Robert Kahn dans le temps ni homogène ni vide

Par Maria Mailat, écrivain-anthropologue

Le règne de l’importance :  « convaincre est infécond » 1

Il y a une sorte d’événement programmé qui nous pousse à obéir au même choix de livres. Les mécanismes huilés des « parutions » nous dictent ce qui est important à lire. La marchandise « livre » repose sur le consensus confortable. Pas d’effort pour penser et relire plusieurs fois une page, nul besoin d’approcher les langues, aucun dictionnaire, nulle hésitation dans le choix des mots, aucune prise de risques, pas de zone inconnue. Le débat, un accessoire du consensus, est mis en scène comme « à la télé » pour créer l’illusion que l’on peut penser et jouir « entre soi ». 

Dans ce jeu d’habitudes et d’habitués, c’est monnaie courante de dire que les textes de Walter Benjamin sont « difficiles » et cela fait déjà son effet. Cette déclaration est ornée de quelques phrases « tirées » de Walter Benjamin : ainsi, « Si l’ennemi triomphe, même les morts ne seront pas en sûreté… » est cité 212 000 000 000 fois sur Google en septembre 2020. Et presque autant d’occurrences pour Angelus Novus. Le nom de Walter Benjamin « googlisé » apparaît 158 000 000 de fois.

Maria Mailat, photographie
Continuer la lecture de « Robert Kahn dans le temps ni homogène ni vide »
  1. Walter Benjamin, Sens unique, citée par Nathalie Raoux : https://books.openedition.org/psn/3052?lang=fr#bodyftn17 []

Singulier Pluriel, extraits

Par Maurice Olender, historien, anthropologue et éditeur

Historien et anthropologue, Maurice Olender a analysé, dans ses séminaires à l’Ecole des hautes études et dans ses livres, les mécanismes du complot et de de la rumeur. Depuis la fin des années 1970, dans ses enquêtes sur la genèse et le développement des idées modernes de « la race », il a mis en évidence un binôme archaïque qui a orienté plus d’une idéologie au XIXe et au XXe siècle tout en poursuivant sa course aujourd’hui : le  couple conceptuel « sexe et race ».

Maurice Olender est le créateur de la collection « La Librairie du XXIe siècle ». En référence à Montaigne, elle propose une connaissance ouverte sur le monde, une interrogation sur soi. S’inscrivant dans ce projet d’une culture générale, « La Librairie du XXIe siècle » offre à ses lecteurs une collection d’écrits pour notre temps. La réédition des mémoires de Lisa Fittko, résistante allemande au nazisme, précédé du texte d’Ewy Plenel Le présent du passé , s’inscrit dans cette lignée. Cette réédition a reçu le prix spécial Walter Benjamin 2020. L’ensemble de la collection est présentée sous le lien suivant : https://librairiexxisiecle.com/la-librairie-du-xxie-siecle/

Parmi ses engagements, où il refuse de distinguer le philologique du politique,  Maurice Olender évoque plus d’une fois l' »Appel à la vigilance » lancé dans Le Monde du 13  juillet 1993. A ce propos, outre le texte complet de l' »Appel » et les noms des 40 premiers signataires dans Race sans histoire (Points, 2009, p. 244-248), on peut aussi se reporter au chapitre intitulé « De la responsabilité sémantique » (p.225-232) ainsi qu’à plus d’une page d’un autre livre quasi- biographique :  Le fantôme dans la bibliothèque (Seuil, 2017), notamment p. 71-74.

Maurice Olender revient plus largement au texte et au contexte de cet « Appel » dans son tout dernier livre qui vient de paraître, Singulier Pluriel, Conversations, édité et préfacé par Christine Marcandier, Seuil, 2020. A la fois lors d’un échange avec le cinéaste Luc Dardenne (p.25-26) et avec l ‘historien Pierre Nora (p. 83-85).

Hélène Peytavi, Ecchymoses, 2019

A propos de cet « Appel », voici, avec l’autorisation des éditions du Seuil, quelques extraits de son échange avec Claire Mayot dans Singulier Pluriel.

Continuer la lecture de « Singulier Pluriel, extraits »

Walter Benjamin révolutionnaire : éléments pour un portrait en « image dialectique »

Pourquoi est-il si difficile de le connaître comme tel et pourquoi est-ce si urgent ?

