debord, Georges Didi-Huberman, Giorgio Agamben, Michael Löwy, à propos des avant-gardes artistiques et du rôle des artistes et intellectuels face à l’action politique. Une proposition des Cahiers VUPP en collaboration avec les associations cérétanes Pas de porte et Les Amis du Musée de Céret.

 

 L’institut de formation artistique, performance de Kevin Huber sur la relation maître-élève.

 

16h – 17h30  Pérégrinations de Walter Benjamin dans l’actualité. L’actualité de Walter Benjamin. Instrumentalisations de la pensée du philosophe. Atelier public avec les lauréats, le jury, animé par Bruno Tackels, philosophe et président de l’association Prix Walter Benjamin. Restitution par Joël Mettay, éditeur, président des Amis du Musée de Céret et membre de l’APWB.

17h30 – 17h50 Hommage à Dani Karavan  par Richard Meier, éditeur, VOIX éditions, présentation de son livre : Dani Karavan, construire un passage, tombeau pour Dani Karavan et Walter Benjamin, Portbou.

RICHARD MEIER, VOIX EDITIONS, ELNE

Le Cheval dans l’arbre a présenté une sélection d’ouvrages des lauréats, de Walter Benjamin et en lien avec le Prix.

13 novembre Carcassonne – Centre international Lamourelle avec le soutien de la Maison des mémoires, maison Joë Bousquet

11h-12h30 Regards croisés : Itinérances entre philosophie et histoire. L’actualité de Walter Benjamin dans le regard d’une historienne par Michèle Riot-Sarcey, historienne, membre de l’APWB. Regards croisés entre histoire et philosophie avec Bruno Tackels, philosophe, président de  l’association Prix Walter Benjamin.

14h00-14h45 Entretien avec les lauréats par Michael Löwy, lauréat du prix Walter Benjamin 2020, membre du jury.

14h45-16h Conférence débat : La tragédie de la culture, ou le prix du fétichisme par Georges Didi-Huberman, lauréat du prix spécial Walter Benjamin 2021 

16h15-17h15 Le passant. Walter Benjamin et Marseille 

Anne Roche, professeure émérite de l’Université Aix-Marseille, membre du jury du Prix Walter Benjamin, dialogue avec Christine BretonSylvain Maestraggi lauréats du prix Walter Benjamin 2021, Martine Derain, éditrice.

17h30-18h30. Lettres allemandes. Lecture des lettres allemandes réunies par Walter Benjamin pour sauver ce qui reste de la culture allemande au temps du nazisme, par Dominique Delpirou, membre du jury et Gilberte de Poncheville, comédienne.

 

 

Programme Itinérances, 2021

Biographies

Les lauréats 2021

Christine Breton est conservateur honoraire du patrimoine et docteur en histoire. Elle cherche, depuis les Récits d’hospitalité, histoire renversée des Quartiers nord de Marseille, une écriture de l’histoire capable de restituer collectivement et économiquement les savoirs des vaincus ou les traditions orales toujours vivantes.

Sylvain Maestraggi est philosophe et photographe. Ses recherches portent sur l’histoire urbaine et l’expérience du paysage. Il a publié deux livres de photographies : Marseille, fragments d’une ville (2013) et Waldersbach (2014)aux éditions L’Astrée rugueuse, et a réalisé le film Histoires nées de la solitude (2009).

Martine Derain est artiste et éditrice. Les livres qu’elle publie au sein des éditions commune, qu’elle a fondées en 2010, comme les films dont elle est aujourd’hui la «conteuse», sont des fables documentées dont les lignes narratives et les matières entremêlent art et politique, urbanisme et poésie.

Georges Didi-Huberman est philosophe et historien de l’art. Il enseigne à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) depuis 1990. Auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire et la théorie des images, ses recherches portent sur les rapports entre histoire, mémoire, récit et images, dans un large champ d’étude qui va de la Renaissance jusqu’à l’art contemporain. Ouvrages les plus récents : Aperçues, Minuit, 2018 ; Désirer désobéir. Ce qui nous soulève, volume 1, Minuit, 2019 ; Pour commencer encore, dialogue avec Philippe Roux, Argol, « Les Singuliers », 2019 ; Éparses. Voyage dans les papiers du Ghetto de Varsovie, Minuit, 2020 ; Imaginer recommencer. Ce qui nous soulève, 2, Minuit, 2021.

