Robert Kahn dans le temps ni homogène ni vide

Par Maria Mailat, écrivain-anthropologue

Le règne de l’importance :  « convaincre est infécond » 1

Il y a une sorte d’événement programmé qui nous pousse à obéir au même choix de livres. Les mécanismes huilés des « parutions » nous dictent ce qui est important à lire. La marchandise « livre » repose sur le consensus confortable. Pas d’effort pour penser et relire plusieurs fois une page, nul besoin d’approcher les langues, aucun dictionnaire, nulle hésitation dans le choix des mots, aucune prise de risques, pas de zone inconnue. Le débat, un accessoire du consensus, est mis en scène comme « à la télé » pour créer l’illusion que l’on peut penser et jouir « entre soi ». 

Dans ce jeu d’habitudes et d’habitués, c’est monnaie courante de dire que les textes de Walter Benjamin sont « difficiles » et cela fait déjà son effet. Cette déclaration est ornée de quelques phrases « tirées » de Walter Benjamin : ainsi, « Si l’ennemi triomphe, même les morts ne seront pas en sûreté… » est cité 212 000 000 000 fois sur Google en septembre 2020. Et presque autant d’occurrences pour Angelus Novus. Le nom de Walter Benjamin « googlisé » apparaît 158 000 000 de fois.

Maria Mailat, photographie
Continuer la lecture de « Robert Kahn dans le temps ni homogène ni vide »
  1. Walter Benjamin, Sens unique, citée par Nathalie Raoux : https://books.openedition.org/psn/3052?lang=fr#bodyftn17 []