A ma tante Rosa et à toutes les femmes qui ont aidé Lisa et Hans Fittko en 41

Par Dominique Olzer

La dernière fois que j’ai vu ma tante Rosa (la sœur aînée de mon grand-père maternel André Ventajou), c’était pendant l’été 1971 ou 1972. J’avais 13 ou 14 ans, mais en réalité, j’étais encore une petite fille. Je ne savais rien de sa vie, de son histoire.

Continuer la lecture de « A ma tante Rosa et à toutes les femmes qui ont aidé Lisa et Hans Fittko en 41 »

Chemin de passage

A la frontière espagnole, en bord de Méditerranée, existe un sentier de contrebandiers aujourd’hui presque oublié. Outre la contrebande, il servit aux Républicains espagnols pour échapper à la dictature de Franco. En 1940, la jeune Lisa Fittko s’installe à Banyuls-sur-Mer. Cette résistante allemande au nazisme va organiser par ce chemin, grâce à des aides locales, le passage de plusieurs centaines de persécutés dans leur tentative désespérée pour rejoindre le Portugal, puis les Amériques. L’un des premiers à emprunter ce sentier d’évasion fut le philosophe Walter Benjamin.

Entretien avec Louis Nivet, consul honoraire de Suède à Port-Vendres et randonneur émérite, par l’écrivain Gildas Girodeau.

Réalisation Patrick Flynn avec Natacha Ikoli. Musique Pedro Soler et Gaspar Claus.

Lost in Marseille

Par le duo Catherine Vincent

Avec l’aimable autorisation de la revue en ligne themarkaz.org

L’avant-garde musicale de Catherine Estrade et Vincent Commaret relie Walter Benjamin à Damas, Berlin et Marseille.

Le duo Catherine Vincent à Marseille

Dans « Lost in Marseille », Catherine Vincent, un couple d’auteurs-compositeurs-interprètes franco-chilien-argentin, qui a vécu un temps à Damas avant la guerre, ouvre un portail sur leur projet musical. Ils ont marché sur les traces de Walter Benjamin à Marseille lorsqu’il fuyait les nazis, rejouent son essai « Haschich à Marseille » dans les quartiers qu’il a parcourus, le suivent jusqu’à sa fin à Portbou (où ils ont donné un concert l’année dernière). Ils imaginent Benjamin en Jamal Ibntrewan (son anagramme exact), un intellectuel syrien réfugié échoué dans la ville natale de Benjamin, où Catherine Vincent a créé leur récent album Lost in Berlin.

A lire ici : https://fr.themarkaz.org/magazine/lost-in-marseille

Walter Benjamin et la Commune

Par Anne Roche, professeur émérite à l’Université d’Aix-Marseille, lauréate du Prix Walter Benjamin 2018

Plein air des révolutions. La révolution désensorcelle la ville.1

Avec l’aimable autorisation de Frédéric Miler

Au printemps 1935, le musée municipal de Saint-Denis présente une grande exposition, « La Commune de Paris – 18 mars – 28 mai 1871 »2, les dates de l’exposition reproduisant à un ou deux jours près les dates de l’événement. Walter Benjamin l’a visitée : il décrit plusieurs des illustrations et cite des textes et documents exposés. Un an après, le 22 mai 1936, il copie encore deux grands extraits de l’article de Jean Cassou paru dans Vendredi, « la Semaine sanglante », signe d’un intérêt dans la durée, que l’on n’imaginerait pas devant la relative minceur des pages qu’il a consacrées à la Commune.

Le catalogue de l’exposition s’ouvre sur un avant-propos de Lucien Descaves, auteur de Philémon, vieux de la vieille. Roman de la Commune, de l’exil et du retour (1913), roman favorable à la Commune, et une préface de Jacques Doriot, qui à l’époque était encore au parti communiste.  Une question s’impose alors : pourquoi Benjamin, alors en exil à Paris, s’est-il préoccupé de cet événement ? Plus précisément : quel usage en a-t-il, et quelle représentation en propose-t-il ?

Barricade rue Royale, vue vers la Madeleine durant la Commune de paris de 1871. Source : Musée Carnavalet/ Roger-Viollet
Continuer la lecture de « Walter Benjamin et la Commune »
  1. Walter Benjamin, Paris capitale du xixème siècle. Le Livre des Passages, traduit de l’allemand par Jean Lacoste, Paris, Éditions du Cerf, 1989,p.440 []
  2. Merci à Elsa Tilly, du service des collections du Musée d’art et d’histoire Paul Éluard de la ville de Saint-Denis, pour ces informations et la reproduction des images décrites par Benjamin : Anonyme, Les cadavres découverts dans les souterrains de l’église Saint-Laurent (typographie sur papier, 1871), Joseph Burn Smeeton (d’après Frédéric-Théodore Lix), La chasse à l’homme dans les catacombes (typographie sur papier, 1871), Ed. Renaux (d’après Gaston Béthune), Le départ de la Commune (lithographie sur papier, 1871), Charles Vernier, Elle. (lithographie sur papier, 1871), Crédits photographiques : Musée d’art et d’histoire Paul Eluard, Saint-Denis. Cliché : I. Andréani. []