Les intervenants

Nathalie Raoux est historienne et chercheuse au Centre Georg Simmel. Spécialiste de Walter Benjamin et de l’histoire des réfugiés allemands en France dans l’entre-deux-guerres, elle est l’autrice avec Arno Gisinger, de Konstellation. Walter Benjamin en exil, 1933-1940, Vienne & Paris, Bucher Verlag & transphotographic press, 2009, [édition bilingue français-allemand, postface de Georges Didi-Huberman]. Elle a publié de nombreux articles sur le philosophe allemand dans des revues et des ouvrages collectifs, organisé des colloques, et coordonné des projets internationaux, dont « Actualité(s) de Paris, capitale du XIXe siècle. Walter Benjamin, histoire & politique », projet mené en collaboration avec Maurizio Gribaudi (EHESS) et Michèle Riot-Sarcey (Université Paris VIII). Elle est présidente du Jury de l’association Prix Walter Benjamin.

Bruno Tackels est essayiste et dramaturge. Agrégé et docteur en philosophie, il a enseigné l’esthétique et l’histoire du théâtre contemporain à l’université Rennes 2, à l’École régionale d’acteurs de Cannes, ainsi qu’à l’École des arts décoratifs de Strasbourg. Il a publié de nombreux ouvrages sur le philosophe Walter Benjamin, à L’Harmattan, Petite introduction à Walter Benjamin (2001), L’Œuvre d’art à l’époque de Walter Benjamin (2000) et en 2009, une biographie sur Walter Benjamin, Une vie dans les textes, chez Actes Sud, pour laquelle il a reçu en 2010, le prix de l’essai philosophique « Roland de Jouvenel » de l’Académie française, et en 2016, le Prix Walter Benjamin. Par ailleurs, il a été producteur d’émissions et chroniqueur à France Culture et a été nommé, en 2013, responsable de la mission consacrée à la recherche en arts, à la direction de la création artistique du ministère de la Culture. Bruno Tackels préside l’association Prix Walter Benjamin.

Joël Mettay. Après une carrière de journaliste au quotidien L’Indépendant de Perpignan, Joël Mettay a décidé de devenir éditeur. Établi à Céret, qui fut, selon l’expression consacrée, la « Mecque du cubisme », tant les plus grands peintres de la première moitié du XX° siècle y ont trouvé l’inspiration, il a tout naturellement publié, entre autres, plusieurs ouvrages liés à l’histoire artistique de cette petite ville. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont L’archipel du mépris : histoire du camp de Rivesaltes de 1939 à nos joursOtto Freundlich et la France. Un amour trahi.

Jean Calens. Pratiques diverses: peinture, photo, écriture, relation image-texte (travaux in revues 4 Taxis, Eczema, Faix…). Fonde l’association Symptômes dans les années 80 qui se consacre en Roussillon aux échanges artistiques et littéraires transfrontaliers entre Barcelone, Perpignan et Montpellier. L’enseignement comme pratique collaborative à l’école des Beaux-Arts de Bordeaux: acteur de l’atelier Pensée nomade, chose imprimée; création des ateliers ManifesteTectonique des nuages et des Cahiers Vupp (voir un peu plus à travers les fissures des murailles) devenue une association en 2018, cahiersvupp.org. R. Bolano nous dit à propos de l’art: ne faut-il pas garder le nom et changer la chose?

Kévin Huber, artiste peintre, est également performeur, vidéaste, peintre et dessinateur. Son travail s’articule essentiellement autour de la performance, basée sur des fictions. Ses performances questionnent des faits de société comme l’école, l’éducation, la famille, les relations amicales et l’actualité politique. il vit et travaille à Bordeaux où il est résident de la Fabrique Pola. En 2016, Kevin Huber a été sélectionné pour La Grande Évasion, dispositif Post-Master porté conjointement avec La Fabrique Pola et Zébra3 à Bordeaux.

