Histoires nées de la solitude

Film documentaire de Sylvain Maestraggi, France, 2009, 35 min.

Un voyage sentimental dans les rues de Marseille et Berlin, en souvenir de Walter Benjamin.

Textes de Walter Benjamin (Marseille, Sens unique, Chronique berlinoise, Enfance berlinoise…) et Johann Wolfgang von Goethe (Les Affinités électives). Traduction, adaptation : Sylvain Maestraggi.

Histoires nées de la solitude, Sylvain Maestraggi, 2009
Continuer la lecture de « Histoires nées de la solitude »

Lauréats 2021

Le prix Walter Benjamin 2021est attribué à Christine Breton et Sylvain Maestraggi co-auteurs de« Mais de quoi ont-ils eu si peur ? Walter Benjamin, Ernst Bloch et Siegfried Kracauer à Marseille le 8 septembre 1926 » paru aux éditions Commune, en 2016. Ce titre énigmatique est explicité par le sous-titre : « Walter Benjamin, Ernst Bloch et Siegfried Kracauer à Marseille le 8 septembre 1926 ».  Il s’agit donc de retracer la rencontre des trois écrivains avec Marseille, cela à partir de leurs textes, romans, nouvelles ou essais, et de leurs lettres.  Car Marseille, c’est à la fois un port, une « porte » vers l’ailleurs, et une ville d’écriture, la ville des Cahiers du Sud, la revue de Jean Ballard, qui accueillera pendant la guerre des textes qui n’auraient pu être publiés en zone occupée. L’originalité du projet éditorial tient au travail qu’il effectue sur les frontières des genres. C’est une fiction, mais qui échappe au piège de trop de biographies romancées, à la fois par sa qualité d’écriture et par sa fidélité aux écrits des trois Allemands. C’est une analyse à la fois historique et littéraire de ces écrits, qui viennent en contrepoint de la fiction. Enfin, c’est un album de photographies, célèbres comme le pont transbordeur photographié par Germaine Krull, ou anonymes, des rues vouées à la démolition, dans le quartier derrière la Bourse. La convergence de ces trois axes propose une vision très neuve des réflexions de Benjamin sur la ville, dans ses relations avec l’histoire.

Georges Didi-Huberman s’est vu décerner le prix spécial Walter Benjamin pour l’ensemble de son œuvre. Si l’illumination profane est, chez Benjamin, l’autre nom de l’évidence, c’est bien d’illumination profane dont il s’est agi dans ce choix. Car il y a toujours, parfois très enfoui, du Walter Benjamin dans l’œuvre de Georges Didi-Huberman. Il y a du Benjamin chez un penseur dont l’œuvre se déploie sur des sentiers de contrebande, à la croisée de tous les courants, à l’écart de tous les chemins battus. Du Benjamin, quand, se faisant passeur, s’aventurant aux confins de l’anthropologie, de l’esthétique et de la politique, il abat patiemment les frontières disciplinaires et construit une œuvre qui rayonne désormais au-delà des frontières. Du Benjamin chez un penseur qui sait se faire tantôt conteur, tantôt monteur, tantôt montreur, puisant aux rebuts, citant à comparaitre là une archive, là une photo, un roman… Du Benjamin, bien évidemment, quand héritant de la pensée de Benjamin, il la ramène à nous, vivante et incandescente, nous apprenant, au passage, à « prendre position ».

Résurgences du passé

Entretien avec Michèle Riot-Sarcey, historienne, professeure émérite à l’université Paris 8

Par Sarah Al-Matary

Que serait une histoire du XIXe siècle qui donnerait toute leur place aux événements oubliés ou non advenus ? Michèle Riot-Sarcey s’applique à retracer cette histoire souterraine, suggérant que les idées recouvertes par les récits linéaires imposés demeurent vivaces, et continuent d’ouvrir les horizons.

Michèle Riot-Sarcey, historienne

Pour Michèle Riot-Sarcey, professeure émérite à l’université Paris 8, l’utopie, les ouvriers, les femmes, le genre (qu’elle a contribué à introduire en France) ont toujours été prétexte à poser des questions de méthode. Le Procès de la liberté, prix Pétrarque de l’essai France Culture-Le Monde 2016, est l’aboutissement d’un long travail de réflexion critique sur l’écriture de l’histoire, que l’auteure a mené en dialogue avec plusieurs théoriciens, dont Michel Foucault. Mais c’est surtout sa lecture de Walter Benjamin ‒ spécifiquement de ses écrits sur le XIXe siècle ‒ qui l’a conduite à réenvisager des événements historiques tantôt méconnus, tantôt largement balisés par les « discours d’autorité », parfois à l’origine de conflits d’interprétation. Aussi appréhende-t-elle le XIXe siècle moins comme l’avènement du progrès que le moment où s’impose, sous différentes formes, l’idée que l’histoire aurait des « lois », un « sens », un ordre de « marche ». Contre cette vision linéaire, qui tend à gommer les discontinuités réelles, l’auteure cherche à saisir le « mouvement » de l’histoire en envisageant l’événement avant que ce dernier n’ait été recouvert par le récit des événements advenus. L’historiographie traditionnelle sanctuarise en effet l’enchaînement des faits dans une continuité sans faille et tend à invisibiliser l’activité des vaincus de peur qu’elle ne renaisse et n’engendre de nouveaux troubles. Quoiqu’elle soit restée à l’arrière-plan, cette dernière continue cependant d’innerver l’histoire ; elle est riche de leçons et dessine une forme de continuité souvent insoupçonnée.