Par Dietrich Hoss, sociologue, professeur des universités émérite

Persuadé que les luttes des dernières années, notamment celle des Gilets Jaunes, participent à actualiser les potentiels révolutionnaires du siècle passé, Dietrich Hoss revient ici sur la vie et l’oeuvre de Walter Benjamin dont il juge la connaissance et la diffusion d’une « extrême urgence ». D’une part pour arracher son héritage à ceux qui voudraient faire de Benjamin un homme de lettres un brin mélancolique. D’autre part pour nourrir activement les frémissements révolutionnaires de notre époque. Il revient ainsi sur les premiers engagements de jeunesse de Benjamin et ses travaux sur l’enfance, souvent méconnus ; puis se concentre sur le renouveau et les critiques qu’il fait subir au marxisme orthodoxe ; pour terminer sur la censure et la dépolitisation dont son oeuvre fut victime, de son vivant jusqu’à aujourd’hui. Bonne lecture.

Paru dans lundimatin#262, le 9 novembre 2020

Continuer la lecture de « Walter Benjamin révolutionnaire : éléments pour un portrait en « image dialectique » »

La révolution est le frein d’urgence, essais sur Walter Benjamin, prix Européen Walter Benjamin 2020

Par Michael Löwy, sociologue et philosophe, directeur de recherche émérite au CNRS et ancien enseignant à l’Ecole des Hautes études en Sciences Sociales

Hélène Peytavi, photographie, 2020

Préface du livre de Michael Löwy «La révolution est le frein d’urgence. Essais sur Walter Benjamin», Paris, Editions de l’éclat, 2018.

Continuer la lecture de « La révolution est le frein d’urgence, essais sur Walter Benjamin, prix Européen Walter Benjamin 2020 »

Les prétendues affinités « avec le pire » de Walter Benjamin, note critique sur Force de loi de Jacques Derrida

Par Emmanuel Faye, philosophe, enseignant chercheur à l’université de Rouen

Lecture critique de « Prénom de Benjamin » de Jacques Derrida dans Force de loi 

Cette note contribue à remettre en question tout rapprochement excessif et superficiel entre Benjamin et Heidegger d’une part et, comme on le voit périodiquement, Benjamin et Schmitt d’autre part.

Hélène Peytavi_le soleil qui a bu la mer
Hélène Peytavi Le soleil qui a bu la mer, 2019
Continuer la lecture de « Les prétendues affinités « avec le pire » de Walter Benjamin, note critique sur Force de loi de Jacques Derrida »

Solidarité antifasciste : Lisa Fittko avec Walter Benjamin

Par Michael Löwy, sociologue et philosophe, directeur de recherche émérite au CNRS et ancien enseignant à l’Ecole des Hautes études en Sciences Sociales

Quand Michaël Löwy, lauréat du Prix Européen Walter Benjamin 2020, lit Lisa Fittko, elle aussi récipiendaire du Prix Spécial Walter Benjamin 2020 dans la réédition du Seuil de ses souvenirs dans la belle collection de Maurice Olender, « La librairie du XXIème Siècle », c’est pour montrer combien le destin du philosophe et celui de la résistante furent indéfectiblement liés quand, à « minuit dans le siècle », il était plus qu’urgent de tisser des réseaux de solidarité. Une leçon plus que jamais d’actualité dans les temps sombres que nous vivons à nouveau aujourd’hui.

Landscape, Hélène Peytavi, 2020
Continuer la lecture de « Solidarité antifasciste : Lisa Fittko avec Walter Benjamin »

La mort de Walter Benjamin

Par Jean Lacoste

Le 25 septembre 1940, au matin, à Port-Vendres, dans les Pyrénées-Orientales, Walter Benjamin (« le vieux Benjamin », comme disaient les émigrés allemands) se présente de façon cérémonieuse, à son habitude, mais à l’improviste dans la petite chambre de Lisa Fittko : il souhaite qu’on l’aide à franchir la frontière espagnole alors que les troupes allemandes s’emparent de la France. Ce n’est encore qu’une rumeur, mais il croit savoir que la militante allemande organise de tels passages par des sentiers dans la montagne. Lisa Fittko est morte en 2005. Son récit des événements entourant la mort de Walter Benjamin, publié en allemand en 1985 et en français deux ans plus tard, reparaît aujourd’hui.

Monument à Walter Benjamin à Portbou © CC/elojeador
Continuer la lecture de « La mort de Walter Benjamin »