Richard Meier, artiste éditeur, responsable des Éditions Voix depuis 40 ans. Parmi les très nombreux livres et livres d’artiste publiés, ceux consacrés à Henri Chopin, Pierre Molinier, Pierre Bourgeade, Serge Pey, Michel Butor, Gao Xingjian, David Tremlett, Pierre Tilman, Jeanne Gatard, Bernard Heidseick, Isidore Isou, Jean-Louis Vila, Jean Vodaine, Claude Viallat, John Cage, Julien Blaine, Luis Da Rocha, Germain Roezs, Gilbert Lascault, Claude Simon récemment… constituent un ensemble impressionnant. Richard Meier n’a jamais pu se détacher d’une érudition qui allie littérature, arts plastiques, poésie, musique et monde; juste devenir du livre qui en chacun de ses ouvrages redevient objet de désir, là est le programme de ses carnets. S’attacher au Monde.

Michèle Riot-Sarcey est professeure émérite d’histoire contemporaine et d’histoire du genre à l’université Paris-VIII-Saint-Denis, et historienne du politique et du féminisme, est notamment l’auteure de La Démocratie à l’épreuve des femmes. Trois figures critiques du pouvoir, 1830-1848 (Désirée Véret, Jeanne Deroin, Eugénie Niboyet) (Albin Michel, 1994), Le Réel de l’utopie (Albin Michel, 1998), Histoire du féminisme (La Découverte, 2002, 2015), 1848, la révolution oubliée (avec Maurizio Gribaudi, La Découverte, 2008, 2009).

Anne Roche est professeure émérite à l’université de Provence (littérature française contemporaine, analyse filmique, scénario). On lui doit, comme essayiste, une dizaine d’ouvrages dont Histoire/Littérature. Histoire et interprétation du fait littéraire (avec Gérard Delfau, Éditions du Seuil, 1977, 1988 — l’un des tout premiers livres à réserver en France une part importante à L’École de Francfort et à l’œuvre de Benjamin. Anne Roche est également l’auteur d’œuvres de fiction (roman, récit, théâtre). Elle a reçu en 2018 le prix Walter Benjamin pour son livre Exercices sur le tracé des ombres. Walter Benjamin.

Michael Löwy est directeur de recherche émérite au CNRS et enseignant à l’École des hautes études en sciences sociales. Il est membre des comités de rédaction des revues Actuel Marx, ContreTemps et Écologie & Politique. Il est notamment l’auteur d’Avertissement d’incendie. Walter Benjamin (PUF, 2001) ; Franz Kafka, rêveur insoumis (Stock, 2004) ; Écologie et socialisme (Syllepse 2005). Membre du Groupe surréaliste de Paris, il a aussi publié L’Étoile du matin. Surréalisme et marxisme (Syllepse, 2000). En 2020, il a reçu le prix Walter Benjamin, pour son livre La Révolution est le frein d’urgence (Éditions de l’éclat, 2019).

Gilberte de Poncheville a été libraire à Paris. Au théâtre, sa seconde passion, elle a joué dans Tchekhov, Duras, Thomas Bernhard, Pirandello, Beckett, sous la direction de Claudine Gabay. Elle a été l’une des cinq comédiennes d’Une Mouette, dans une adaptation de Tchekhov portée à la scène par Isabelle Lafon.

Dominique Delpirou a été directeur artistique de la compagnie Choliambe. Il a mis en scène, notamment, Le Voyage en Arménie d’Ossip Mandelstam, La Prose du Transsibérien de Blaise CendrarsPoète à New York de Garcia LorcaLa Maladie du sens de Bernard Noël, Médée de Mathieu Bénézet. Il fait entendre régulièrement Mallarmé, à propos duquel il a publié un livre La mort de Mallarmé, aux Presses universitaires de la Sorbonne.

La librairie  le Cheval dans l’arbre , située à Céret dans les Pyrénées-Orientales, est la dernière librairie indépendante existant entre la frontière espagnole et Perpignan. Elle a ouvert ses portes il y a 35 ans et aujourd’hui un collectif de lecteurs, de professionnels de la chaîne du livre et de militants associatifs a su générer une dynamique aboutissant à la création d’une Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) pour que Le Cheval dans l’Arbre poursuive sa mission.

Compagnie pas de porte, association, théâtre, lectures, poésie. Céret.
Présidente Marguerite Bresson. Représentée pour la lecture d’ “Organiser le pessimisme” par Robert Majenti, peintre.

