« Oh, je voudrais tant que tu te souviennes… » Politique de la mémoire chez Walter Benjamin

Par Marc Berdet, sociologue et philosophe, professeur visitant à l’université de Brasilia, Brésil, lauréat du prix Walter Benjamin 2019

Il est difficile de traduire Eingedenken – invention que Benjamin reprend à Bloch et que l’on pourrait rendre par « immémoration » (néologisme, ce serait le choix le plus technique, aujourd’hui philosophiquement bien défendu, mais aussi le moins commode), ou encore par « réminiscence » (plus intuitif, mais ce n’est pas le terme que Benjamin choisit en allemand). Les traducteurs en langue latine choisissent généralement « remémoration » – ce qui a l’inconvénient de donner l’impression d’une mémoire volontaire (et un effort individuel), alors que Benjamin parle plutôt d’une mémoire involontaire (et qui s’impose au collectif). Pour le traduire en français, Benjamin lui-même choisit « souvenance ». Le point sur ces différents choix.

Hélène Peytavi, photographie, 2020

Continuer la lecture de « « Oh, je voudrais tant que tu te souviennes… » Politique de la mémoire chez Walter Benjamin »

Le second moi. Une histoire à méditer pour la Saint Sylvestre

Par Anne Roche, professeur émérite à l’Université d’Aix-Marseille, lauréate du Prix Walter Benjamin 2018

Parmi les petits récits et proses diverses de Walter Benjamin, beaucoup sont traduits en français mais pas tous. Anne Roche propose un petit essai, invitant à poursuivre pour ceux qui le souhaitent dans une sorte d’atelier de traduction, avec propositions critiques, alternatives…

Un petit exemple : j’ai traduit « vor zwei Gucklöchern » par « devant le stéréoscope », ce qui est fidèle à l’objet mais pas au texte, et ne donne pas l’image concrète du petit « hublot » double du Panorama impérial. Je n’ai pas trouvé de terme satisfaisant. Qui me donnerait sa traduction ?

Hélène Peytavi, photographie, 2020

Continuer la lecture de « Le second moi. Une histoire à méditer pour la Saint Sylvestre »