Sa vie

Par Nathalie Raoux, historienne, présidente du jury du Prix Walter Benjamin
Né à Berlin, dans une famille de la bourgeoisie juive allemande, le 15 juillet 1892, Walter Benjamin après des études de philosophie est amené à vivre de sa plume, hors de l’institution académique. Traducteur, essayiste et critique littéraire, auteur de pièces radiophoniques, il n’est guère de domaines dans lesquels il ne s’essaya tandis que le judaïsme et le marxisme irrigueront sa pensée et ses travaux sa vie durant. Avec un leitmotiv « la guerre à venir » et à laquelle il faut parer.
Contraint, en 1933, à l’exil, car frappé par la persécution économique nazie, il choisit, comme tant d’autres, Paris qu’il connait par coeur. Là, sept ans durant, fidèle à une certaine conception de l’engagement intellectuel, forgée sous Weimar, il combat à sa place : le champ intellectuel. Paris, capitale du XIXe siècle, « L’oeuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité technique » et enfin son « Baudelaire » loin d’être des textes d’esthétique sont des jalons d’une oeuvre qui veut donner le « primat à la politique ».
Ayant refusé de quitter Paris à l’hiver 1937, arguant qu’ « en Europe, il y a des positions à défendre », la montée des périls conjuguée aux difficultés innombrables de franchir les murs de papier le séparant de l’Amérique prend Walter Benjamin de court. Avant qu’en septembre 1939, l’expérience de l’internement, en tant que « ressortissant allemand », ne le marque profondément. A sa libération du camp de Vernuche et en état d’exception devenu « la règle », il rédige ses dites thèses « Sur le concept d’histoire », inspirées par l’expérience entière de sa génération.
En juin 1940, Walter Benjamin quitte Paris pour se réfugier à Lourdes. Puis ce fut Marseille où, grâce à l’indéfectible soutien de ses amis de l’Institut de Recherches sociales, il obtint le sésame tant espéré, un emergency visa pour les Etats-Unis. Il lui faut encore sortir clandestinement de France. Aussi gagne-t-il Banyuls-sur-Mer dans les Pyrénées-Orientales d’où il espère franchir la frontière espagnole avec l’aide de militants antifascistes, dont Lisa Fittko. Le 25 septembre, interdit d’entrée en Espagne parce qu’apatride, placé devant la sinistre alternative d’être refoulé en France ou d’être emprisonné en Espagne, il choisit de se donner la mort : «Dans une situation sans issue, je n’ai d’autre choix que d’en finir. C’est dans un petit village dans les Pyrénées où personne ne me connaît que ma vie va s’achever » écrit-il dans sa dernière lettre. Il succombera le 26 septembre.
Si l’on ignore où Walter Benjamin repose désormais, un mémorial conçu par le sculpteur israélien Dani Karavan (décédé le 29 mai 2021) lui est désormais dédié à Portbou. Passages: un escalier en acier descendant vers la mer et fermé par une vitre invite le visiteur à se souvenir de cette fuite vers la liberté brutalement interrompue. Et à méditer cette phrase extraite des « thèses » : « il est plus difficile d’honorer la mémoire des gens célèbres que celle des sans-noms. A la mémoire des sans-noms est dédiée la construction historique »
La portée de l’œuvre de Walter Benjamin ne sera reconnue que des dizaines d’années après sa mort, et d’abord dans le sillage des mouvements estudiantins de 1968. Traduite dans le monde entier, elle irrigue désormais d’innombrables champs de connaissance et rayonne aujourd’hui dans les écoles d’art, de design, d’architecture, de théâtre, de cinéma ou encore de pédagogie, tant la curiosité de Benjamin était insatiable, bien au-delà du savoir académique, ouvrant la connaissance à tous les phénomènes humains, aussi insignifiants puissent-ils sembler.