Exilio

Alex Brendemühl, est comédien et réalisateur. Il s’intéresse plus particulièrement au genre du film d’auteur et fait ses armes de scénariste, en 2007, avec le film social Yo, dans lequel il tient également le rôle principal. En 2009, il écrit et réalise son premier court-métrage, Rumbo a peor qui lui vaut une nomination remarquée au 62e Festival de Cannes. Katari, de Sebastian Mantilla, Wann endlich küsst Du mich? de Julia Ziesche et Mal de pierres, de Nicole Garcia comptent parmi ses films les plus récents.

Nora Buschmann, née à Berlin, a commencé sa formation artistique avec Monika et Jürgen Rost à l’école de musique Franz Liszt de Weimar. Plus tard, elle a poursuivi ses études à l’Université de musique de Cologne. Elle a remporté plusieurs concours nationaux et internationaux.
En tant qu’interprète, elle a été invitée à des festivals prestigieux en Europe, en Turquie et en Amérique du Sud, où elle a donné des master classes et a fait partie de jurys. Son répertoire comprend des compositeurs classiques et contemporains ; combinant des musiques de différentes traditions et régions, elle est une ambassadrice de la culture musicale. Elle a vécu en Grèce et en Argentine où elle s’est consacrée à l’enseignement et à la connaissance de la musique traditionnelle de ces pays. Elle est enseignante à l’université de musique Carl Maria von Weber de Dresde et a été nommée professeure honoraire à l’université de Rostock. Elle a sorti plusieurs albums qui ont reçu d’excellentes critiques.

Lalo Garcia dirige et réalise des créations audiovisuelles pour le cinéma, la télévision, des expositions et des réseaux, dans les domaines de la fiction, du documentaire, de la danse, de la publicité. Il a aussi réalisé les longs métrages suivants : Siete pasos y medio, qui a remporté deux Biznagas au Festival du film de Malaga. Enfin, il conçoit et dirige des installations audiovisuelles de différents formats pour des expositions universelles et d’autres expositions internationales et nationales comme, par exemple, La Casa dels Mosaics del Museu d’Empúries, Catalunya terra d’acollida, Barcelona Ciutat de Ciutats, le Pavillon espagnol à l’Expo de Aichi, etc

Avec le soutien de la Région Occitanie, du Conseil général des Pyrénées Orientales, du Mémorial du camp de Rivesaltes, de la mairie de Céret, des Amis du musée d’art moderne de Céret, du Centre Joël Bousquet et son temps de Carcassonne, du Collège international de philosophie et avec la collaboration des Cahiers Vupp et de la librairie le Cheval dans l’arbre.

Exilio

Spectacle sur l’exil avec Alex Brendemühl, comédien, Nora Buschmann, guitariste et voix et Lalo García, mise en scène et visuels. Performance en espagnol, français et catalan.

 

 

Co production du  Mémorial du camp de Rivesaltes avec  l’Association Prix Walter Benjamin (APWB) 

Exilio est un voyage qui commence par la douleur de la guerre, la mort de García Lorca, la tombe de Machado et les récits des bombardements dans les textes, le tout illustré par la dureté des dessins de Josep Bartolí, les images des bombardements et la désolation de l’exode vers la France avec les visages de la défaite, en passant par la stupeur causée par l’exil forcé (Rafael Alberti, José Hierro ou Blas de Otero), pour passer progressivement à l’acceptation douloureuse de sa propre réalité (León Felipe, Angelina Muñiz-Hubermann ou Luis Cernuda), et continuer avec les images d’une Espagne endormie sous la dictature, où l’on vivait avec une étrange résignation (Jaime Gil de Biedma), les films domestiques du franquisme tardif et le désir de paix et de réconciliation finale (Salvador Espriu et María Zambrano), qui se heurtent aux images actuelles de la réalité de nombreux exilés et réfugiés.

Ce spectacle est présenté dans le cadre du programme « Itinérances » de l’association Prix Walter Benjamin, du 11 au 13 novembre à Céret (salle de l’Union) et à Carcassonne (Centre international Lamourelle). Produit par Txell Sabartés / Voodoo Productions.