C’est elle que Michèle Riot-Sarcey se propose de mettre en lumière à partir d’un autre type de récit, plus apte à rendre compte d’expériences et de pratiques qui, pour circonscrites qu’elles soient, ont été indûment minorées. L’historienne tient ainsi la révolution de 1848 pour « la seule rupture marquante du XIXe siècle ». Trop souvent présentée comme un cri de souffrance du peuple, alors qu’elle manifeste plutôt sa volonté de défendre ses droits, cette « révolution oubliée » est l’occasion d’une prise de parole collective, que l’auteure retrace au moyen de sources variées : pétitions, déclarations aux prudhommes, discours d’intronisation dans une société secrète, etc. Croisés avec d’autres documents contemporains (articles de presse, témoignages artistiques, notamment), ces sources révèlent que les acteurs n’ont pas attendu les théoriciens pour penser l’histoire qu’ils vivaient. D’abondantes citations donnent à entendre des femmes, des ouvriers (et, dans une moindre mesure, des esclaves et des colonisés) qui ont laissé peu de traces écrites. Ces voix minoritaires, que d’autres ont jugées peu « représentatives » de leur temps, aident Michèle Riot-Sarcey à « interroger différemment le cœur politique des sociétés considérées », et à mieux saisir de quoi est faite notre modernité.

Continuer la lecture de « Résurgences du passé »

A ma tante Rosa et à toutes les femmes qui ont aidé Lisa et Hans Fittko en 41

Par Dominique Olzer

La dernière fois que j’ai vu ma tante Rosa (la sœur aînée de mon grand-père maternel André Ventajou), c’était pendant l’été 1971 ou 1972. J’avais 13 ou 14 ans, mais en réalité, j’étais encore une petite fille. Je ne savais rien de sa vie, de son histoire.

Continuer la lecture de « A ma tante Rosa et à toutes les femmes qui ont aidé Lisa et Hans Fittko en 41 »

Chemin de passage

A la frontière espagnole, en bord de Méditerranée, existe un sentier de contrebandiers aujourd’hui presque oublié. Outre la contrebande, il servit aux Républicains espagnols pour échapper à la dictature de Franco. En 1940, la jeune Lisa Fittko s’installe à Banyuls-sur-Mer. Cette résistante allemande au nazisme va organiser par ce chemin, grâce à des aides locales, le passage de plusieurs centaines de persécutés dans leur tentative désespérée pour rejoindre le Portugal, puis les Amériques. L’un des premiers à emprunter ce sentier d’évasion fut le philosophe Walter Benjamin.

Entretien avec Louis Nivet, consul honoraire de Suède à Port-Vendres et randonneur émérite, par l’écrivain Gildas Girodeau.

Réalisation Patrick Flynn avec Natacha Ikoli. Musique Pedro Soler et Gaspar Claus.

Lost in Marseille

Par le duo Catherine Vincent

Avec l’aimable autorisation de la revue en ligne themarkaz.org

L’avant-garde musicale de Catherine Estrade et Vincent Commaret relie Walter Benjamin à Damas, Berlin et Marseille.

Le duo Catherine Vincent à Marseille

Dans “Lost in Marseille”, Catherine Vincent, un couple d’auteurs-compositeurs-interprètes franco-chilien-argentin, qui a vécu un temps à Damas avant la guerre, ouvre un portail sur leur projet musical. Ils ont marché sur les traces de Walter Benjamin à Marseille lorsqu’il fuyait les nazis, rejouent son essai “Haschich à Marseille” dans les quartiers qu’il a parcourus, le suivent jusqu’à sa fin à Portbou (où ils ont donné un concert l’année dernière). Ils imaginent Benjamin en Jamal Ibntrewan (son anagramme exact), un intellectuel syrien réfugié échoué dans la ville natale de Benjamin, où Catherine Vincent a créé leur récent album Lost in Berlin.

A lire ici : https://fr.themarkaz.org/magazine/lost-in-marseille

Walter Benjamin et la Commune

Par Anne Roche, professeur émérite à l’Université d’Aix-Marseille, lauréate du Prix Walter Benjamin 2018

Avec l’aimable autorisation de Frédéric Miler

Plein air des révolutions. La révolution désensorcelle la ville.1

Au printemps 1935, le musée municipal de Saint-Denis présente une grande exposition, « La Commune de Paris – 18 mars – 28 mai 1871 »2, les dates de l’exposition reproduisant à un ou deux jours près les dates de l’événement. Walter Benjamin l’a visitée : il décrit plusieurs des illustrations et cite des textes et documents exposés. Un an après, le 22 mai 1936, il copie encore deux grands extraits de l’article de Jean Cassou paru dans Vendredi, « la Semaine sanglante », signe d’un intérêt dans la durée, que l’on n’imaginerait pas devant la relative minceur des pages qu’il a consacrées à la Commune.