Penser l’histoire des discontinuités ou la modernité revisitée

Par Michèle Riot-Sarcey, historienne, professeure émérite d’histoire contemporaine et d’histoire du genre à l’Université de Paris 8

Travailler avec la pensée de Benjamin demande une distance méthodologique avec les grands courants historiographiques et surtout cela exige de lire pleinement Benjamin et ne pas se satisfaire des Thèses sur le concept d’histoire inaccessible, à mon sens, à la première lecture ; d’autant que cette œuvre, excessivement élaborée, est elle-même l’aboutissement d’un parcours critique exigeant.

Depuis longtemps déjà, en cheminant avec les amis philosophes, germanistes, littéraires, philologues… Miguel Abensour, Nathalie Raoux, Irving Wolfarth, Michaël Lowy et Philippe Ivernel, et en discussion permanente avec mon ami historien, Maurizio Gribaudi (co-auteur de notre « révolution de 1848), j’ai tenté de prendre à la lettre les propos de Benjamin sur la nécessité de « faire exploser » les continuités afin d’accéder au « cristal de l’événement total » dans cette rencontre improbable entre passé et présent, plus précisément entre les fragments d’un passé oublié et leurs formes de résurgences dans l’actualité d’un moment. Le résultat fut le Procès de la Liberté.

Trop longtemps on a cru possible de faire l’histoire des vaincus, en interprétant sélectivement les écrits de Benjamin. Or, ma lecture de Benjamin m’apprend tout autre chose, il ne s’agit pas de se saisir d’une totalité d’un passé oublié, mais de s’arrêter sur ce qui reste, ce qui a été écarté, ce qui n’a pas été entendu et qui, de manière inattendue, dans un temps autre, entre en correspondance avec une actualité qui donne tout son sens à ce passé retrouvé.

Nous entendons encore trop fréquemment des lectures du passé en fonction d’une actualité hâtivement commentée. Or, l’histoire ne se répète pas, ne s’imite pas, ne se reproduit pas même en caricature ; toujours l’événement est inédit à partir d’idées inachevées et qui toujours renaissent jusqu’à ce que la promesse soit accomplie. Cette distinction, particulièrement parlante, entre idée et concept fut pour moi un guide d’écriture de l’histoire à partir des idées libératrices, qui au fur et mesure d’un ordre rétabli, ont été dénaturées, travesties, enfouies sous les dires des autorités, au sens très large du terme. Ces dernières imposent non seulement leur domination mais instillent leur interprétation, jusqu’à l’habitus, au sens donné par Benjamin ……

Cette conférence m’a été demandée par l’Institut des Beaux arts de Marseille et compte tenu de l’attention au langage des « artistes » présents notre dialogue a pu parfaitement fonctionner. 


École des Beaux-Arts de Marseille Cinéma et Histoire des Possibles – 1/7 – Conférence de Michèle Riot-Sarcey

Robert Kahn dans le temps ni homogène ni vide

Par Maria Mailat, écrivain-anthropologue

Le règne de l’importance :  « convaincre est infécond » 1

Il y a une sorte d’événement programmé qui nous pousse à obéir au même choix de livres. Les mécanismes huilés des « parutions » nous dictent ce qui est important à lire. La marchandise « livre » repose sur le consensus confortable. Pas d’effort pour penser et relire plusieurs fois une page, nul besoin d’approcher les langues, aucun dictionnaire, nulle hésitation dans le choix des mots, aucune prise de risques, pas de zone inconnue. Le débat, un accessoire du consensus, est mis en scène comme « à la télé » pour créer l’illusion que l’on peut penser et jouir « entre soi ». 

Dans ce jeu d’habitudes et d’habitués, c’est monnaie courante de dire que les textes de Walter Benjamin sont « difficiles » et cela fait déjà son effet. Cette déclaration est ornée de quelques phrases « tirées » de Walter Benjamin : ainsi, « Si l’ennemi triomphe, même les morts ne seront pas en sûreté… » est cité 212 000 000 000 fois sur Google en septembre 2020. Et presque autant d’occurrences pour Angelus Novus. Le nom de Walter Benjamin « googlisé » apparaît 158 000 000 de fois.

Maria Mailat, photographie
Continuer la lecture de « Robert Kahn dans le temps ni homogène ni vide »
  1. Walter Benjamin, Sens unique, citée par Nathalie Raoux : https://books.openedition.org/psn/3052?lang=fr#bodyftn17 []

Singulier Pluriel, extraits

Par Maurice Olender, historien, anthropologue et éditeur

Historien et anthropologue, Maurice Olender a analysé, dans ses séminaires à l’Ecole des hautes études et dans ses livres, les mécanismes du complot et de de la rumeur. Depuis la fin des années 1970, dans ses enquêtes sur la genèse et le développement des idées modernes de « la race », il a mis en évidence un binôme archaïque qui a orienté plus d’une idéologie au XIXe et au XXe siècle tout en poursuivant sa course aujourd’hui : le  couple conceptuel « sexe et race ».