 

Histoires nées de la solitude

Film documentaire de Sylvain Maestraggi, France, 2009, 35 min.

Un voyage sentimental dans les rues de Marseille et Berlin, en souvenir de Walter Benjamin.

Textes de Walter Benjamin (Marseille, Sens unique, Chronique berlinoise, Enfance berlinoise…) et Johann Wolfgang von Goethe (Les Affinités électives). Traduction, adaptation : Sylvain Maestraggi.

Histoires nées de la solitude, Sylvain Maestraggi, 2009
Continuer la lecture de « Histoires nées de la solitude »

Hoffnung – mit Benjamin neu denken / Hope – Repenser avec Benjamin

2021 Conference of the International Walter Benjamin Society
November, 4th-6th, 2021

Selon Walter Benjamin, il n’y a pas de moment qui ne puisse être révolutionnaire, c’est-à-dire qui ne puisse être compris comme « une chance pour une solution complètement nouvelle à un problème complètement nouveau ». Ici, on peut considérer la Révolution non seulement comme une rupture dans la continuité entre passé et présent, mais aussi comme une possibilité naissante d’un futur (différent). La révolution, pour Benjamin, présente de nouveaux défis radicaux, et pourtant, elle est aussi permanente, omniprésente et minuscule dans l’aspiration et l’effet. La révolution ne se manifeste pas seulement par une rupture radicale, car toute solution ou réponse – et vraiment n’importe quel moment – peut prendre un caractère révolutionnaire. Vues sous cet angle, les œuvres de Benjamin permettent de penser l’espérance, même et surtout aujourd’hui, face à des défis impossibles à prévoir. Le concept d’espoir soulève plusieurs questions : Qu’est-ce que l’espoir et où se situe-t-il ? A qui ou à quoi est-il associé ? Comment penser à l’espoir, et en le pensant avec Benjamin, que pouvons-nous espérer réaliser ?

Pour en savoir plus :

http://walterbenjamin.info/event/1025/

Faire nôtre « Expérience et pauvreté » de Walter Benjamin ?

Colloque international interdisciplinaire Université de Rennes 2

Du jeudi 14 octobre au samedi 16 octobre 2021

L’alliance, soulignée par Walter Benjamin en 1933, chez les grands créateurs, entre une « entière désillusion quant à l’époque » et, néanmoins, « une reconnaissance sans réserve de cette même époque », est-elle aussi la nôtre en un temps marqué par le changement climatique et la défiance vis-à-vis du politique ?

Présentation

Souvent la scène a été décrite dans nos illustrés d’enfants : cerné par ses ennemis, sombrant déjà pour partie, un navire n’a d’autre choix, pour espérer s’enfuir et mettre les voiles, que de sacrifier ses canons les plus lourds, les passer par-dessus bord pour gagner en vitesse, d’autre choix que de se désarmer et perdre ainsi tout recours pour forcer sa chance, prendre le large, se libérer.

Nous ne sommes pas en 1933, ni non plus menacés, ici, en Europe, comme le fût Walter Benjamin lorsqu’entre deux apocalypses et déjà en exil, dans une indifférence liée aux circonstances historiques, il publia, dans un journal praguois à l’éphémère existence, son court et incisif texte Expérience et pauvreté. Le constat qu’il dressait alors, celui d’une alliance, chez les grands créateurs, entre une « entière désillusion quant à l’époque » et, néanmoins, « une reconnaissance sans réserve de cette même époque », n’est-il pourtant pas aussi le nôtre ? Non pas encore le nôtre (la Shoah et d’autres catastrophes ont bouleversé depuis l’ordre du pensable), mais de nouveau le nôtre, comme si nous en étions au point où, assumer aujourd’hui notre pauvreté, où nous désarmer volontairement, serait la voie salvatrice, l’issue à tenter pour échapper à l’inertie promise par un sombre avenir.

Si ce « nôtre » ou si ce « nous » est évidemment problématique et doit être interrogé, il n’en reste pas moins, et plus encore face à la disparition des ressources naturelles sciemment provoquée par l’homme, que ce « nous » pourrait être celui du communisme défini, dans les années 30, par Brecht, comme le juste partage de notre pauvreté collectivement reconnue quand le capitalisme persiste à n’être que le masque du partage d’une illusoire richesse juste préemptée par quelques-uns.