Le catalogue de l’exposition s’ouvre sur un avant-propos de Lucien Descaves, auteur de Philémon, vieux de la vieille. Roman de la Commune, de l’exil et du retour (1913), roman favorable à la Commune, et une préface de Jacques Doriot, qui à l’époque était encore au parti communiste.  Une question s’impose alors : pourquoi Benjamin, alors en exil à Paris, s’est-il préoccupé de cet événement ? Plus précisément : quel usage en a-t-il, et quelle représentation en propose-t-il ?

Barricade rue Royale, 8ème arrondissement, Paris, 1871.
Collard, Augustin-Hippolyte , Photographe
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Continuer la lecture de « Walter Benjamin et la Commune »
  1. Walter Benjamin, Paris capitale du xixème siècle. Le Livre des Passages, traduit de l’allemand par Jean Lacoste, Paris, Éditions du Cerf, 1989,p.440 []
  2. Merci à Elsa Tilly, du service des collections du Musée d’art et d’histoire Paul Éluard de la ville de Saint-Denis, pour ces informations et la reproduction des images décrites par Benjamin : Anonyme, Les cadavres découverts dans les souterrains de l’église Saint-Laurent (typographie sur papier, 1871), Joseph Burn Smeeton (d’après Frédéric-Théodore Lix), La chasse à l’homme dans les catacombes (typographie sur papier, 1871), Ed. Renaux (d’après Gaston Béthune), Le départ de la Commune (lithographie sur papier, 1871), Charles Vernier, Elle. (lithographie sur papier, 1871), Crédits photographiques : Musée d’art et d’histoire Paul Eluard, Saint-Denis. Cliché : I. Andréani. []

Penser l’histoire des discontinuités ou la modernité revisitée

Par Michèle Riot-Sarcey, historienne, professeure émérite d’histoire contemporaine et d’histoire du genre à l’Université de Paris 8

Travailler avec la pensée de Benjamin demande une distance méthodologique avec les grands courants historiographiques et surtout cela exige de lire pleinement Benjamin et ne pas se satisfaire des Thèses sur le concept d’histoire inaccessible, à mon sens, à la première lecture ; d’autant que cette œuvre, excessivement élaborée, est elle-même l’aboutissement d’un parcours critique exigeant.

Depuis longtemps déjà, en cheminant avec les amis philosophes, germanistes, littéraires, philologues… Miguel Abensour, Nathalie Raoux, Irving Wolfarth, Michaël Lowy et Philippe Ivernel, et en discussion permanente avec mon ami historien, Maurizio Gribaudi (co-auteur de notre « révolution de 1848), j’ai tenté de prendre à la lettre les propos de Benjamin sur la nécessité de « faire exploser » les continuités afin d’accéder au « cristal de l’événement total » dans cette rencontre improbable entre passé et présent, plus précisément entre les fragments d’un passé oublié et leurs formes de résurgences dans l’actualité d’un moment. Le résultat fut le Procès de la Liberté.

Trop longtemps on a cru possible de faire l’histoire des vaincus, en interprétant sélectivement les écrits de Benjamin. Or, ma lecture de Benjamin m’apprend tout autre chose, il ne s’agit pas de se saisir d’une totalité d’un passé oublié, mais de s’arrêter sur ce qui reste, ce qui a été écarté, ce qui n’a pas été entendu et qui, de manière inattendue, dans un temps autre, entre en correspondance avec une actualité qui donne tout son sens à ce passé retrouvé.

Nous entendons encore trop fréquemment des lectures du passé en fonction d’une actualité hâtivement commentée. Or, l’histoire ne se répète pas, ne s’imite pas, ne se reproduit pas même en caricature ; toujours l’événement est inédit à partir d’idées inachevées et qui toujours renaissent jusqu’à ce que la promesse soit accomplie. Cette distinction, particulièrement parlante, entre idée et concept fut pour moi un guide d’écriture de l’histoire à partir des idées libératrices, qui au fur et mesure d’un ordre rétabli, ont été dénaturées, travesties, enfouies sous les dires des autorités, au sens très large du terme. Ces dernières imposent non seulement leur domination mais instillent leur interprétation, jusqu’à l’habitus, au sens donné par Benjamin ……

Cette conférence m’a été demandée par l’Institut des Beaux arts de Marseille et compte tenu de l’attention au langage des « artistes » présents notre dialogue a pu parfaitement fonctionner. 


École des Beaux-Arts de Marseille Cinéma et Histoire des Possibles – 1/7 – Conférence de Michèle Riot-Sarcey