Maurice Olender est le créateur de la collection « La Librairie du XXIe siècle ». En référence à Montaigne, elle propose une connaissance ouverte sur le monde, une interrogation sur soi. S’inscrivant dans ce projet d’une culture générale, « La Librairie du XXIe siècle » offre à ses lecteurs une collection d’écrits pour notre temps. La réédition des mémoires de Lisa Fittko, résistante allemande au nazisme, précédé du texte d’Ewy Plenel Le présent du passé , s’inscrit dans cette lignée. Cette réédition a reçu le prix spécial Walter Benjamin 2020. L’ensemble de la collection est présentée sous le lien suivant : https://librairiexxisiecle.com/la-librairie-du-xxie-siecle/

Parmi ses engagements, où il refuse de distinguer le philologique du politique,  Maurice Olender évoque plus d’une fois l' »Appel à la vigilance » lancé dans Le Monde du 13  juillet 1993. A ce propos, outre le texte complet de l' »Appel » et les noms des 40 premiers signataires dans Race sans histoire (Points, 2009, p. 244-248), on peut aussi se reporter au chapitre intitulé « De la responsabilité sémantique » (p.225-232) ainsi qu’à plus d’une page d’un autre livre quasi- biographique :  Le fantôme dans la bibliothèque (Seuil, 2017), notamment p. 71-74.

Maurice Olender revient plus largement au texte et au contexte de cet « Appel » dans son tout dernier livre qui vient de paraître, Singulier Pluriel, Conversations, édité et préfacé par Christine Marcandier, Seuil, 2020. A la fois lors d’un échange avec le cinéaste Luc Dardenne (p.25-26) et avec l ‘historien Pierre Nora (p. 83-85).

Hélène Peytavi, Ecchymoses, 2019

A propos de cet « Appel », voici, avec l’autorisation des éditions du Seuil, quelques extraits de son échange avec Claire Mayot dans Singulier Pluriel.

Continuer la lecture de « Singulier Pluriel, extraits »

Walter Benjamin révolutionnaire : éléments pour un portrait en « image dialectique »

Pourquoi est-il si difficile de le connaître comme tel et pourquoi est-ce si urgent ?

Par Dietrich Hoss, sociologue, professeur des universités émérite

Persuadé que les luttes des dernières années, notamment celle des Gilets Jaunes, participent à actualiser les potentiels révolutionnaires du siècle passé, Dietrich Hoss revient ici sur la vie et l’oeuvre de Walter Benjamin dont il juge la connaissance et la diffusion d’une « extrême urgence ». D’une part pour arracher son héritage à ceux qui voudraient faire de Benjamin un homme de lettres un brin mélancolique. D’autre part pour nourrir activement les frémissements révolutionnaires de notre époque. Il revient ainsi sur les premiers engagements de jeunesse de Benjamin et ses travaux sur l’enfance, souvent méconnus ; puis se concentre sur le renouveau et les critiques qu’il fait subir au marxisme orthodoxe ; pour terminer sur la censure et la dépolitisation dont son oeuvre fut victime, de son vivant jusqu’à aujourd’hui. Bonne lecture.

Paru dans lundimatin#262, le 9 novembre 2020

Continuer la lecture de « Walter Benjamin révolutionnaire : éléments pour un portrait en « image dialectique » »

La révolution est le frein d’urgence, essais sur Walter Benjamin, prix Walter Benjamin 2020

Par Michael Löwy, sociologue et philosophe, directeur de recherche émérite au CNRS et ancien enseignant à l’Ecole des Hautes études en Sciences Sociales

Hélène Peytavi, photographie, 2020

Préface du livre de Michael Löwy «La révolution est le frein d’urgence. Essais sur Walter Benjamin», Paris, Editions de l’éclat, 2018.

Continuer la lecture de « La révolution est le frein d’urgence, essais sur Walter Benjamin, prix Walter Benjamin 2020 »

Les prétendues affinités « avec le pire » de Walter Benjamin, note critique sur Force de loi de Jacques Derrida

Par Emmanuel Faye, philosophe, enseignant chercheur à l’université de Rouen

Lecture critique de « Prénom de Benjamin » de Jacques Derrida dans Force de loi 

Cette note contribue à remettre en question tout rapprochement excessif et superficiel entre Benjamin et Heidegger d’une part et, comme on le voit périodiquement, Benjamin et Schmitt d’autre part.

Hélène Peytavi_le soleil qui a bu la mer
Hélène Peytavi Le soleil qui a bu la mer, 2019
Continuer la lecture de « Les prétendues affinités « avec le pire » de Walter Benjamin, note critique sur Force de loi de Jacques Derrida »