Que ce « nous » pourrait être celui d’une pauvreté de nos sillages enfin assumée, d’une reconnaissance pleine et entière de cette pauvreté quand la capitalisation des traces, leur accumulation se traduit, elle, en plaintes nostalgiques et en crispations identitaires sur un passé fictif dont nul ne peut s’instituer propriétaire.

Que ce « nous » pourrait être celui de se faire indigeste pour l’époque, de s’y affirmer irrécupérable par l’appauvrissement de tout effet quand gagnent à nouveau, selon les voies d’un nivellement des consciences par trop répandu, les miroirs du mythe que seconde derechef l’esthétisation de la politique — « Faire taire une rhétorique de la beauté, de la distinction et du pouvoir, ainsi dénoncée comme l’instrument d’un travestissement ou d’une dénégation de ce qui est et d’une répression de ce qui pourrait être. » (Daniel Payot, Après l’harmonie)

Que ce « nous » pourrait être celui d’un silence préalable face aux désastres du monde, l’expérience douloureuse d’un dépérissement de l’expérience quand le commentaire universel mime l’autorité frelatée du sentencieux et drape son inaction de vertus assassines — « La réalité de la souffrance […] ne peut se déposer en expériences communicables, […] elle ne peut se plier à l’assemblement, à la syntaxe de nos phrases. » (Jeanne Marie Gagnebin, Histoire et narration chez Walter Benjamin)

Que ce « nous » pourrait être celui d’une recherche persistante de l’élémentaire, l’écart creusé d’avec notre assignation à une certaine culture quand celle-ci est précisément l’emblème apprêté d’une impossibilité d’en éprouver la richesse, celui de sa sédimentation — « On n’a jamais vu spectacle plus répugnant que celui d’une génération d’adultes qui, après avoir détruit toute possibilité d’expérience authentique, impute sa propre misère à une jeunesse désormais incapable d’expérimenter. » (Giorgio Agamben, Enfance et histoire)

Que ce « nous » pourrait être celui qui échoit en partage à l’enfant, cette figure inassignable de nos possibles, d’une utopie non encore désavouée et forte de ses virtualités quand l’éducation persiste à configurer nos sensibilités par l’addition des redressements, des forçages en tous genres.

Que ce « nous » pourrait être celui de barbares qui tentent de « survivre » joyeusement à la culture quand les civilisés eux, polis et exténués par leur docilité mensongère et tant de renoncements, s’enfoncent toujours plus, claquemurés dans leur individualisme, vers la perte de regards offerts à l’extérieur, à ce qui peut venir.

Mêler à ces « nous » possibles d’autres agencements du commun, faire entendre leurs discordances ou leurs ajointements en contrepoint d’Expérience et pauvreté, tenter de dire et au regard de ce que seraient pour « nous » aujourd’hui les grands créateurs, à quels appauvrissements « nous » sommes disposés à consentir pour maintenir l’espoir de mettre collectivement les voiles, tel est le désir associé à l’organisation de ce colloque international où l’on pourra tenter de dire, avec quels gestes, quelles voix ou quelles histoires, avec quelles images ou quels livres, avec quels espaces « nous » pourrions faire nôtre Expérience et pauvreté de Walter Benjamin ?

Continuer la lecture de « Faire nôtre « Expérience et pauvreté » de Walter Benjamin ? »

COSMOS 1939

COSMOS 1939 présente de nouvelles œuvres graphiques d’Alberola ainsi que des cartes historiques, des livres et des photographies, basées sur une rencontre intellectuelle entre les penseurs Georges Salles et Walter Benjamin à Paris en 1939.

Commissariat : Jean-Michel Alberola, Caterina Flor Gümpel et Zora Schiffer.

Le Théâtre Tieranatomisches présentera l’exposition COSMOS 1939 : Georges Salles /Walter Benjamin de l’artiste français Jean-Michel Alberola du 3 septembre 2021 au 29 janvier 2022. Elle était visible au Centre Dominique-Vivant Denon au Musée du Louvre à partir de Octobre 2018 à juillet 2019, et débarque désormais à Berlin, enrichie par des apparitions invitées du duo d’artistes Aura Rosenberg et Frances Scholz ainsi que de Chantal Benjamin, la petite-fille de Walter Benjamin.

Jean-Michel Alberola avec une apparition d’Aura Rosenberg et Frances Scholz

https://tieranatomisches-theater.de/en/project/cosmos-1939-georges-salles-walter-benjaminsonderausstellung/

Lauréats 2021

Le prix Walter Benjamin 2021est attribué à Christine Breton et Sylvain Maestraggi co-auteurs de« Mais de quoi ont-ils eu si peur ? Walter Benjamin, Ernst Bloch et Siegfried Kracauer à Marseille le 8 septembre 1926 » paru aux éditions Commune, en 2016. Ce titre énigmatique est explicité par le sous-titre : « Walter Benjamin, Ernst Bloch et Siegfried Kracauer à Marseille le 8 septembre 1926 ».  Il s’agit donc de retracer la rencontre des trois écrivains avec Marseille, cela à partir de leurs textes, romans, nouvelles ou essais, et de leurs lettres.  Car Marseille, c’est à la fois un port, une « porte » vers l’ailleurs, et une ville d’écriture, la ville des Cahiers du Sud, la revue de Jean Ballard, qui accueillera pendant la guerre des textes qui n’auraient pu être publiés en zone occupée. L’originalité du projet éditorial tient au travail qu’il effectue sur les frontières des genres. C’est une fiction, mais qui échappe au piège de trop de biographies romancées, à la fois par sa qualité d’écriture et par sa fidélité aux écrits des trois Allemands. C’est une analyse à la fois historique et littéraire de ces écrits, qui viennent en contrepoint de la fiction. Enfin, c’est un album de photographies, célèbres comme le pont transbordeur photographié par Germaine Krull, ou anonymes, des rues vouées à la démolition, dans le quartier derrière la Bourse. La convergence de ces trois axes propose une vision très neuve des réflexions de Benjamin sur la ville, dans ses relations avec l’histoire.

Georges Didi-Huberman s’est vu décerner le prix spécial Walter Benjamin pour l’ensemble de son œuvre. Si l’illumination profane est, chez Benjamin, l’autre nom de l’évidence, c’est bien d’illumination profane dont il s’est agi dans ce choix. Car il y a toujours, parfois très enfoui, du Walter Benjamin dans l’œuvre de Georges Didi-Huberman. Il y a du Benjamin chez un penseur dont l’œuvre se déploie sur des sentiers de contrebande, à la croisée de tous les courants, à l’écart de tous les chemins battus. Du Benjamin, quand, se faisant passeur, s’aventurant aux confins de l’anthropologie, de l’esthétique et de la politique, il abat patiemment les frontières disciplinaires et construit une œuvre qui rayonne désormais au-delà des frontières. Du Benjamin chez un penseur qui sait se faire tantôt conteur, tantôt monteur, tantôt montreur, puisant aux rebuts, citant à comparaitre là une archive, là une photo, un roman… Du Benjamin, bien évidemment, quand héritant de la pensée de Benjamin, il la ramène à nous, vivante et incandescente, nous apprenant, au passage, à « prendre position ».

Proclamation des prix Walter Benjamin 2021

Dévoilé le 26 septembre à Banyuls-sur-mer, l’annonce du 5e prix Walter Benjamin a permis de révéler les noms des lauréats 2021.

Proclamation du prix Walter Benjamin 2021 par Nathalie Raoux, historienne, chercheuse au Centre Georg Simmel (EHESS/CNRS), présidente du Jury du Prix Walter Benjamin.

Le prix Walter Benjamin 2021 est attribué à Christine Breton et Sylvain Maestraggi co-auteurs de “Mais de quoi ont-ils eu si peur ? Walter Benjamin, Ernst Bloch et Siegfried Kracauer à Marseille le 8 septembre 1926” paru aux éditions Commune, en 2016.

Georges Didi-Huberman s’est vu décerner le prix spécial Walter Benjamin pour l’ensemble de son œuvre.

Conversation avec Nathalie Raoux sur les derniers jours de
Walter Benjamin entre Banyuls-sur-Mer et Port-bou, avec Dominique Delpirou, membre du jury, Dominique Olzer, membre de l’APWB, Clothilde Sauret, membre de l’APWB.  

Lecture des extraits du livre de Lisa Fittko “Le chemin Walter Benjamin”
par les Veillés d’antan de Banyuls.

Suivie par le dévoilement de la plaque en hommage à Lisa Fittko
à la Mairie et d’un pot de l’amitié dans les jardins de la Mairie.

 

 Le jury du Prix Walter Benjamin, présidé par Nathalie Raoux, réunit Marc Berdet, Madeleine Claus, Dominique Delpirou, Emmanuel Faye,  Michael Löwy, Hélène Peytavi, Anne Roche et Bruno Tackels.

 


 

Résurgences du passé

Entretien avec Michèle Riot-Sarcey, historienne, professeure émérite à l’université Paris 8

Par Sarah Al-Matary

Que serait une histoire du XIXe siècle qui donnerait toute leur place aux événements oubliés ou non advenus ? Michèle Riot-Sarcey s’applique à retracer cette histoire souterraine, suggérant que les idées recouvertes par les récits linéaires imposés demeurent vivaces, et continuent d’ouvrir les horizons.

Michèle Riot-Sarcey, historienne

Pour Michèle Riot-Sarcey, professeure émérite à l’université Paris 8, l’utopie, les ouvriers, les femmes, le genre (qu’elle a contribué à introduire en France) ont toujours été prétexte à poser des questions de méthode. Le Procès de la liberté, prix Pétrarque de l’essai France Culture-Le Monde 2016, est l’aboutissement d’un long travail de réflexion critique sur l’écriture de l’histoire, que l’auteure a mené en dialogue avec plusieurs théoriciens, dont Michel Foucault. Mais c’est surtout sa lecture de Walter Benjamin ‒ spécifiquement de ses écrits sur le XIXe siècle ‒ qui l’a conduite à réenvisager des événements historiques tantôt méconnus, tantôt largement balisés par les « discours d’autorité », parfois à l’origine de conflits d’interprétation. Aussi appréhende-t-elle le XIXe siècle moins comme l’avènement du progrès que le moment où s’impose, sous différentes formes, l’idée que l’histoire aurait des « lois », un « sens », un ordre de « marche ». Contre cette vision linéaire, qui tend à gommer les discontinuités réelles, l’auteure cherche à saisir le « mouvement » de l’histoire en envisageant l’événement avant que ce dernier n’ait été recouvert par le récit des événements advenus. L’historiographie traditionnelle sanctuarise en effet l’enchaînement des faits dans une continuité sans faille et tend à invisibiliser l’activité des vaincus de peur qu’elle ne renaisse et n’engendre de nouveaux troubles. Quoiqu’elle soit restée à l’arrière-plan, cette dernière continue cependant d’innerver l’histoire ; elle est riche de leçons et dessine une forme de continuité souvent insoupçonnée.

C’est elle que Michèle Riot-Sarcey se propose de mettre en lumière à partir d’un autre type de récit, plus apte à rendre compte d’expériences et de pratiques qui, pour circonscrites qu’elles soient, ont été indûment minorées. L’historienne tient ainsi la révolution de 1848 pour « la seule rupture marquante du XIXe siècle ». Trop souvent présentée comme un cri de souffrance du peuple, alors qu’elle manifeste plutôt sa volonté de défendre ses droits, cette « révolution oubliée » est l’occasion d’une prise de parole collective, que l’auteure retrace au moyen de sources variées : pétitions, déclarations aux prudhommes, discours d’intronisation dans une société secrète, etc. Croisés avec d’autres documents contemporains (articles de presse, témoignages artistiques, notamment), ces sources révèlent que les acteurs n’ont pas attendu les théoriciens pour penser l’histoire qu’ils vivaient. D’abondantes citations donnent à entendre des femmes, des ouvriers (et, dans une moindre mesure, des esclaves et des colonisés) qui ont laissé peu de traces écrites. Ces voix minoritaires, que d’autres ont jugées peu « représentatives » de leur temps, aident Michèle Riot-Sarcey à « interroger différemment le cœur politique des sociétés considérées », et à mieux saisir de quoi est faite notre modernité.

Continuer la lecture de « Résurgences du passé »